Patrick Roy en compagnie de son directeur adjoint Christian Vermette.
Patrick Roy en compagnie de son directeur adjoint Christian Vermette.

Nause sera à l’écoute des Remparts, selon son conseiller

Dans le plan de match initial, le défenseur Evan Nause devait terminer sa première saison dans la USHL, visiter quelques campus universitaires aux États-Unis et choisir la bourse la plus intéressante afin de poursuivre ses études tout en jouant au hockey. Mais voilà, la vie nous réserve parfois des surprises…

Réclamé au cinquième rang de la première ronde par les Remparts de Québec, vendredi soir, Nause se retrouve désormais avec une carte de plus dans son jeu.

Son conseiller Dominic De Blois a confirmé, samedi, que le jeune arrière de 17 ans n’était pas réfractaire à l’idée d’enfiler l’uniforme des Remparts, mais que la décision de celui qui a joué sous les ordres de l’entraîneur-associé des Remparts Martin Laperrière au Défi mondial des moins de 17 ans, l’automne dernier, n’était pas encore prise.

«Evan est un petit gars brillant, l’éducation est importante pour lui et il pourrait rentrer à l’université dès l’an prochain. Il a connu une excellente saison dans la USHL, mais quand les Remparts sont devenus une option, on a écouté. Ça fait réfléchir. J’ai parlé brièvement avec Patrick [Roy] depuis, mais on va le refaire plus en profondeur dans les prochains jours», confirmait l’agent qui représente aussi le défenseur Thomas Chabot, des Sénateurs d’Ottawa, et qui représente sept ou huit espoirs du présent repêchage de la LHJMQ.

Nause avait été un choix de première ronde (6e) des Foreurs de Val-d’Or, l’an passé, mais il ne s’était pas présenté en Abitibi. Le joueur de six pieds 1 pouce de Riverview, au Nouveau-Brunswick, était donc admissible à nouveau au repêchage 2020. Le joueur du Stampede de Sioux Falls a été nommé dans l’équipe d’étoiles des recrues de la USHL, cette saison.

«Patrick a vraiment bien décrit la situation dans ses commentaires après la sélection d’Evan. On va écouter, on va discuter, on va faire nos devoirs, mais la décision n’est pas  arrêtée. Mais Patrick, c’est Patrick, on connaît bien sa passion. Je suis un gars de Québec, je connais bien l’organisation et l’encadrement offert par les Remparts», ajoutait-il.

La décision reviendra à Evan Nause et ses parents. Samedi, De Blois a envoyé un message texte au jeune homme afin de s’informer comme il allait. «Ça va super bien, je suis à mon entraînement», lui a-t-il répondu.

«Evan est courtisé par plusieurs universités importantes, mais il n’est pas encore engagé avec personne. Il est méticuleux, sa famille et lui vont prendre tout en considération avant de prendre leur décision. L’incertitude qui règne aux États-Unis et la pandémie du coronavirus sont aussi des éléments à considérer.»

Guillaume Richard

Représentant aussi le défenseur Guillaume Richard, De Blois n’est pas tombé en bas de sa chaise lorsqu’il a su que les Sea Dogs de Saint-Jean l’avaient sélectionné en quatrième ronde celui qui avait été un choix de première ronde (7e) en 2019 par Victoriaville, mais dont le désir de jouer aux États-Unis a toujours été plus fort que tout.

«On avait avisé Guillaume qu’il pourrait être encore repêché. Il est un joueur tellement dynamique, on se doutait bien qu’une équipe prendrait une chance avec lui. Mais ses intentions n’ont pas changé, il veut encore jouer à Tri-City, dans la USHL, comme il l’a fait un peu cet hiver [cinq matchs], et ensuite se joindre à l’Université du Maine. On l’avait dit aux clubs de la LHJMQ», notait-il à propos de celui qui s’alignait avec les Blizzard du Séminaire Saint-François, en 2018-2019.

Les Sea Dogs l’ont pris avec le 62e choix de la quatrième ronde, un rang avant le droit de parole des Remparts. Selon De Blois, il ne faut pas y voir une négociation secrète au profit de ses clients entre lui, Saint-Jean et Québec 

«Souvent, tout le monde pense qu’on fait des jeux de coulisses, mais dans les cas de Guillaume et d’Evan, ce n’est pas le cas. Il n’y a eu aucune discussion entre nous et les Sea Dogs pour Guillaume. Pour Evan, nous avons été à l’écoute quand les Remparts sont devenus une option et les discussions se sont intensifiées dans les derniers jours.»