L'Espagnol Rafael Nadal a vaincu l'espoir russe Karen Khachanov en tois sets de 6-1, 6-4, 7-6 (3).

Nadal monte en puissance à Wimbledon

Rafael Nadal s'est frayé un chemin jusqu'au quatrième tour du tournoi de Wimbledon, vendredi, et il n'est plus qu'à trois victoires d'un retour au sommet de la hiérarchie du tennis masculin.
Le décuple lauréat de Roland-Garros est passé sans transition de la terre battue à l'herbe londonienne en gardant la même cadence. Intouchable à Paris, il a signé une 10e victoire d'affilée sans concéder le moindre set en écartant l'espoir russe Karen Khachanov  6-1, 6-4 et 7-6 (3).
Nadal a ainsi égalé son record de 28 manches remportées consécutivement établi en 2010 entre le dernier de ses deux triomphes à Wimbledon et son premier sacre aux Internationaux des États-Unis. «J'ai joué de façon fantastique pendant un set et demi. Après, c'était plus difficile. Il a frappé plus fort et c'était impossible de gagner facilement contre un adversaire comme ça.»
Garcia dans la loge royale
Plusieurs vedettes du monde du sport ont assisté au match de Nadal de la loge royale, dont le golfeur espagnol Sergio Garcia, vêtu du Veston vert qu'il a gagné à Augusta en avril. «Il connaît une saison incroyable, surtout avec cette magnifique victoire au Tournoi des maîtres. C'est super de le voir et je le remercie d'être venu.»
Nadal connaît lui-même une assez bonne saison. Il a atteint la finale des Internationaux d'Australie, qu'il a perdue aux mains du Suisse Roger Federer, et mis la main sur un 10e titre en carrière aux Internationaux de France. Et il va retrouver la seconde semaine londonienne pour la première fois depuis 2014 (huitièmes de finale).
Prochain objectif : effectuer son retour en quarts de finale six ans après sa dernière finale (perdue contre Novak Djokovic). Il lui faudra se débarrasser d'un serveur-volleyeur Gilles Muller (26e joueur mondial).
Le Luxembourgeois a vaincu Nadal à Wimbledon en 2005, mais l'Espagnol a eu sa revanche six ans plus tard. «Il est un spécialiste du gazon. Il n'y a pas de doute qu'il s'agit de sa surface préférée», a souligné Nadal, qui doublera Andy Murray au premier rang du classement de l'ATP s'il atteint la grande finale, le 16 juillet.
Plus tôt en journée, le Japonais Kei Nishikori a subi l'élimination. Le neuvième joueur mondial s'est incliné 4-6, 6-7 (3), 6-3 et 3-6 devant l'Espagnol Roberto Bautista Agut (19e). C'est la première fois qu'il prenait la mesure du Japonais après quatre tentatives infructueuses.
L'Espagnol de 29 ans en sera à une deuxième participation consécutive au quatrième tour sur la pelouse du All England Club, mais il n'a encore jamais pris part aux quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem.
Maman «Vika» poursuit sa route
Chez les femmes, Victoria Azarenka s'est invitée en seconde semaine pour la cinquième fois de sa carrière après avoir écarté Heather Watson (3-6, 6-1 et 6-4) sur un court central, acquis à la cause de la Britannique. C'est seulement le deuxième tournoi cette année pour la Biélorusse, redescendue au 683e rang après avoir donné naissance à un petit Leo en décembre.
«J'étais sur la défensive pendant tout le match, mais cela a commencé à aller un peu mieux dans le deuxième set», a commenté la double lauréate des Internationaux d'Australie (2012, 2013). Si elle franchit l'écueil Simona Halep (no 2 mondiale), lundi, «Vika» redeviendra une prétendante sérieuse pour le titre.  Avec AP
***
Un gazon qui déplaît aussi à Murray
Autour d'Andy Murray de critiqué le gazon de Wimbledon. «Il y a quelques trous et des bosses juste derrière et devant la ligne de fond de court, des petites mottes de terre. Il ne me semble pas que c'était le cas avant», a affirmé l'Écossais après son succès au troisième tour contre l'Italien Fabio Fognini (6-2, 4-6, 6-1, 7-5) sur le court central, vendredi. Son adversaire a aussi blâmé l'état du terrain, «très mauvais» selon lui.
Ces derniers jours, le gazon londonien a fait l'objet de nombreuses critiques. Jeudi, l'Américaine Bethanie Mattek-Sands a été forcée à l'abandon lorsqu'elle s'est blessée au genou droit en glissant sur le court 17.  Les organisateurs ont balayé ces critiques. «L'herbe est une surface naturelle et c'est normal qu'il commence à y avoir de l'usure au niveau des lignes de fond de court au bout de quatre jours de tournoi.» Les courts de Wimbledon avaient déjà fait l'objet de polémiques par le passé. En 2013, la Biélorusse Victoria Azarenka et la Russe Maria Sharapova s'étaient déjà plaintes après des chutes.  AFP
***
Venus Williams n'était pas en infraction
Bonne journée pour Venus Williams qui, en plus d'avoir remporté son match contre la Japonaise Naomi Osaka à Wimbledon vendredi, a appris qu'elle n'a pas été tenue responsable de l'accident mortel dans lequel elle a été impliquée début juin.
Selon de nouvelles preuves révélées vendredi, Venus Williams conduisait «en toute légalité» au moment de l'accident mortel de la route dans lequel elle a été impliquée, début juin. 
Le 30 juin, un premier rapport de la police avait pourtant déclaré l'ancienne numéro un mondiale responsable de l'accident du 9 juin, qui a provoqué la mort d'un homme de 78 ans. La police de Palm Beach Gardens, en Floride, a toutefois rendu publique vendredi la vidéo captée par une caméra de surveillance à la sortie du voisinage de Williams.
Les images démontrent que Williams allait dans la direction du nord», quand elle a dû s'arrêter pour laisser tourner un véhicule arrivant en face. Une fois le véhicule passé, elle a repris son chemin. Or, dans le même temps, le feu de circulation a changé et la voiture conduite par Linda Barson, allant vers l'ouest, a percuté celle de l'aînée des soeurs Williams.
Le mari de Linda Barson, Jerome Barson, 78 ans, est décédé le 22 juin des suites des blessures provoquées par l'accident.
Williams n'a pas été tenue responsable de l'accident et n'a fait face à aucun chef d'accusation.  La famille de la victime a lancé une procédure civile pour obtenir des dommages et intérêts.
Samedi dernier à Wimbledon, la 11e joueuse mondiale avait confié être «anéantie» par cet accident. Vendredi, elle est devenue la plus vieille joueuse à atteindre les huitièmes de finale depuis 23 ans et Martina Navratilova en 1994. L'Américaine, cinq fois titrée à Londres, s'est qualifiée en battant la Japonaise Naomi Osaka à l'âge de 37 ans et 29 jours. Navratilova était elle passée en deuxième semaine à l'âge de 37 ans et 258 jours. Elle avait ensuite atteint la finale.  AFP et AP