Avec sa victoire à Barcelone, le Majorquin Rafael Nadal est en bonne position pour remporter les grands honneurs pour une dixième fois, à Roland-Garros.

Nadal égale le légendaire Vilas

Le roi de la terre battue semble revenu : l'Espagnol Rafael Nadal a remporté dimanche à Barcelone le 49e titre de sa carrière sur cette surface, égalant le record de l'Argentin Guillermo Vilas et confirmant son retour en forme à un mois de Roland-Garros.
Nadal (no 5 mondial) a dominé le Japonais Kei Nishikori (no 6) en finale de ce tournoi ATP 500, avec une victoire en deux sets de 6-4, 7-5 et 2 heures et 4 minutes. C'est le neuvième sacre du Majorquin à Barcelone, où Nishikori était double tenant du titre.
Une semaine après son sacre à Monte-Carlo, le nonuple vainqueur de Roland-Garros (29 ans) valide son retour au premier plan après une année 2015 à oublier. Et il rejoint Vilas, légende des années 70 et 80, au panthéon des meilleurs joueurs de l'histoire sur terre.
Ce n'est pas la première fois que Nadal se hisse à la hauteur de Guillermo Vilas. Entre 2005 et 2007, il était resté invaincu sur terre battue pendant 81 matchs, soit plus de deux ans, surpassant l'Argentin.
À l'évidence, le tennis de Nadal semble à nouveau percutant. Et l'Espagnol a aussi retrouvé un mental à toute épreuve pour dompter Nishikori, qui était invaincu depuis 14 matches à Barcelone.
«Mentalement, j'ai très bien résisté», a relevé Nadal au micro de la télévision publique espagnole TVE.
«Je jouais contre le sixième joueur mondial. Si on ne joue pas à très haut niveau dans ce type de matchs, on ne gagne pas. C'est un joueur très pénible à affronter. Très souvent, tu as le contrôle du jeu et soudain tu te retrouves complètement en défensive.»
Implacable 
Implacable dans le premier set, Nadal a converti les deux balles de break qu'il a obtenues alors que le Japonais n'en transformait qu'une sur huit.
On a vu l'ancien no 1 mondial aligner les coups profonds, puissants, alors que les frappes trop courtes émaillaient souvent son jeu l'an dernier. Il a emporté la première manche en 50 minutes après un passing qui a heurté la bande du filet et trompé Nishikori.
«J'ai très bien servi, c'était important. Avoir un bon pourcentage de premières balles, qui soient assez fortes, m'a permis de mieux jouer», a analysé Nadal.
Et même quand le Japonais, dans le deuxième set, est revenu de 1-3 à 4-4, Nadal a tenu bon malgré plusieurs opportunités gâchées, dont une première balle de match à 5-4. À 6-5, il a conclu un point haletant d'une volée splendide et a fini par remporter le match sur une faute directe de Nishikori.
Radieux, le Majorquin s'est agenouillé sur la terre barcelonaise, dédiant ensuite sa victoire à sa mère, présente en tribunes et dont c'était l'anniversaire.
Rafael Nadal peut savourer : le voilà de retour à son meilleur niveau pour espérer viser un 10e sacre à Roland-Garros (22 mai au 5 juin). Pour son 50e titre sur terre battue?