Pour une deuxième fois en quatre ans, Heidi Levasseur nagera les 250 km qui séparent Montréal et Québec.

Montréal-Québec à la nage pour Heidi Levasseur

Quoi manger sur le trajet Montréal-Québec : burger au Madrid, poutine à Drummondville? Pour Heidi Levasseur, ce sera sandwichs dinde et moutarde, des bananes et un muffin au chocolat en cas d'urgence. Car elle parcourra les 250 km au milieu du fleuve, à la nage.
Ajoutez des jus de glucides, du bouillon de poulet, du chili, de la boisson gazeuse dégazéifiée et voilà le régime d'une sirène! La marathonienne aquatique de 34 ans en aura besoin, le 6 juillet, à son départ de la marina de Longueuil. Huit jours plus tard, le 13, elle compte accoster à la plage du parc de l'Anse-Tibbits, à Lévis.
Huit heures par jour
Entre les deux, sept journées passées dans l'eau du Saint-Laurent, au rythme d'une quarantaine de kilomètres par jour pour environ huit heures de nage. Elle avance à l'aide de 800 à 1000 coups de bras par kilomètre, ce qui lui fera quelque 225 000 tours d'épaule au terme de son aventure.
Un périple qu'elle a déjà effectué en 2010, dans un temps cumulé de 49 heures. Elle était alors devenue la première femme à nager Montréal-Québec. «Cette fois, je veux faire deux ou trois heures de moins», annonce-t-elle avec confiance.
Bien que réussie, sa première tentative n'avait pas été un triomphe. La gastro-entérite, attrapée dans les eaux riveraines plus stagnantes, l'avait gardée à quai durant deux jours à Trois-Rivières, ville où la native de Québec habite. «Je n'avais pas réalisé le projet comme je le voulais. Je gardais ce défi en tête pour le refaire à ma manière», affirme-t-elle, quatre ans plus tard.
Toujours immergée, Levasseur sera suivie par un kayakiste qui la nourrit aux 15 ou 20 minutes. Un bateau de 21 pieds complète le convoi, qui cheminera dans le chenal central du fleuve. Ils sont avertis à l'avance du passage d'un bateau. Les pires vagues sont cependant celles causées par le vent, précise-t-elle.
La nageuse redoute particulièrement le secteur du lac Saint-Pierre et son microclimat. Après avoir quitté Longueuil, elle fera escale à Lavaltrie (6 juillet), Louiseville (7), Trois-Rivières (8), Sainte-Anne-de-la-Pérade (10), Portneuf (11), Saint-Nicolas (12) et Lévis (13). Tout au long de son parcours, elle amassera de l'argent et des denrées pour des organismes locaux associés aux Banques alimentaires du Québec.
Levasseur a fait sa première Traversée du lac Memphrémagog à 15 ans et celle du lac Saint-Jean à 16. Elle a descendu deux fois le Saint-Maurice (2009 et 2010), bouclé le tour du lac Saint-Jean (2010), nagé Québec-Matane (2011) et Gatineau-Montréal (2012).
L'idée de faire de Montréal-Québec une compétition officielle l'intéresse. Ses futurs défis incluent la descente complète du Saguenay. Elle rêve aux Grands Lacs et à l'Europe, mais ne dispose pas du soutien financier nécessaire.