L'excellente saison de Hugo Barrette — jumelée à ses médailles d’or des Championnats panaméricains au keirin et au sprint individuel — lui a permis d’engranger beaucoup de points en vue de sa qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo, en 2020.

Mondiaux de cyclisme sur piste: Hugo Barrette décontracté

Hugo Barrette vient de connaître toute une saison sur le circuit de la Coupe du monde de cyclisme sur piste, ce qui lui permettra d’aborder les Mondiaux, qui seront disputés à Pruszkow, en Pologne, du 27 février au 3 mars, de façon bien décontractée.

«Je ne me mets pas autant de pression que les autres années. Je viens de connaître une excellente saison, comme nous l’avions prévu, avec beaucoup de constance, a dit celui qui a terminé deuxième du classement général. J’ai l’esprit tranquille et je laisserai parler mes jambes.»

C’est que cette excellente saison — jumelée à ses médailles d’or des Championnats panaméricains au keirin et au sprint individuel — lui a permis d’engranger beaucoup de points en vue de sa qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo, en 2020.

«Étant donné que j’ai amassé tellement de points pendant la saison, ça me permet d’aller aux Mondiaux sans penser aux qualifications olympiques, a indiqué Barrette. C’est tellement difficile de se qualifier pour les JO. Il y a des cyclistes qui sont très forts qui ne réussiront pas à le faire. J’ai l’esprit libre. Ma mission a été accomplie de ce côté-là. Et les Mondiaux, c’est tout de même la plus importante course en cyclisme. C’est essentiel que je sois à mon mieux et que je ne sois que concentré là-dessus.

«Tout ce que j’ai à penser, c’est aux Mondiaux. Non seulement c’est plus amusant, mais c’est aussi essentiel pour moi de vivre ce moment sans penser à plus tard. C’était l’un de mes objectifs cette saison : ne pas penser à la prochaine course, mais vivre le moment présent et apprécier chacune d’elles.»

Au sommet de sa forme en Pologne

L’objectif principal de toute cette saison 2018-2019 était d’ailleurs d’arriver en Pologne au sommet de sa forme, que ce soit physiquement ou mentalement. Mission accomplie de ce côté aussi?

«Mentalement, je suis prêt. Ç’a été un format différent des autres années. Habituellement, je me concentre sur une course et tout l’accent est mis là-dessus. Cette année, la qualification olympique est en route et il y avait tellement de points que je devais aller chercher. J’ai eu beaucoup de succès en ce sens, mais ça a fait en sorte que j’ai dû courir chaque mois et que j’ai beaucoup voyagé.

«Donc, au niveau de ma condition physique, je vais voir les dividendes peut-être à la dernière seconde. [...] Il y a un petit stress : habituellement, je suis plus certain d’où je me situe physiquement. Mais je sais quoi faire et comment le faire. Au final, je pense que ça va m’avoir davantage aidé que nui d’avoir fait plus de courses.»

Barrette a terminé 21au sprint et 10e du keirin l’an dernier, aux Mondiaux présentés à Alperdoorn, aux Pays-Bas. Déçu par ces résultats, surtout au keirin, Barrette vise maintenant un top 6.

«Je trouvais que j’aurais pu faire mieux l’an dernier, a-t-il admis. En visant le top 6, ça m’amène en grande finale. Une fois rendu là, tout peut arriver.» (...) Mon équipe et moi estimons que je fais partie du top 6 mondial, donc, c’est le résultat à viser.»

Barrette lancera ses Mondiaux par le keirin, le jeudi 28 février. Il sera du sprint individuel le samedi 2 mars.