La Suisse et la Finlande sont toujours dans la course aux médailles, ayant battu les champions et les finalistes de la dernière édition, respectivement.

Mondial junior: confrontations de négligés en demi-finales

VANCOUVER — Deux résultats surprenants mènent à des batailles de négligés lors des demi-finales qui seront présentées vendredi, au championnat mondial de hockey junior.

La Suisse et la Finlande sont toujours dans la course aux médailles, ayant battu les champions et les finalistes de la dernière édition, respectivement. États-Unis et Russie ont également progressé. Voici à quoi s’attendre dans les demi-finales.

Suisse (2-0-1-2) c. Finlande (2-1-0-2)

Les deux équipes ont avancé au tableau grâce à des victoires éclatantes.

La Suisse a blanchi la Suède 2-0 et la Finlande a battu le Canada 2-1, en prolongation.

Mais aucune des deux équipes ne pense qu’il sera facile de se rendre au match ultime.

«En me fiant à ce que j’ai vu, nous aurons un adversaire coriace», a déclaré l’entraîneur finlandais, Jussi Ahokas.

Les Finlandais ont beaucoup de talent, notamment un trio de joueurs de la LNH et Kaapo Kakko, âgé de 17 ans, qui devrait être vite choisi au repêchage cette année.

«Il nous faudra moduler le tempo, a dit Ahokas. Nous devrons aussi être actifs pour essayer de faire dévier les tirs, sans oublier de foncer au filet.»

La Finlande a mérité l’or en 2016. Quant aux Suisses, leur podium le plus récent remonte à 1998 (médaille de bronze).

«C’est une occasion qui se présente une seule fois, a dit l’entraîneur de ces derniers. Christian Wohlwend. Nous pouvons passer à l’histoire.»

La Suisse a brillé à court d’un homme, n’accordant que deux buts en 19 désavantages numériques. Luca Hollenstein a bloqué 87 tirs sur 89 en trois matches.

Russie (5-0-0-0) c. États-Unis (4-0-1-0)

Voilà une rivalité de bien longue date, incluant bien sûr le «miracle» des Jeux olympiques de 1980, à Lake Placid.

Les deux équipes ont remporté des victoires convaincantes en quart de finale.

Les États-Unis ont battu les Tchèques 3 à 1, tandis que la Russie, seul club encore invaincu, a battu la Slovaquie 8 à 3.

L’entraîneur américain, Mike Hastings, mentionne que ses protégés, médaillés de bronze l’an dernier, devront jouer avec intensité pendant 60 minutes. En plus d’être disciplinés: la Russie a le meilleur rendement en avantage numérique (cinq en 16).

Les Américains ont la meilleure brigade en désavantage numérique, par contre (un but alloué en 11 occasions). Et ils comptent sur le meilleur pointeur du tournoi : Ryan Poehling, un espoir du CH, a fourni cinq buts et huit points.

Les États-Unis ont battu la Russie en match préparatoire, mais le défenseur Dmitri Samorukov n’est pas inquiet.

«On repart à neuf. Nous allons simplement jouer notre meilleur hockey», a-t-il dit.