Lee Westwood et Tommy Fleetwood célèbrent leur fiche parfaite jusqu'ici à la Coupe Ryder.

«Moliwood» écrit l'histoire à la Coupe Ryder

SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES, France — La dernière sensation européenne en Coupe Ryder est surnommée «Moliwood». Et quel spectacle ont donné Francisco Molinari et Tommy Fleetwood samedi.

Molinari et Fleetwood sont devenus le premier tandem européen à remporter tous leurs matchs, menant l’Europe à une avance de 10-6 après les deux premières journées de compétitions.

Pendant ce temps, chez les Américains, Tiger Woods n’a pas gagné un seul de ses trois matchs tandis que Phil Mickelson a été laissé de côté samedi.

En matinée, l’Europe a remporté trois des quatre matchs à quatre balles pour se bâtir sa plus forte avance après trois séances en 14 ans. Elle a tenu bon en après-midi, divisant les honneurs des matchs par quatuors.

Ce déficit de 10-6 est le même auquel faisaient face les golfeurs de l’Europe à Medinah, en 2012, avant qu’ils ne réussissent le plus important retour en territoire adverse de l’histoire du tournoi. Les Américains n’ont jamais comblé pareil écart en Europe, bien qu’ils aient été les premiers à inscrire une victoire après avoir tiré de l’arrière 10-6, à Brookline, en 1999.

Le capitaine des États-Unis avait alors envoyé ses meilleurs joueurs dans les premiers matchs du dimanche. Exactement ce que le capitaine européen cette année, Thomas Bjorn, avait en tête en sortant du parcours.

«J’ai vu trop souvent comment les matchs de simple peuvent faire basculer la compétition, a-t-il noté. Nous avons dépensé beaucoup d’énergie au cours des deux premiers jours. Nous devons sortir (dimanche) en nous concentrant sur le travail qui reste à battre, pas sur les succès du passé.»

Malgré tout, il ne pouvait cacher son sourire.

«Nous sommes très, très heureux sur la façon dont se sont déroulés nos deux premiers jours, « a admis Bjorn.

Sans le brio de Jordan Spieth et Justin Thomas, les Américains seraient davantage dans le pétrin qu’ils ne le sont actuellement. Ils ont remporté leur duel très serré de quatre balles contre Ian Poulter et Jon Rahm pour procurer aux États-Unis leur seul point du matin avant de venir de l’arrière contre Poulter et Rory McIlroy en après-midi dans les quatuors pour l’emporter 4-et-3.

«Ils avaient une avance de six points, maintenant c’est quatre, a indiqué Spieth. J’imagine qu’on peut se consoler de cette poussée tardive. De remporter les premiers matchs dimanche nous aiderait grandement.»

Mickelson devra de son côté chasser la rouille. Il n’a pas joué depuis vendredi dans une défaite en 14 trous en quatuors. Le capitaine américain, Jim Furyk, avait averti qu’il allait modifier les formations en vue des quatuors de samedi après-midi. Il l’a fait, laissant Mickelson au pavillon.

Woods a quant à lui subi la défaite à ses sept dernières sorties en Coupe Ryder. Sa dernière victoire remonte à 2010.

«Je sens que je joue bien, mais je suis frustré en ce moment, a déclaré Woods. De perdre trois matchs alors que je ne trouve pas que j’ai mal joué, c’est difficile à accepter. C’est ce qui est frustrant en formule au trou. Nous avons rencontré deux gars qui ont très bien joué.»

Et le reste de l’Europe n’a pas trop mal fait non plus.