Mitch Marner, joueur vedette des Maple Leafs de Toronto, a amassé 94 points la saison dernière, décrochant le titre de meilleur pointeur de son équipe. S’il obtient le contrat qu’il souhaite, il pourrait devenir l’attaquant le mieux rémunéré de la LNH.

Mitch Marner demeure discret quant aux négociations de son contrat

VAUGHAN — L’été de Mitch Marner est déjà bien rempli. L’attaquant des Maple Leafs de Toronto jongle entre les événements de charité et l’apprentissage de toutes nouvelles figures de wakesurf.

Tout ce que le joueur autonome avec restriction souhaite maintenant, c’est de s’entendre sur les termes d’un nouveau contrat avec l’organisation torontoise.

L’attaquant de 22 ans a tenu jeudi la deuxième édition de son tournoi annuel, le Marner All-Star Invitational. Lorsqu’il s’est retrouvé devant la horde de journalistes afin de parler de son événement, la conversation a inévitablement bifurqué vers sa situation contractuelle.

Marner a toutefois été peu bavard, donnant peu de détails aux journalistes présents.

Comme Matthews et Tavares

«J’essaie simplement d’éviter le sujet et de me tenir loin des discussions, a déclaré Marner. J’ai passé la plus grande partie de l’été jusqu’à présent au bord du lac à relaxer.

«[Mon agent] s’est occupé des négociations et il a fait du bon travail.»

Marner a invité les journalistes à poser leurs questions à son agent, Darren Ferris, qui était dans les gradins. Ferris a toutefois refusé de commenter la situation.

«Il fait ça depuis beaucoup plus longtemps que moi, a renchéri Marner. J’ai une confiance absolue en ses moyens.»

Selon les rumeurs, Marner voudrait obtenir un contrat qui serait similaire à ceux d’Auston Matthews et de John Tavares.

L’an dernier, Matthews avait signé une prolongation de contrat de cinq ans, d’une valeur de 58,17 millions US$, alors que les Maple Leafs avaient offert 77 millions $ sur sept ans à Tavares, qui était alors agent libre sans restriction.

Si la formation torontoise accepte de lui accorder un contrat qui ressemble à ceux de ses deux coéquipiers, Marner deviendrait l’attaquant le mieux rémunéré de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Partisans inquiets

Marner a confié qu’il évitait autant que possible son téléphone et qu’il avait choisi de ne pas commenter ses publications sur les médias sociaux tant et aussi longtemps que les négociations seraient en cours.

Il a toutefois avoué qu’il était difficile de ne pas s’attarder aux commentaires, alors que les partisans commencent à s’inquiéter.

«Les gens sont toujours sur les médias sociaux, a soutenu Marner. Je veux simplement rester à l’écart des commentaires.»

Il a ajouté que les partisans avec qui il a dialogué en personne n’avaient pas dépassé les bornes. «Ils étaient très amusants, a-t-il raconté. C’était plaisant de rigoler avec eux.»

Mais il n’en reste pas moins que la situation de Marner commence drôlement à ressembler à celle de William Nylander, qui a raté une partie de la saison lors de la dernière campagne parce que les deux parties n’arrivaient pas à s’entendre. L’attaquant suédois a finalement accepté en décembre un contrat de six ans, d’une valeur de 45 millions.

Nylander a toutefois connu une saison de misère après avoir été tenu à l’écart, terminant la saison avec une récolte de 27 points, dont sept buts seulement, en 54 matchs.

Marner, qui touchait un salaire de 832 500 $ lors de la dernière campagne, a été le meilleur pointeur des Maple Leafs la saison dernière, amassant 94 points, dont 26 buts, en 82 matchs. Le choix de première ronde des Maple Leafs lors du repêchage de 2015 a disputé la majeure partie de la saison aux côtés de Tavares, qui lui aussi a établi des records personnels cette saison, récoltant 47 buts et 88 points.

«Le but ultime, c’est d’être présent au camp d’entraînement, a martelé le joueur originaire de Markham, en Ontario. Nous avons encore beaucoup de temps devant nous.»

+

OFFRE HOSTILE: «ÇA ÉTÉ UNE GROSSE NOUVELLE»

Mitch Marner des Maple Leafs figure parmi un lot impressionnant de joueurs autonomes avec restrictions qui ne se sont toujours pas entendus avec leur club respectif — Patrick Laine (Jets de Winnipeg), Brayden Point (Lightning de Tampa Bay), Mikko Rantanen (Avalanche du Colorado) et Matthew Tkachuk (Flames de Calgary). «Tout le monde est dans le même bateau, a précisé Marner. Nous laissons tous nos agents s’occuper de la situation.»

Le Canadien de Montréal a fait couler beaucoup d’encre le 1er juillet, lorsque Marc Bergevin a soumis une offre hostile à l’attaquant Sebastian Aho des Hurricanes de la Caroline, la première depuis 2013 dans la LNH. Le propriétaire de l’équipe, Tom Dundon, a toutefois égalé l’offre du Tricolore quelques jours plus tard.

«Ç’a été une grosse nouvelle, a commenté Marner à propos de la situation de Aho. Ç’a fait écho à travers la ligue.»

Le directeur général des Maple Leafs, Kyle Dubas, a déclaré le mois dernier que Toronto n’égalerait pas une offre hostile si jamais on en proposait une à l’un de ses principaux joueurs autonomes avec compensation — Marner, Kasperi Kapanen et Andreas Johnsson.

Marner n’a pas voulu dire qu’il accepterait l’offre d’une autre équipe si elle se présentait. Les Leafs obtiendraient quatre choix de premiers tours s’ils refusaient d’égaler l’offre.

À la fin de la saison, Dubas avait mentionné que le contrat de Marner était sa «priorité numéro un». Toutefois, le directeur général s’est entendu avec Japanen et Johnsson le mois dernier. La Presse canadienne