Stefon Diggs a profité des largesses du maraudeur Marcus Williams pour capter une passe de Case Keenum et rejoindre la zone payante alors qu’il ne restait qu’une seconde au match.

Miracle à Minneapolis

MINNEAPOLIS — Il ne restait plus rien à Case Keenum, sauf lancer le ballon en profondeur et implorer les dieux. Ils ont répondu à l’appel.

Keenum a lancé une passe du désespoir de 61 verges à Stefon Diggs, qui a évité un plaqué pour inscrire un touché victorieux qui a propulsé les Vikings du Minnesota vers une victoire de 29-24 aux dépens des Saints de La Nouvelle-Orléans, dimanche.

Drew Brees avait orchestré une séquence qui s’était conclue par un placement de 43 verges de Wil Lutz, procurant une avance de 24-23 aux Saints avec 25 secondes à écouler.

Les Vikings n’avaient plus de temps d’arrêt et Keenum a reculé dans la pochette alors qu’il ne restait que 10 secondes à jouer. Il a rejoint Diggs, qui a saisi le ballon avant de voir Marcus Williams se pencher de façon boiteuse sous le receveur des Vikings.

Diggs a gardé son équilibre et il a parcouru les dernières verges le séparant de la zone des buts sans être touché pour semer l’hystérie au U.S. Bank Stadium.

«Je suis simplement reconnaissant, a dit Diggs. Ils nous comptent pour battus chaque fois. Personne ne croit que nous allons réussir. Le match devait être terminé. J’arrête de jouer quand le cadran n’affiche plus une seconde. C’est tout.»

Le U.S. Bank Stadium accueillera le Super Bowl, le 4 février, ce qui veut donc dire que les Vikings pourraient devenir la première équipe de l’histoire de la NFL à disputer la finale du circuit dans son enceinte. Ils devront d’abord se mesurer aux Eagles à Philadelphie, dans le cadre de la finale d’Association Nationale.

«C’était toute une partie n’est-ce pas? a déclaré l’entraîneur-chef des Vikings, Mike Zimmer. En plus, c’est la bonne équipe qui a gagné.»

Revanche de 2009

Même si l’ailier défensif Brian Robison était le seul joueur de l’équipe actuelle des Vikings à avoir vécu la défaite en prolongation aux mains des Saints, en 2009, lors de la finale de la Nationale, les Vikings ont obtenu leur revanche neuf ans plus tard. Ils y ont mis beaucoup d’émotion, après avoir vu les Saints effacer un retard de 17 points en deuxième demie.

Brees a conjugué ses efforts avec Michael Thomas pour deux touchés en l’espace de 3:09, en deuxième demie. Le premier majeur a couronné une poussée de 12 jeux et 80 verges tandis que le second a été préparé par une interception de Williams.

L’entraîneur-chef des Saints, Sean Payton, a perdu deux contestations — et deux temps d’arrêt — lors de la séquence à l’attaque des Vikings, qui s’est terminée par un placement de 49 verges de Kai Forbath. L’équipe locale prenait alors les devants 20-14. Quand George Johnson a bloqué un botté de dégagement de Ryan Quigley, les Saints ont récupéré le ballon à la ligne de 40 des Vikings. Quatre jeux plus tard, Brees a de nouveau fait des siennes, repérant Alvin Kamara dans la zone des buts pour un touché de 14 verges dans les dernières minutes du quatrième quart. Pour la première fois de la rencontre, les Saints jouaient avec une avance.

Les Vikings n’ont cependant pas baissé les bras, se donnant une priorité de 23-21 avec 89 secondes à faire, à la suite d’un placement de 53 verges de Forbath. Il s’agissait du troisième botté de précision de l’affrontement pour lui.

Brees a profité des nombreuses secondes à sa portée pour placer les Saints en bonne position. Toutefois, il a à son tour laissé trop de temps à Keenum, qui n’a jamais été repêché et qui effectuait un premier départ en séries dans la NFL.

Keenum a complété 25 de ses 40 passes pour des gains aériens de 318 verges. Diggs a capté six ballons pour des gains de 137 verges.

«Ça prendra un peu de temps avant de se relever de cette défaite», a affirmé Payton, qui a porté à 1-5 sa fiche lors des matchs éliminatoires à l’étranger.

+

LES JAGUARS ONT RENDEZ-VOUS AVEC LES PATS

Le demi-offensif des Jaguars, Leonard Fournette, a contribué au succès de son équipe, avec des gains de 109 verges et 3 touchés.

PITTSBURGH — Les Jaguars de Jacksonville ont entendu ce qui s’est dit. Ils ont lu les gazouillis sur Twitter et les messages sur Instagram et ils étaient un peu confus.

Ils se demandaient pourquoi les Steelers de Pittsburgh parlaient des Patriots de la Nouvelle-Angleterre alors qu’ils devaient se mesurer aux Jaguars avant d’avoir rendez-vous avec les champions du Super Bowl?

«Je ne sais pas s’ils ont mal lu l’horaire ou s’ils n’ont pas joué contre nous cette semaine. Ils ne nous ont pas respectés, a affirmé le secondeur des Jaguars Myles Jack. Nous ne l’avons pas bien pris.»

Le porteur de ballon recrue Leonard Fournette a amassé 109 verges et trois touchés, Blake Bortles a récolté 214 verges par la passe et les Jaguars ont surpris les Steelers 45-42, dimanche après-midi.

Les Jaguars, qui ont conclu la saison au troisième rang de l’Association Américaine, croiseront maintenant le fer avec les Patriots, à Foxborough, pour la finale d’association.

Les Jaguars se sont rapidement donné une priorité de 21-0 au deuxième quart et ils ont résisté aux nombreuses tentatives de remontée des Steelers. Un placement de 45 verges de Josh Lambo, avec 1:45 à écouler au quatrième quart, a finalement fait la différence pour les Jaguars.

Ben Roethlisberger a lancé cinq passes de touché, un record des Steelers en séries, et il a obtenu 469 verges par la voie des airs. 

Le receveur étoile des Steelers Antonio Brown a capté sept ballons pour des gains de 132 verges et deux touchés. Il effectuait un retour au jeu après s’être blessé au mollet gauche. Le’Veon Bell a amassé 155 verges d’attaque et il a inscrit deux majeurs.

Les Jaguars avaient dominé les Steelers en octobre, l’emportant 30-9 dans une rencontre au cours de laquelle Roethlisberger a lancé pas moins de cinq interceptions. Le vétéran quart des Steelers et ses coéquipiers n’ont pas semé de doute dans le match revanche, qui est survenu une semaine après que les Jaguars eurent battu de peine et de misère les Bills de Buffalo malgré les maigres 87 verges par la passe de Bortles.

Fournette donne le ton

Fournette a donné le ton dès le début de la partie et il a réussi un touché d’une verge en quatrième essai lors de la première possession des Jaguars. Il a ajouté un majeur de 18 verges sur le jeu suivant une interception de Roethlisberger.

Bortles a lui aussi fait des siennes et il n’a pas hésité à garder le ballon, même si les Steelers menaient la NFL au chapitre des sacs du quart avec 55, un record d’équipe. Ils ne se sont cependant pas rendus à Bortles du match. Bortles a complété une passe de 45 verges qui a mis la table pour le troisième touché de Fournette et il a conjugué ses efforts avec Tommy Bohanon, dans les dernières minutes du quatrième quart, pour aider sa troupe à se donner une priorité de 42-28.

«Blake a toujours été critiqué, a mentionné Fournette. C’est différent maintenant. Les joueurs le soutiennent, spécialement moi.»

En retard 28-7 en fin de deuxième quart, les Steelers ont terminé la première demie avec un touché de 36 verges de Martavis Bryant et ils ont amorcé le troisième quart avec un majeur de 19 verges de Bell. Les Jaguars n’ont toutefois jamais cédé leur avance de la rencontre, répondant chaque fois en inscrivant des points.