Mikaël Robidoux, était suspendu pour une durée indéterminée après le coup de coude qu’il a donné au visage de Xavier Simoneau, des Voltigeurs de Drummondville, samedi soir.

Mikaël Robidoux suspendu indéfiniment

Le directeur de la sécurité des joueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Éric Chouinard, a annoncé dimanche que l’ailier des Remparts de Québec, Mikaël Robidoux, était suspendu pour une durée indéterminée après le coup de coude qu’il a donné au visage de Xavier Simoneau, des Voltigeurs de Drummondville, samedi soir. Le centre de 17 ans avait quitté la glace sur une civière.

Chouinard a indiqué que l’incident serait étudié de plus près avant qu’une décision finale ne soit rendue et qu’il serait en mesure de rendre son verdict une fois qu’il aurait visionné les différentes vidéos, parlé au joueur et à l’organisation impliqués et consulté le comité de discipline.

Le 18 des Remparts en est à sa seconde suspension cette saison, lui qui avait écopé de deux matchs pour coup de genou en match préparatoire le 15 septembre, et sa huitième sanction depuis son arrivée dans la LHJMQ. L’an dernier, il avait reçu deux matchs pour avoir plaqué un adversaire dans la bande, un match pour une accumulation de codes et une amende de 500 $ pour conduite inacceptable. À sa première année avec les Diables rouges, en 2016-2017, il avait été suspendu deux matchs pour mise en échec à la tête, deux matchs pour coup de genou, un match pour bataille planifiée après la mise en jeu et un match pour avoir enlevé son casque ou celui d’un adversaire lors d’une altercation.

La plus récente frasque de Robidoux est survenue samedi soir à 18:05 de la deuxième période du match remporté 3 à 2 par les Remparts au Centre Marcel-Dionne. Simoneau tentait de déborder un défenseur des Remparts sur le flanc gauche et Robidoux est venu le frapper au visage avec son coude sans qu’il le voie venir. Le centre des Voltigeurs s’est aussitôt écroulé sur la glace et a quitté le match en civière pour être transporté à l’hôpital. Les dernières nouvelles indiquaient que le joueur était conscient et stable. Quant à Robidoux, il avait écopé d’une punition de match.

Jeudi, tout juste de retour de sa suspension de deux matchs, Robidoux avait aussi soulevé la colère de l’entraîneur des Tigres de Victoriaville, Louis Robitaille, alors qu’il avait donné une mise en échec par derrière à Mathieu Charlebois. Son geste lui avait valu une pénalité de deux minutes.

Suspensions sévères

Au cours des quatre dernières saisons, deux des cinq suspensions les plus sévères imposées à des joueurs de la LHJMQ concernent des coups à la tête, notamment celle de 15 matchs imposée l’an dernier à Charlie Roy des Cataractes de Shawinigan pour avoir donné un coup de poing à la tête de Maxime Comtois des Tigres de Victoriaville, qui était étendu sur la glace. 

Bokondji Imama, un espoir des Kings de Los Angeles, avait aussi reçu une suspension de 15 matches en 2015-2016 alors qu’il s’alignait pour les Sea Dogs de St. John pour avoir quitté le banc afin d’aller prendre la défense d’un coéquipier.

Kyle Ward de l’Océanic de Rimouski avait été suspendu 12 matchs en 2016-2017 pour avoir donné une mise en échec solide à Christopher Benoît du Drakkar de Baie-Comeau à la hauteur de la tête et des épaules. Benoît avait lui aussi quitté la glace sur une civière pour ensuite être hospitalisé.

En 2015-2016, Alexander Katerinakis de l’Armada de Blainville-Boisbriand avait écopé 10 matchs de suspension pour avoir bousculé un officiel. Des suspensions de neuf matchs avaient aussi été imposées à Olivier Shingh-Gomez des Foreurs de Val-d’Or en 2016-2017 et au gardien de but Storm Phaneuf des Saguenéens de Chicoutimi en 2014-2015. Shingh-Gomez avait quitté le banc pour aller prêter main-forte à un coéquipier et Phaneuf avait donné un coup de patin à un adversaire.