Mikaël Grenier courra dans la série GT World Challenge où il fera les épreuves de sprint et d’endurance dont les légendaires 24 heures de Spa. Au total, il prendra part à 15 courses sur le sol européen, dont 10 (sprint) seront présentées sur cinq week-ends de deux jours.

Mikaël Grenier de retour avec Emil Frey Racing

C’était un secret de Polichinelle. Mikaël Grenier défendra en 2020 les couleurs de l’écurie Emil Frey Racing pour une troisième saison. Le jeune pilote québécois conduira une Lamborghini et il courra dans la GT World Challenge. La nouvelle a été confirmée aujourd’hui par l’écurie suisse.

«L’autre bonne nouvelle c’est que je ferai les épreuves de sprint et d’endurance», a expliqué Grenier qui a reçu la confirmation de son retour avec la formation Emil Frey Racing le 7 décembre, mais qui devait garder le silence jusqu’au moment du dévoilement des grandes lignes de la saison de son écurie pour 2020. 

«Et c’est important de faire les deux types d’épreuves. En sprint, on est seulement deux dans la voiture. Le troisième pilote, qui s’ajoute lors des épreuves d’endurance, fait donc moins de courses. Je suis donc très heureux de courir en sprint et en endurance.

«Je serai évidemment au 24 heures de Spa, en Belgique, une des plus grosses courses de l’année à être présentées en Europe et l’évènement de l’année dans le monde du GT.»

Chez Emil Frey Racing, Grenier retrouvera non seulement un environnement qu’il connaît très bien, mais aussi Norbert Siedler, son coéquipier de la saison passée, ses ingénieurs et ses mécanos de 2019. De plus, il a pu faire la connaissance du troisième pilote avec qui il partagera le volant de sa Lamborghini pendant les épreuves d’endurance lors d’essais tenus en novembre. Le québécois et ses coéquipiers auront donc des attentes très élevées.

«Dans le monde de la course automobile, la stabilité fait une grosse différence. Et je vais avoir la chance d’être avec le même monde, des gens que je connais bien et avec qui la chimie est excellente.

«La seule chose qui va changer c’est le championnat. Au lieu d’être en GT Open, nous courons en GT World Challenge, un niveau un peu plus difficile où il y a plus de voitures qui aspirent à la victoire. Mais je connais la série puisque j’y ai participé en 2018 lors des épreuves d’endurance. Et à l’exception de 2019, l’écurie Emil Frey Racing y prend part depuis 2012. Finalement, nous connaissons bien la voiture puisque c’est la même que celle que nous avions en 2019. La seule différence c’est que nous passerons de pneus Michelin à des Pirelli. Nous devrons nous ajuster. C’est assez différent.Mais avec 10 jours d’essais, nous sommes confiants d’être prêts pour la saison. Si tout fonctionne comme on le souhaite, on devrait bien performer. Et c’est sûr que les attentes seront assez élevées.»

Les légendaires 24 heures de Spa

S’entraînant en gymnase jusqu’à son départ pour l’Europe, Grenier participera à ses premiers essais lors de la deuxième semaine du mois de février. Au total, le Québécois aura droit à 10 jours d’essais divisés en cinq périodes de deux jours avant le début du calendrier. Une fois la saison amorcée, les équipes ne pourront plus procéder à des essais à l’exception de deux jours en juin sur le circuit des 24 heures de Spa, des essais qui réuniront toutes les équipes de la série GT World Challenge.

Au total, Grenier prendra part à 15 courses avec Emil Frey Racing en 2020, soit 10 épreuves sprint présentées pendant cinq week-ends (samedi et dimanche) et cinq courses d’endurance dont le légendaire 24 heures de Spa.

«Une course à laquelle je pense déjà. Dans le monde du GT, à la fin du mois de juillet, tout le monde regarde le 24 heures. Je l’ai déjà fait à deux reprises, mais ça sera la première fois que j’aurai vraiment une voiture pour me battre avec les meneurs. C’est assez excitant. Évidemment, les 24 heures c’est une longue semaine parce que nous sommes là à partir du lundi. Il y a beaucoup de choses qui peuvent se passer. Mais ça va être l’évènement de l’année et l’évènement que tous les membres de l’équipe ont déjà en tête même s’il est seulement présenté à la mi-saison.»

Encore cette année, lui et son coéquipier devront se battre contre le second duo de son équipe, les gagnants du dernier championnat Open. Questionné sur ses objectifs pour 2020, Grenier a avoué qu’il attendrait d’avoir disputé sa première course de la saison avant de se mouiller. Il a cependant ajouté que l’écurie Emil Frey Racing ne poursuivait qu’un seul but course après course et c’était de décrocher la victoire.

«L’équipe a déjà gagné des courses dans le GT World Challenge. L’objectif de la saison est donc d’en remporter d’autres . Et il y a un gros focus qui est sur le 24 heures. Et entre gagner une épreuve en GT Open et obtenir une cinquième place en GT World Challenge, on préfère être cinquièmes en World Challenge parce que c’est plus difficile. Mais l’objectif reste de gagner. Surtout que nous aurons l’équipe de référence de Lamborghini avec nous. C’est une des raisons pourquoi, il faut performer. Mais c’est beau challenge.»