Miha Fontaine a terminé treizième à la Coupe du Monde de ski acrobatique.
Miha Fontaine a terminé treizième à la Coupe du Monde de ski acrobatique.

Miha Fontaine, meilleur Canadien à la Coupe du Monde de ski acrobatique

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
En terminant treizième, à une place des finales, le skieur acrobatique Miha Fontaine de Lac-Beauport a réalisé en fin de semaine la meilleure performance canadienne en sauts à la Coupe du Monde de ski acrobatique de Rukatunturi, en Finlande, remportée par le Russe Maxim Burov.

«Ça s’est très bien passé, ça ressemble beaucoup au camp d’entraînement que j’ai eu à Park City, aux États-Unis, sauf qu’ici, il fait toujours noir!» a raconté au Soleil le skieur de 16 ans à propos de la station de ski finlandaise située à une latitude encore plus au nord qu’Iqaluit, au Nunavut, et Nuuk, au Groenland.  

«J’ai fait mes gros sauts, des doubles périlleux quatre vrilles, et je suis content de les avoir faits tôt dans la saison», raconte celui qui est le fils du quadruple gagnant de la Coupe du Monde Nicolas Fontaine. Papa n’était par ailleurs pas très loin puisqu’il est l’entraîneur de l’équipe du Québec.

«Des doubles périlleux quatre vrilles, je n’ai jamais fait ça! Je travaillais là-dessus et sur des triples périlleux quatre vrilles et triples périlleux cinq vrilles à ma retraite en 2003... Le double périlleux quatre vrilles est le saut de base pour faire des triples périlleux cinq vrilles. Les gens me demandent quand Miha va commencer les triples périlleux... Pour l’instant, ce n’est pas une priorité. On travaille d’abord les doubles périlleux quatre vrilles», analyse le paternel et entraîneur de la nouvelle génération de Fontaine puisque la petite soeur de Miha, Charlie, est aussi un bel espoir de ski acrobatique. 

«Même si Miha est plus du niveau de la Coupe continentale, des championnats Noram et de la Coupe d’Europe, il a de bonnes chances de se qualifier pour les Jeux olympiques puisqu’il n’y a présentement que Lewis Irving (21à Ruka) sur l’équipe nationale. C’est certain qu’il y aura un skieur de la jeune relève pour l’accompagner à Pékin en 2022», indique Nicolas Fontaine, qui incidemment avait remporté sa dernière Coupe du Monde il y a 20 ans. 

«Les Jeux olympiques, c’est toujours quelque chose qui est derrière ma tête, mais il ne faut pas que je me laisse distraire par ça en compétition», ajoute Miha, qui avait aussi terminé treizième lors de sa première expérience en Coupe du Monde l’an dernier, à Deer Valley.

En Coupe du Monde, Miha et les autres skieurs ont été testés trois fois pour la COVID-19. «On garde notre masque tout le temps, mais les résidents ne le portent pas toujours. On est surveillés de près dans les couloirs pour se rendre sur les sites de compétitions et les seuls spectateurs sont les autres skieurs et nos coéquipiers», explique-t-il.

Miha restera à Rukatunturi encore quelques jours puisqu’il participera en fin de semaine à la Coupe d’Europe qui aura lieu au même endroit. «La majorité des skieurs junior seront là et on verra où l’équipe canadienne de la prochaine génération se situe. On n’avait pas eu la chance de le voir l’an passé parce que les championnats du monde junior avaient été annulés», conclut Nicolas Fontaine.