Sebastian Vettel

Mercedes voit rouge dans son jardin russe

Serait-ce la fin de l'hégémonie de Mercedes? Les deux Ferraris partiront de la première ligne pour la première fois depuis 2008 lors du Grand Prix de Russie, dimanche. Sur cette même piste de Sotchi qui était jusque-là le jardin de l'écurie allemande.
Sebastian Vettel (1:33,194), «au septième ciel» après la 47e pole de sa carrière - la deuxième seulement chez Ferrari et sa première depuis le GP de Singapour en 2015 -, s'élancera aux côtés de Kimi Raikkonen. «Nous sommes devant et c'est une bonne chose, une grande réussite», a réagi l'Allemand.
Vettel a retranché 0,059 seconde au chrono de son coéquipier finlandais, l'empêchant de signer sa première pole en neuf ans. Raikkonen, qui est surnommé «Iceman» en raison de son tempérament taciturne, a simplement confié être «plus heureux que lors des séances de qualifications précédentes».
Avec Valtteri Bottas et Lewis Hamilton en troisième et quatrième positions (à respectivement un peu moins de un dixième et de six dixièmes de seconde de Vettel), les Flèches d'argent peuvent voir rouge. Et pas seulement au sens littéral.
Avant samedi, elles restaient sur trois poles et trois victoires en autant d'éditions depuis le premier rendez-vous russe en 2014. Et elles n'avaient plus cédé la pole depuis le GP de Monaco en mai 2016 (18 Grands Prix consécutifs). Dimanche, ce sera aussi la première fois en 31 courses qu'aucune des deux monoplaces allemandes ne figurera en première ligne.
Hamilton s'est dit pessimiste quant à ses chances de rattraper les Ferraris en course. «Dans les circonstances actuelles, ce sera très difficile de les dépasser.»
Stroll partira 11e
Quant à Lance Stroll, il a appris une autre leçon en Formule 1, samedi. Le Québécois de 18 ans s'est fait prendre par le manque d'adhérence de ses pneus arrières lors de la séance de qualifications du Grand Prix de Russie et il partira de la 11e place sur la grille de départ, dimanche.
Le pilote Williams a signé le 12e temps (1:35,964), mais en vertu d'une pénalité imposée à Carlos Sainz fils (Toro Rosso) pour un accrochage avec Stroll au Grand Prix du Bahreïn, il a grimpé d'une place au classement. «C'était possible de faire mieux qu'un 12e temps, mais je n'ai pas réussi mon meilleur tour en Q2. C'est dommage, car j'ai perdu l'arrière de ma voiture en poussant un peu trop - les pneus sont très sensibles - lors de mon dernier tour lancé. Je pense que j'aurais pu faire mieux, mais je vais tout donner demain en course et voir où ça va me mener.
«Les pneus seront un véritable enjeu ici, mais je partirai en milieu de peloton et je verrai ce que nous pourrons faire de là. J'espère que la chance tournera, mais je vais essayer d'être intelligent en piste et de signer un bon résultat.»
Comme ce fut le cas la veille en essais libres, Stroll a signé la plus haute vitesse de pointe (331,3 km/h) sur le circuit qui ceinture le Parc olympique de Sotchi. Il a surpassé Raikkonen (331,1) et Hamilton (330,3).  Avec AP et La Presse canadienne