Valtteri Bottas a signé le meilleur temps de la la première séance.

Mercedes donne le ton au GP d’Espagne

MONTRÉAL — Mercedes a donné le ton au Grand Prix de Formule 1 d’Espagne, vendredi, après que Valtteri Bottas et Lewis Hamilton aient respectivement dominé les première et deuxième séances d’essais libres.

Bottas a signé le meilleur temps de la la première séance sur le circuit de Barcelona-Catalunya en 1:18,148, alors que Hamilton a survolé la deuxième en 1:18,259, et ce même si les pilotes Mercedes n’ont pas eu recours aux pneus super-tendres — réputés plus rapides.

Le pilote Ferrari Sebastian Vettel, qui accuse un déficit de quatre points sur Hamilton au classement des pilotes après quatre courses, a menacé Mercedes en matinée, mais Red Bull a véritablement bousculé l’équipe allemande en après-midi. Daniel Ricciardo a fini deuxième en 1:18,392, et Max Verstappen troisième en 1:18,533.

Les choses se sont déroulées autrement chez Williams, qui semble avoir perdu encore plus de terrain sur ses adversaires.

Le Québécois Lance Stroll a connu toutes sortes d’ennuis et n’a pu faire mieux que le 19e temps en après-midi, à 3,297 secondes de Hamilton. Son coéquipier chez Williams, Sergey Sirotkin, a pris le 20e et dernier rang à 3,081 secondes.

«La voiture est tout simplement trop lente, a dit Stroll, sans détour. De plus, je suis sorti de piste lors de la première séance d’essais en matinée, donc je n’ai pas pu passer beaucoup de temps à tourner. La voiture est très sous-vireuse. C’est très mauvais.»

Des propos qui ont trouvé écho dans ceux du directeur technique de l’équipe, Paddy Lowe.

«Ce n’était pas une bonne journée. Nous savions que ce circuit ne nous convenait pas, en raison des problèmes que nous vivons avec la FW41 jusqu’ici cette saison, mais notre rythme est pire que ce que nous anticipions, a admis Lowe. En plus de ça, nous avons des ennuis avec les gommes super-tendres, en particulier sur cette piste.»

La plupart des équipes ont apporté des améliorations significatives à leurs voitures à Barcelone pour la première épreuve de la portion européenne du calendrier, après des courses en Australie, au Bahreïn, en Chine et en Azerbaïdjan.

Mercedes et Red Bull semblent être les équipes les plus améliorées, mais il ne faut pas écarter Ferrari de l’équation puisqu’elle est habituellement supérieure en qualifications et en course.

Ricciardo, victime d’un accrochage spectaculaire avec Verstappen en Azerbaïdjan, a connu un mauvais début de week-end en Espagne. Il a heurté un mur de pneus au milieu de la première séance d’essais, et a perdu beaucoup de temps en piste.

Kimi Raikkonen, à bord de l’autre Ferrari, a pris le sixième rang en après-midi. Le Finlandais a toutefois dû rentrer aux puits plus tôt que prévu en raison d’un problème de moteur.

Le favori local, Fernando Alonso, a obtenu le sixième temps en matinée, mais seulement le 12e après la deuxième séance d’essais.

Kubica de retour en piste

Robert Kubica, le pilote d’essai de Williams, a pris part à une première séance officielle en F1 après avoir failli perdre l’usage d’une de ses mains à la suite d’un grave accident en rallye en 2011. Il a pris part aux essais hivernaux cette saison, mais n’avait pas piloté en F1 depuis le Grand Prix d’Abu Dhabi en 2010.

L’équipe britannique a dû effectuer quelques ajustements sur la voiture de Kubica puisque le Polonais est limité dans ses mouvements avec sa main droite.

Kubica, qui est sorti de piste vers la fin de la séance, a fini avant-dernier - tout juste devant Stroll. Sirotkin était de retour en piste lors de la deuxième séance d’essais en après-midi.

«Je ne peux dire que je me suis amusé parce que la voiture est très sous-vireuse et qu’elle est très difficile à piloter, donc je ne me suis pas amusé, a dit Kubica. Mais je suis satisfait de la séance, et de la façon dont j’ai réagi dans les circonstances. Ça peut paraître bizarre de dire que je suis content d’être 19e, mais je le suis vraiment.»

Quant au Québécois âgé de 19 ans, il a failli heurter un mur de pneus après être sorti de piste, alors qu’il restait environ une demi-heure à la première séance d’essais. De nombreux pilotes se sont d’ailleurs plaints du vent qui a balayé le circuit catalan en matinée - bien que Stroll a refusé de s’en servir comme excuse pour ses pépins.

«Ce sont les mêmes conditions pour tout le monde», a-t-il d’abord mentionné.

«Il faut atteindre Q3 sur une base régulière, et marquer des points à chaque course, a ajouté Stroll. Et présentement, nous ne sommes pas en position d’espérer cela.»  Avec AP