Le suédois Henrik Harlaut (2e), le Suisse Fabian Boesch (1er) et le Canadien Alex Beaulieu-Marchand (3e) sur le podium de l'épreuve de Big Air présentée à Park City, en Utah.

Médaillé des Mondiaux au big air, Alex Beaulieu-Marchand hésite à faire le slopestyle

Alex Beaulieu-Marchand a gagné une médaille à chacune de ses trois dernières épreuves. Deux aux X Games et une aux Championnats du monde, samedi, en big air. Le skieur de Saint-Augustin songe néanmoins à se retirer du slopestyle des Mondiaux, à compter de mardi, même s’il n’est pas blessé.

Depuis un an, tout ce que Beaulieu-Marchand touche en piste se change en métal. Celui que l’on identifie souvent par ses seules initiales, ABM, a rapporté des médailles des Jeux olympiques, des X Games et maintenant des Mondiaux.

Lors des sept épreuves les plus importantes présentées au cours des 12 derniers mois dans l’univers du ski en style libre — X Games 2018, Jeux olympiques 2018, Dew Tour 2018 et X Games 2019 —, ABM a mis la main sur quatre médailles, deux d’argent et deux de bronze, en plus de se classer six fois dans le top cinq.

Tout cela après une blessure au genou et une importante commotion cérébrale, qui l’a laissé sur la touche pendant plus d’un mois et l’a obligé à réévaluer sa carrière.

«Je regarde par la fenêtre et en ce moment, c’est une tempête de poudreuse», a constaté ABM au téléphone, dimanche, quand Le Soleil l’a joint à Park City, en Utah, où se tiennent jusqu’à dimanche les Championnats du monde de ski acrobatique, freeski et snowboard.

Rester intelligent

Beaulieu-Marchand arrivait du premier entraînement slopestyle. «Le parcours n’est pas incroyable et les conditions sont difficiles. Ils annoncent encore de la neige pendant deux jours. Je ne sais pas comment ça va tourner, mais ce n’est pas impossible que je décide de ne pas participer à cette épreuve de slopestyle», laisse-t-il simplement tomber.

Depuis cette période d’arrêt forcé à l’hiver 2018, ABM estime avoir changé d’état d’esprit. «Depuis mes blessures, j’ai pris plus de confiance en moi. Je me dois de rester intelligent dans mes décisions. Comme avec les conditions ici aujourd’hui, je n’ai pas fait mes sauts à 100%. J’aime mieux rester en santé! Maintenant, si jamais le parcours ou les conditions climatiques ne sont pas au mieux ou si pour une raison je ne me sens pas en sécurité pour faire mes manœuvres, je préfère ne pas prendre le départ.»

À 24 ans, certains parleraient de sagesse. En tout cas, cela semble fonctionner. Parce que seul Henrik Harlaut a eu davantage de succès que Beaulieu-Marchand dans les principales compétitions au cours de la dernière année avec aussi quatre médailles, mais deux d’or, et cinq tops cinq. Médaillé d’argent samedi, le Suédois a tout juste devancé le Québécois par 0,75 point.

«ABM» en action

3e médaille aux X Games?

Sans oublier qu’ABM pourrait avoir une troisième médaille des X Games dans un mois, avec la publication des résultats de l’épreuve de vidéo Real Ski, où il a fait équipe avec Antoine Caron et Raphaël Desharnais.

Un projet qui lui tient à cœur et dont il doit garder le résultat secret d’ici la diffusion d’une émission spéciale à ABC, le 2 mars. Harlaut et le Québécois Phil Casabon sont aussi de la partie.

Le fait d’avoir travaillé sur ce mini-film tout l’hiver a privé Beaulieu-Marchand de plusieurs heures d’entraînement, mais l’a aussi placé dans de meilleures dispositions mentales. 

À voir maintenant s’il sera de l’épreuve slopestyle des Mondiaux, avec la ronde de qualification prévue mardi et la finale mercredi. Sa seule sortie officielle sera ensuite à l’étape de Coupe du monde de big air de Québec, mi-mars.

Entre-temps, il prévoit passer le plus de temps possible à s’amuser en skiant de la poudreuse avec les copains, en Utah et en Colombie-Britannique. Comme celle qui lui tombe sur la tête en ce moment même. «J’ai aussi apporté mes skis de poudreuse», assure-t-il, le sourire dans la voix.