Selon le grand patron de l'UFC, Dana White, un mandat d'arrestation aurait été émis contre Conor McGregor

McGregor fait du grabuge dans une conférence de presse

NEW YORK — Conor McGregor s’est invité jeudi à d’une conférence de presse en prévision d’un gala d’arts martiaux mixtes organisé par l’UFC et a blessé un participant en jetant un chariot sur un minibus.

Le coup de colère de l’Irlandais pourrait avoir été déclenché par l’annonce de l’UFC, mercredi, qu’elle allait lui retirer son titre de champion des poids légers qu’il détient depuis novembre 2016. Il reviendra au Russe Khabib Nurmagomedov ou à l’Américain Max Holloway, têtes d’affiche du gala de samedi au Barcalys Center.

Selon des images du site Internet spécialisé TMZ Sport, McGregor et un groupe d’une dizaine de personnes se sont introduits dans les coulisses du Barclays Center. Alors que les combattants avaient pris place dans des minibus, ils ont jeté divers objets sur l’un des véhicules. McGregor a brisé une vitre d’un des véhicules avec un chariot et les éclats ont, selon le patron de l’UFC, Dana White, blessé au visage l’Américain Michael Chiesa.

«Tout le monde est sous le choc, c’est la chose la plus révoltante qui se soit passée dans l’histoire de notre organisation», a indiqué White. «Il y a un mandat d’arrêt contre McGregor, la police de New York le recherche, il ne peut pas quitter l’État de New York, je pense qu’il va finir par se rendre.» La police de New York n’a pas confirmé ces informations.

White a prévenu qu’une plainte avait été déposée contre McGregor, sous contrat avec l’UFC. «Il va devoir payer des dédommagements dont il n’a pas idée, c’était vraiment une très mauvaise idée en termes de plan de carrière.»

McGregor a accédé à une notoriété mondiale et à la richesse grâce à son combat de boxe perdu en août dernier contre l’Américain Floyd Mayweather. Il aurait reçu 100 millions $ pour ce combat, son premier sur un ring de boxe contre l’un des meilleurs boxeurs de l’histoire.