Après avoir asséné à Connor McGregor (à droite) plusieurs coups qui ont semblé l'exténuer au neuvième round, Floyd Mayweather lui a administré une autre rafale de coups au 10e round, ne laissant pas d'autre choix à l'arbitre d'arrêter le combat.

Mayweather vient à bout de McGregor

L'Américain Floyd Mayweather a défait l'Irlandais Conor McGregor par K.-O. technique au 10e round, samedi soir, au T-Mobile Arena de Las Vegas. Mayweather demeure ainsi invaincu en 50 combats.
Alors que McGregor (0-1) avait la foule du T-Mobile Arena derrière lui, Mayweather (50-0) a survécu à un départ difficile et a tranquillement repris le contrôle du combat.
«Money» Mayweather a su conserver son énergie pour les utiliser lors des derniers rounds, alors que McGregor s'est fatigué rapidement.
Après avoir asséné à McGregor plusieurs coups qui ont semblé l'exténuer au neuvième round, le champion boxeur lui a administré une autre rafale de coups au 10e round, ne laissant pas d'autre choix à l'officiel Robert Byrd que de mettre fin aux hostilités.
Après le combat, le vainqueur a confirmé en entrevue qu'il s'agissait bel et bien de son dernier combat en carrière.
Le duel, qui se déroulait selon les règles de la boxe, semblait a priori très déséquilibré. Mais, au finale, le combat tant attendu a finalement duré plus longtemps que prévu, McGregor étant plus compétitif que plusieurs experts ne l'auraient cru.
McGregor faisait en effet ses débuts sur un ring face à un boxeur qui ne s'était jamais incliné depuis ses débuts professionnels (49 victoires) et qui, à défaut d'être spectaculaire, passe pour l'un des meilleurs défenseurs et contreurs de l'histoire.
Les puristes de la boxe présentaient d'ailleurs ce combat comme un spectacle ou une mascarade. «C'est comme si on se demandait si un joueur de ping-pong avait une chance de battre Roger Federer dans un match de tennis», avait résumé Teddy Atlas, un entraîneur de boxe respecté. 
Le président de l'Association des médecins de la boxe, Larry Lovelace, était allé plus loin en estimant que la commission sportive du Nevada n'aurait pas dû autoriser ce combat. «Ce que je redoute vraiment, c'est que quelqu'un soit sérieusement blessé», avait-il expliqué au New York Times.
La télé payante débordée
Le coup d'envoi du combat a été légèrement retardé pour faire face aux commandes de dernière minute de la télévision payante. «En raison de la forte demande, des cablo-opérateurs et des fournisseurs d'accès à Internet ont rencontré des problèmes», ont indiqué les organisateurs.
Le «Money Fight» devrait battre une série de records, dont celui des recettes tirées par les ventes de télévision à la séance pour la chaîne de télévision Showtime. Le record en la matière est détenu par un autre combat de Mayweather : celui contre le Philippin Manny Pacquiao en mai 2015, marqué aux États-Unis par 4,6 millions d'achats.
McGregor, vainqueur de 21 de ses 24 combats de MMA, était assuré de toucher le plus gros chèque de sa carrière : 70 millions $ au minimum, 100 ou 150 millions $ selon les prévisions les plus folles, tandis que Mayweather, sorti pour l'occasion de sa retraite dorée prise en 2015, pourrait empocher 250 millions $!
Pour être au bord du ring, certains riches spectateurs ont déboursé jusqu'à 102 000 $.
Les paris les plus élevés - 1 million $ par quatre différents parieurs - concernaient sans surprise une victoire de Mayweather et offraient un gain de 240 000 $.  Avec AP
***
«Je suis à la retraite», confirme Mayweather
«J'ai eu une superbe carrière, mais je le dis à tous les jeunes gars qui voudraient me défier, ce n'est pas la peine, je suis à la retraite». L'Américain Floyd Mayweather a confirmé samedi à l'issue de sa victoire sur l'Irlandais Conor McGregor que ce combat était son dernier.
«Après 21 années sur les rings, on se rappellera de moi comme d'un winner» et comme quelqu'un qui a une stratégie qu'il met en place pour gagner», a-t-il insisté en conférence de presse.
«Je n'étais pas le Mayweather d'il y a 20 ans ou même d'il y a 2 ans, mais j'ai une intelligence du combat», a-t-il déclaré à propos de sa victoire.
Cette 50e victoire en autant de combats, la 27e avant la limite, lui a permis de dépasser le légendaire Rocky Marciano invaincu en 49 combats.
Mayweather avait déjà pris sa retraite en septembre 2015, avant d'en sortir en juin dernier en acceptant d'affronter McGregor pour un combat controversé et sans précédent en termes de recettes.
Mayweather, déjà à la tête d'une importante société de promotion de combats et propriétaire d'un club de striptease à Las Vegas, ne va pas quitter le monde de la boxe.
«Je veux trouver le prochain Mayweather, cela peut prendre du temps, mais il y a de sacrés boxeurs, comme Badou Jack ou Gervonta Davis», a-t-il expliqué, en citant deux boxeurs dont il est déjà le promoteur.
Conor McGregor n'exclut rien
L'Irlandais Conor McGregor n'a, quant à lui, pas exclu samedi de poursuivre une carrière en boxe, parallèlement à celle qui en a fait une star des arts martiaux mixtes (MMA).
«J'ai vraiment apprécié cette expérience [...]. C'était un beau combat, j'ai beaucoup appris. Je ne sais pas encore ce que mon futur me réserve, en UFC [le principal organisateur de combats MMA] ou en boxe», a-t-il déclaré en conférence de presse.
«C'était un honneur pour moi de me retrouver sur un ring avec Floyd», a poursuivi McGregor, impressionné par l'intelligence et la réactivité de son adversaire.
«Je lui tire mon chapeau, c'est un grand champion», a insisté l'Irlandais, qui avait pourtant copieusement insulté l'Américain à la moindre occasion avant leur combat.
Pour son premier combat sur un ring de boxe, McGregor, 29 ans, a tenu le choc pendant les quatre premières reprises, avant de s'incliner par arrêt de l'arbitre à la 10e reprise.
«J'ai été surpris par le manque de respect que beaucoup de gens, mais je dois dire pas Floyd et son équipe, ont montré à propos de mes capacités», a révélé le double champion UFC, vainqueur de 21 de ses 24 combats MMA.
«Cela m'a blessé et j'ai montré ce samedi soir que j'étais aussi un boxeur, un guerrier», a-t-il estimé.
Le grand patron de l'UFC, Dana White, a de son côté espéré que sa star allait désormais se concentrer sur les combats MMA.
«Je préférerais qu'il ne boxe pas à nouveau, c'est un combattant MMA, il doit pouvoir utiliser toutes ses armes, et ce soir il n'a pu utiliser que ses poings», a-t-il remarqué.
«Il a livré un grand combat, je suis très fier de lui, mais je préférerais qu'il reste en MMA», a-t-il martelé.
White, à la tête de l'UFC, racheté 4 milliards $ en 2016 par le groupe WWE-IMG, a exclu à l'avenir de monter d'autres combats de ce genre.
«C'était à mes yeux un évènement unique entre deux superstars, un combat que tout le monde voulait voir», a-t-il estimé.
Mayweather ne voit pas non plus McGregor revenir sur un ring.
«Il est tellement important en termes financiers pour l'UFC, il a beaucoup de supporteurs dans ce sport», a-t-il rappelé.
Badou Jack défie Adonis Stevenson
Badou Jack l'a emporté par K.-O. technique au 5e round face Nathan Cleverly.
Badou Jack s'est emparé du titre WBA des mi-lourds en battant Nathan Cleverly par arrêt de l'arbitre au cinquième round. Dès la fin de son combat, organisé dans le cadre du très attendu duel entre Floyd Mayweather, qui est son promoteur, et Conor McGregor, le boxeur de 33 ans a défié Adonis Stevenson, champion WBC de la catégorie. 
Le Suédois d'origine gambienne a dominé dès la première reprise le Britannique, qui remettait en jeu pour la première fois la ceinture conquise en octobre 2016 face à l'Allemand Jurgen Brahmer. Il a signé sa 22e victoire, la 13e avant la limite, pour une défaite et deux nuls, tandis que Cleverly a concédé sa quatrième défaite pour 30 succès.
Jack restait sur un nul controversé en janvier face au Britannique James DeGale pour les titres WBC et IBF des super-moyens et n'était plus remonté sur un ring depuis. «C'est un rêve devenu réalité, mon précédent combat m'a appris qu'il ne fallait jamais s'en remettre aux jugements des arbitres, j'ai tout fait pour faire la différence avant», a-t-il expliqué.