«Les Chevaliers sont l’équipe midget AAA qui compte le plus de joueurs dans la LHJMQ avec 29. Ce sont tous des gars que j’ai <em>coachés</em> durant mes quatre saisons à Lévis», indique Turcotte avec fierté.
«Les Chevaliers sont l’équipe midget AAA qui compte le plus de joueurs dans la LHJMQ avec 29. Ce sont tous des gars que j’ai <em>coachés</em> durant mes quatre saisons à Lévis», indique Turcotte avec fierté.

Mathieu Turcotte a encore peine à croire à la saison record des Chevaliers

Presque un an plus tard, l’ex-entraîneur-chef des Chevaliers de Lévis Mathieu Turcotte dit avoir encore de la difficulté à croire la saison record que son équipe avait connue l’an dernier.

«Avec le temps, c’est encore plus impressionnant quand on regarde ça et qu’on se rend compte que, de septembre à janvier, on n’a pas perdu un seul match. C’est difficile à croire même si je l’ai vécu!» a déclaré mercredi au Soleil celui qui est maintenant l’adjoint de Steve Hartley avec les Voltigeurs de Drummondville.

Dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Turcotte revoit quand même régulièrement des visages qui lui rappellent cette saison incroyable de 41 victoires, une seule défaite et 118 points.

Charles-Antoine Dumont, qui est présentement sur la liste des blessés, est en effet un joueur régulier à Drummondville, et Elliot Lavoie, meilleur marqueur des Chevaliers cette année, disputait mercredi son troisième match de la saison avec les Voltigeurs.

«C’est l’fun de les voir progresser. Charles-Antoine a eu un lent départ selon son standard, mais c’est un gars que j’ai apprécié durant mon passage à Lévis. J’aime aussi jouer contre les joueurs que j’ai dirigés avec les Chevaliers, les [William] Veillette, [Xavier] Bourgault, [Nicolas] Daigle et [Joshua] Roy», poursuit-il.

«Les Chevaliers sont l’équipe midget AAA qui compte le plus de joueurs dans la LHJMQ avec 29. Ce sont tous des gars que j’ai coachés durant mes quatre saisons à Lévis», indique Turcotte avec fierté.

«Nous étions vraiment axés sur le développement et on voit le résultat. Bien sûr, les victoires ont fini par venir l’an passé, mais pour moi ça a toujours été le développement d’abord et avant tout.»

Un œil sur les Chevaliers

Même dans son nouvel emploi, Turcotte garde toujours un œil du côté de Lévis et est heureux de constater que les Chevaliers connaissent une autre belle saison avec 28 victoires et 12 défaites, la meilleure fiche du circuit après celle de leurs éternels rivaux des Cantonniers de Magog.

«Je parle régulièrement au staff d’entraîneurs de Lévis, ils ont de bons jeunes et font du bon travail», poursuit-il.

Retour

Malgré tout, Turcotte ne regrette pas du tout son retour dans la LHJMQ, où il avait été adjoint avec les Foreurs de Val-d’Or et les Saguenéens de Chicoutimi de 2010 à 2014 avant de devenir l’entraîneur-chef des Chevaliers.

«Ça se passe exactement comme j’avais pensé. J’aime bien travailler avec Steve [Hartley] et Philippe [Boucher]. Après une éclipse de cinq ans, je retrouve une ligue où il y a toujours autant de bons joueurs et un calibre aussi relevé.»

À Drummondville, il peut aussi continuer à s’investir dans le développement des hockeyeurs. «La différence avec le midget AAA, c’est que tu as plus de temps. Au niveau midget, tu dirigeras tes meilleurs joueurs pendant un an seulement alors qu’ici, tu les as pendant deux ou trois ans», conclut-il. 

+

DUFOUR SUR UNE LANCÉE AVEC LES VOLTIGEURS

Moins de deux ans après avoir été choisi au sixième rang du repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), l’attaquant de Beauport William Dufour retrouve enfin à Drummondville la touche qui avait fait de lui, à 15 ans, l’un des cinq meilleurs marqueurs du Blizzard du Séminaire Saint-François.

«Pourtant, quand je suis arrivé ici, rien ne marchait. J’ai eu une passe difficile, je ne travaillais pas de la bonne façon. Je me suis assis avec les entraîneurs et j’ai changé ma façon de faire. Maintenant, ça va mieux», a-t-il déclaré avant la partie de mercredi.

Avec 10 buts et autant d’aides en 22 parties et un point à chacun de ses neuf derniers matchs, l’ailier de 18 ans vit en effet ses meilleurs moments au hockey junior. 

Il aura tout de même fallu trois équipes à celui qui avait débuté avec les Huskies de Rouyn-Noranda, pour ensuite passer aux Saguenéens de Chicoutimi contre des choix au repêchage avant d’aboutir à Drummondville dans la transaction qui a envoyé Dawson Mercer aux Sags.

«Ça ne me fait rien d’avoir été échangé deux fois. Au moins je n’ai pas été échangé pour n’importe qui, j’ai fait partie d’une transaction qui impliquait Dawson Mercer, un des bons joueurs de la ligue», a d’abord lancé Dufour avant d’avouer qu’il avait été pris par surprise par la dernière transaction l’impliquant.

«J’ai compris que les Sags jouaient le tout pour le tout. Avant la date limite des transactions, ma mère me demandait si je croyais être échangé. J’avais répondu que je ne pensais pas. Mais un matin, Yanick [Jean, entraîneur et directeur général des Sags] est venu me voir et mon agent m’en avait parlé aussi», enchaîne-t-il.

Le rêve de la LNH

En cette année où il sera admissible au repêchage de la LNH, Dufour, comme plusieurs joueurs dans sa situation, dit essayer de ne pas trop y penser. «Au début de la saison, je n’étais même pas dans le classement [du bureau central de dépistage de la LNH] et maintenant, je suis 99e», indique-t-il. «C’est quand même l’fun d’être classé, car c’est mon rêve depuis que je suis tout petit.»

Mercredi, il disputait son premier match contre les Remparts depuis que lui et son ex-coéquipier des Sags Théo Rochette ont atterri sous d’autres cieux durant les Fêtes. 

«Moi et Théo, on était très proches. On se texte chaque jour et des fois on joue au Xbox ensemble. On s’était fait une séance de Facetime avant le match d’aujourd’hui. J’ai vraiment hâte de jouer contre Théo», conclut Dufour, qui avait connu Rochette au hockey estival alors que Rochette habitait Donnacona.