L’ancien du Rouge et Or Mathieu Betts a passé la fin de semaine en camp d’entraînement au Halas Hall, au bord du lac Michigan, avec les Bears de Chicago.

Mathieu Betts au centre de l’attention au mini camp des Bears

«Quand coach Pagano a su que j’étais le troisième choix au repêchage de la LCF, il en a parlé à tout le monde! Je me suis fait poser des questions toute la fin de semaine», a confié Mathieu Betts, dimanche soir, au retour de son premier camp chez les Bears de Chicago.

Chuck Pagano, c’est le coordonnateur défensif des Bears de Chicago. L’ancien entraîneur-chef des Colts d’Indianapolis, pendant six ans. Le gars coache dans la NFL depuis près de 20 ans. Des bons joueurs, il en a vu passer.

C’est le genre de fin de semaine qu’a vécue Betts, au mini camp des recrues des Bears. Choix au repêchage, membres de l’équipe d’entraînement, joueurs autonomes embauchés ou invités pour un essai, ils étaient réunis pour la première fois en vue de la saison qui s’amorce le 5 septembre. Mais dans quatre mois, ils n’y seront plus tous.

Une semaine après avoir signé son premier contrat professionnel avec les Bears à titre de joueur autonome, au terme du repêchage de la NFL, l’ailier défensif du Rouge et Or de l’Université Laval a passé trois jours avec sa nouvelle équipe.

Où régnait, a-t-il admis, «un certain engouement» autour de ce joueur étoile venu du Canada et jusque-là inconnu au sud de la frontière. «C’était quand même agréable», a-t-il admis, en attendant son vol retardé à l’aéroport de Newark.

Curiosité de ses possibles futurs coéquipiers et quelques entrevues, dont une avec un petit média du coin, le USA Today. On veut savoir d’où il vient et quel genre de football se joue dans le froid, plus au nord.

Découvrir Halas Hall

Betts a passé ses trois premières journées au sein de la NFL, «au top de la pyramide du foot», comme il le dit. Avec un groupe d’athlètes qui, même en compétition directe, se sont entraidés tout au long de ce court séjour à Lake Forest, en Illinois.

L’endroit s’appelle Halas Hall. Siège social et lieu d’entraînement des Bears, le complexe en pleines rénovations de 100 millions $US est situé au bord du lac Michigan, à 60 km au nord de Chicago et du stade Soldier Field.

«Au total, c’est plus petit que le PEPS... sauf que c’est juste pour une équipe de foot. Tu peux être sûr qu’on n’a manqué de rien. On a été super bien traités par une organisation vraiment A+ du début à la fin», a expliqué celui qui, en plus d’être repêché au troisième rang dans la LCF par les Eskimos d’Edmonton jeudi dernier, a également été nommé athlète masculin universitaire par excellence au Canada.

Il s’est quand même senti parmi les siens, à sa place avec la crème du football nord-américain. Si le calibre ressemble à ce qu’il avait expérimenté lors du East-West Shrine Game en janvier en Floride, son passage à la position de secondeur extérieur l’oblige à affronter des situations de jeu qu’il a peu vues dans les rangs universitaires.

«J’ai eu beaucoup plus d’assignations en couverture de passe, ce que j’ai moins fait avec le Rouge et Or, a-t-il expliqué. Mais je suis très satisfait de mes trois journées, j’ai progressé dans le système de jeu et les choses qui m’étaient demandées.»

Le Montréalais de 24 ans passe la semaine à la maison, à Québec, et tentera de rattraper les occasions ratées des dernières semaines auprès de sa blonde et de ses amis. «Je vais essayer de décrocher du foot un peu, même si je vais m’entraîner chaque jour pour rester en forme», indique-t-il.

Car il repart chez les Bears dès dimanche prochain, pour cinq semaines d’activités d’équipe organisées (OTAs), des journées de préparation obligatoires sans être le camp présaison officiel.

Thomassin retranché

Pendant ce temps, le joueur de ligne offensive du Rouge et Or Samuel Thomassin est rentré du mini camp des recrues des Giants de New York sans contrat. Présent à East Rutherford, au New Jersey, comme simple invité, Thomassin n’aura pas réussi à convaincre les bonzes des Giants de le convier au vrai camp.

Loin de s’apitoyer sur son sort, le gentil géant de 6’ 5” et 315 lb devait redoubler d’ardeur aux études dimanche soir pour ses deux examens de lundi matin. Après la fin de session, ce sera le départ pour Montréal et le camp des recrues des Alouettes de la LCF, qui l’ont repêché jeudi en deuxième ronde.