«C’est un honneur formidable et un privilège de me faire donner le drapeau par mon coéquipier, mon mentor, mon héros, Brian McKeever», a dit Arendz.

Mark Arendz, porte-drapeau canadien à la clôture des paralympiques

Le biathlète et fondeur natif de l'Île-du-Prince-Édouard, Mark Arendz, a été choisi ce matin par l'Équipe canadienne paralytique pour porter le drapeau à l'occasion de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques de PyeongChang, qui aura lieu ce dimanche dès 7h (heure du Québec).

Il s'agissait des troisièmes jeux d'Arendz, depuis Vancouver en 2010. En Corée, cette année, il a remporté pas moins de cinq médailles pour le Canada, dont l’or au biathlon. 

Il aura d'ailleurs l'ultime chance de gagner une sixième et dernière médaille, samedi soir, lors de l'épreuve au relais 4x2,5 km mixte.

«J’espère inspirer la prochaine génération de jeunes Canadiens qui me verront porter le drapeau et qui seront eux aussi inspirés à poursuivre leurs rêves», a confié l'athlète après l'annonce de sa nomination, par voie de communiqué samedi matin.

L'athlète, qui a subi un très grave accident quand il était encore très jeune à l’Île-du-Prince-Édouard, estime que ses performances sont «une preuve que tous les petits Canadiens et les petites Canadiennes peuvent rêver grand et travailler fort pour atteindre leurs objectifs». 

«C’est l’honneur absolu et un privilège de recevoir le drapeau de mon coéquipier, mentor et héros Brian McKeever pour mener un groupe d’athlètes avec une performance record pendant la cérémonie de clôture», a-t-il ajouté. 

«Mark est l’un des athlètes canadiens les plus remarquables de ces Jeux paralympiques. Il était parmi les athlètes les plus occupés ici et il a tout de même remporté cinq médailles, c’est extraordinaire! Nous sommes éblouis par son talent et son dévouement admirable», a pour sa part expliqué Todd Nicholson, chef de mission de l’équipe paralympique canadienne.

Duncan se dit fière

Samedi en début d'avant-midi, la Ministre des Sciences et ministre des Sports et des Personnes handicapées, Kirsty Duncan, s'est dite très fière du parcours de Mark Arendz, le félicitant notamment pour ses qualités remarquables hors des compétitions. 

«Mark a été choisi pour son esprit d’équipe et son influence positive sur toute l’équipe canadienne durant les Jeux. À force de talent de persévérance et de détermination, il a pu récolter cinq médailles en para nordique. Je suis ravie d’avoir été présente lors de ses exploits.»

La politicienne ajoute que, globalement, lors de ces Jeux paralympiques, «les performances exceptionnelles de tous nos athlètes ont été nombreuses». 

Kirsty Duncan invite ous les Canadiens à se joindre à elle pour applaudir les succès de Mark Arendz et de l'équipe paralympique, qui s’apprête à vivre ses derniers moments à PyeongChang. 

«Le gouvernement du Canada est fier d’appuyer nos athlètes à chaque étape de leurs carrières, rappelle la ministre. Nous les appuyons dans leur quotidien et durant les rencontres d’envergure comme les Jeux paralympiques. Nous les appuyons aussi en éliminant les obstacles à l’activité physique et au sport de haut niveau.»

+

Excellente délégation

Arendz, qui a perdu son bras gauche dans un accident de ferme alors qu’il était âgé de 7 ans, mènera la délégation canadienne ayant connu le plus de succès aux Paralympiques, quand il fera son entrée dans le stade.

Le Canada figure actuellement au 3e rang du tableau des médailles à PyeongChang, tout juste derrière les athlète paralympiques neutres de la Russie et les États-Unis. 

Au cours de ces Jeux, Le Canada a officiellement réalisé sa plus importante récolte de médailles à des Jeux paralympiques d’hiver, alors qu’il a ajouté cinq médailles - deux d’or, trois de bronze - pour porter son total à 24 aux Jeux de Pyeongchang.

Ces 24 médailles - huit d’or, une d’argent et 15 de bronze - relèguent ainsi en deuxième place sa performance de 19 médailles, réalisée aux Jeux paralympiques de Vancouver, en 2010.

Elles lui permettent également de partager la deuxième place au classement total des médailles avec les athlètes paralympiques neutres de la Russie. Les deux pays viennent au deuxième rang également avec huit médailles d’or, mais la Russie a remporté 10 médailles d’argent et six de bronze.

Les États-Unis dominent les deux classements, avec 35 médailles, dont 12 d’or.

Samedi, Brian McKeever a ajouté une troisième médaille d’or à son palmarès des Jeux de Pyeongchang en remportant le 10 kilomètres en ski de fond avec ses guides Graham Nishikawa et Russell Kennedy dans la catégorie déficience visuelle.

L’athlète de Canmore, en Alberta, a remporté l’or sur les trois distances présentées cette semaine. En carrière, McKeever a maintenant gagné 13 médailles d’or, deux d’argent et une de bronze en cinq Jeux paralympiques.

«Ça fait du bien. Celle-là a été difficile et le résultat a été un peu plus serré que pour les autres, a raconté McKeever. La performance de samedi, c’est avant tout le fruit d’un travail d’équipe. Il y a eu un énorme changement de température, alors nous sommes sortis très tôt, plus de 90 minutes avant le début de la course, pour essayer de nouveaux skis avec nos techniciens de fartage. Tout le monde a fait des efforts immenses.»

L’autre médaille d’or canadienne a été l’affaire de la plus jeune membre de sa délégation, Natalie Wilkie, qui a remporté l’épreuve de 75, km en ski de fond, sa deuxième victoire des JP.

«C’est complètement fou. Je ne pensais pas que ça pouvait arriver. Je n’ai que 17 ans et ce sont mes premiers Paralympiques, a déclaré l’athlète de Salmon Arm, en Colombie-Britannique. La différence (samedi) a été la double poussée. Je me suis dit que je devais faire comme si je donnais des coups de coude à mon grand frère.»

Emily Young s’est jointe à Wilkie sur le podium après avoir pris la troisième place. Il s’agit du deuxième podium double du Canada à Pyeongchang, après les première et troisième places de Mollie Jepsen et Alana Ramsay du super combiné.

Mark Arendz a ajouté une autre médaille à sa fructueuse récolte en Corée du Sud, celle de bronze au 10 km en ski de fond. L’athlète de 28 ans a gagné un total remarquable de cinq médailles à ces Jeux paralympiques, une d’or, une d’argent et trois de bronze, soit le plus grand nombre de médailles qu’aucun autre Canadien à ces Jeux. Il a d’ailleurs été nommé porte-drapeau du Canada en vue de la cérémonie de clôture.

Sentiment de fierté

La dernière médaille de bronze du Canada a été obtenue par l’équipe de curling en fauteuil roulant, grâce à sa victoire par 5-3 contre la Corée du Sud. Le capitaine Mark Ideson, Ina Forrest, Dennis Thiessen et Marie Wright n’ont jamais tiré de l’arrière pendant le match, ayant pris une avance de 2-0 dès le premier bout.

Le Canada a maintenant une médaille de chaque édition des Jeux paralympiques d’hiver en curling en fauteuil roulant depuis les débuts de cette discipline en 2006, soit trois médailles d’or et une de bronze. Il s’agit de la troisième médaille paralympique de Forrest et de la deuxième pour Ideson et Thiessen. Il s’agissait des premiers Jeux paralympiques de Wright et du remplaçant James Annseuw.

«Je suis très fier. Nous nous sommes placés en bonne position pour défendre notre médaille d’or, et nous avons joué avec coeur vendredi, a déclaré Ideson. Cela ne s’est pas passé comme on le voulait, mais samedi, nous avons joué les uns pour les autres, et nous avons joué pour le Canada.»

Finalement, en ski para-alpin, le meilleur résultat canadien a été la quatrième place obtenue par Mac Marcoux et son guide Jack Leitch au slalom masculin.

Lors de la dernière journée de compétitions, dimanche, le Canada sera assuré d’ajouter une médaille à sa récolte, puisque l’équipe de parahockey disputera la grande finale aux États-Unis. Les femmes disputeront le slalom en ski para-alpin, tandis que les relais couronneront les compétitions de ski de fond. Avec La Presse canadienne.