Marie-Ève Dicaire pourrait écrire une page d’histoire de la boxe québécoise au Centre Vidéotron de Québec, le 1er décembre.

Marie-Ève Dicaire misera sur sa vitesse face à Namus

MONTRÉAL — Marie-Ève Dicaire pourrait écrire une page d’histoire de la boxe québécoise au Centre Vidéotron de Québec, le 1er décembre.

+

Lexson Mathieu passe chez les pros

Avec toute l’incertitude qui plane au-dessus du futur de la boxe aux Jeux olympiques, Lexson Mathieu, le meilleur espoir dans le ring à Québec, tourne le dos aux amateurs pour passer dans les rangs professionnels.

L’athlète de 19 ans a paraphé vendredi une entente de deux ans et 10 combats avec l’écurie de promotion montréalaise Eye of the Tiger Management. Il devrait faire ses débuts en janvier.

«J’ai décidé de ne plus manger de coups sur la tête sans être payé», a résumé Mathieu au Soleil. Il est resté amer de ses derniers championnats canadiens, en mars. Malgré sa victoire en demi-finale, une coupure l’a empêché de participer à la finale de cette compétition qui se déroule dorénavant sans casque.

Mathieu quitte les amateurs avec une fiche de 36-4, des titres nationaux, l’or aux championnats continentaux juniors et le bronze aux championnats du Commonwealth juniors. Il compte continuer de s’entraîner à Québec sous l’égide de François Duguay, au club Empire.

Le vice-président d’Eye of the Tiger, l’ancien boxeur Antonin Décarie, voit «énormément de potentiel» en son nouveau poulain. Le manque de bagage et la jeunesse de Mathieu sont compensés par une plus grande possibilité d’amélioration, estime Décarie.

«Quand on signe un gars de 24 ou 25 ans, on sait pas mal à quoi s’attendre et jusqu’où on peut aller. Dans le cas de Lexson, qu’il soit aussi jeune fait qu’on devra y aller plus lentement. Mais aussi que les projections à long terme peuvent être encore plus élevées», affirme Décarie.

Quant au choix d’Eye of the Tiger pour promouvoir sa carrière naissante, Mathieu dit qu’il avait «les oreilles bouchées» à toute autre offre. «C’est une équipe sérieuse qui me veut et qui me fournira le soutien nécessaire, que ça aille bien ou mal. J’aime leur concept de famille. Camille Estephan [président d’Eye of the Tiger] m’a dit qu’il voulait aller loin avec moi», conclut le jeune homme. (Olivier bossé)