Mikaël Zewski, Marie-Ève Dicaire et Sébastien Bouchard seront en vedette lors du gala de boxe présenté le 23 novembre au Centre Vidéotron. La championne du monde sera la tête d’affiche de la soirée.

Marie-Ève Dicaire en tête d’affiche du prochain gala de boxe à Québec [VIDÉO]

Couronnée à Québec il y a un an, Marie-Ève Dicaire sera de retour dans son royaume le samedi 23 novembre pour y défendre la ceinture IBF qu’elle porte depuis avec dignité et élégance. Et c’est à titre de tête d’affiche d’une carte de huit combats que la championne du monde grimpera à nouveau dans le ring du Centre Vidéotron.

Il s’agira de la première fois qu’elle sera la vedette du combat principal d’un gala d’envergure, qui permettra aux amateurs de voir aussi à l’œuvre le boxeur de Québec Sébastien Bouchard et Mikaël Zewski, de Trois-Rivières. Pour l’occasion, Dicaire fera face à Ogleidis Suarez (Vénézuéla), seconde aspirante de l’IBF.

«Il s’agit de l’accomplissement d’un rêve de jeunesse. Mon psychologue sportif me l’a fait réaliser, il me demandait quel était mon rêve quand j’ai commencé à boxer? C’était de faire la finale, on est rendu là. De voir qu’on fait confiance à une femme dans un sport qui a été reconnu comme en étant un pour les hommes, c’est un beau message qu’on envoie aux femmes et à la société», disait la championne de 33 ans, mardi, au dévoilement de la soirée de boxe prévue la même journée que la coupe Vanier (football universitaire).

Dicaire (16-0-0) en sera à la troisième défense de son titre remporté le 1er décembre 2018, à Québec, dans un gala teinté par le dramatique K.-O. à Adonis Stevenson. Une victoire valorisante qu’elle n’avait pas pu savourer pleinement jusqu’à la sortie du coma de l’ancien champion du monde.

«Il y avait une amertume dans la bouteille de champagne. Oui, ç’a avait été un sentiment d’accomplissement, mais il y avait aussi un collègue qui luttait pour sa vie. On voulait que ça se passe bien pour lui. J’ai eu la chance de le rencontrer au Grand Prix de Montréal [en juin], c’est là que j’ai enfin pu célébrer», racontait-elle à propos de sa rencontre avec celui qui effectuera d’ailleurs sa première sortie officielle à un événement de boxe, ce 23 novembre. On en profitera aussi pour souligner la récente intronisation au Panthéon des sports du Québec de Fernand Marcotte Jr.

Combat important

Si ce combat lui permettra de renouer avec les amateurs de boxe de la capitale, il est aussi important pour la suite de sa carrière. Président du groupe GYM, le promoteur Yvon Michel a déjà négocié un éventuel combat d’unification des ceintures IBF et WBA avec Hanna Gabriels (20-2-1, 11 KO), championne de son organisation depuis déjà cinq ans, qui se battra aussi à Québec, le même soir. Les deux boxeuses n’ont qu’à l’emporter pour que cette rencontre au sommet ait lieu, en mars, toujours au Centre Vidéotron.

«Dans le passé, on avait aussi des plans pour le futur et mon prochain combat était déjà cédulé, alors je me retrouve en terrain connu. J’ai une grande facilité à mettre le combat suivant de côté et me concentrer sur celui-ci. Suarez a énormément d’expérience, c’est une ancienne championne du monde. Comme tout boxeur qui est sur le circuit depuis longtemps, c’est un fin renard et je vais devoir éviter les pièges. Contrairement à mes trois derniers combats, où je devais réagir défensivement parce que les filles chargeaient, elle est une technicienne et je devrai être plus créative offensivement. Ça va donner un combat différent, les spectateurs verront un autre volet de moi», expliquait la pugiliste de Terrebonne sur son prochain défi.

Yvon Michel ignorait que la Coupe Vanier avait lieu la même journée que son gala, mais il ne craint pas une perte de clientèle pour autant. «Ce sera une occasion pour les gens de continuer à fêter. Et je pourrai aller voir le match de football… Entre novembre et décembre, c’était le seul samedi qui était disponible.»

La vente des billets se met en branle, vendredi.

+

SÉBASTIEN BOUCHARD A UNE FAIM DE LOUP

Blessé plus souvent qu’à son tour, Sébastien Bouchard commence à être affamé. Et le boxeur de Québec a le goût de se farcir… une ceinture!

Celui dont le dernier combat remonte au 1er décembre 2018 croisera le fer avec le Montréalais Ayaz Hussein (13-1-0, 10 KO) dans un choc à saveur locale pour l’obtention du titre vacant nord-américain de l’IBF des poids mi-moyens.

«Ça fait tellement longtemps que j’attends de me battre pour une ceinture, j’ai hâte de l’accrocher dans mon salon. Je vais avoir le couteau entre les dents», admettait le protégé de l’entraîneur François Duguay.

Le boxeur de 32 ans à la fiche de 18-1-0 (8 KO) avait hâte de remettre les gants, autrement qu’à l’entraînement. Depuis sa victoire par décision unanime sur le Mexicain Gustavo Garibay, en février 2017, son parcours a été freiné par des déchirures d’un biceps et à la coiffe du rotateur. Il n’a livré que trois combats depuis ce temps.

«Deux blessures en deux ans, c’est assez, je vais passer mon tour. Le biceps, c’est réglé, mais il n’y a pas eu d’opération pour la coiffe du rotateur. On a fait du renforcissement, de la mobilité. J’ai l’impression que je vais être pogné pour négocier avec ça tout au long de ma carrière, mais j’espère que c’est derrière moi et que ça va tenir pendant le camp. Un boxeur qui n’a pas d’épaule, c’est comme un coureur qui n’a pas de genou, ça ne va pas loin», illustrait-il.

Bouchard réalise que son classement a stagné depuis deux ans, par la force des choses, et il veut y grimper. Il reconnaît que le combat du 23 novembre sera déterminant.

«Ayaz est mon meilleur adversaire en carrière. Il a un gros bagage amateur, il a été champion canadien pendant plusieurs années. Sa fiche parle d’elle-même. Mais j’ai très faim», disait-il à propos de son rendez-vous avec celui qui n’a pas boxé depuis deux ans.

Huitième aspirant de la WBO, le Trifluvien Mikaël Zewski (33-1-0, 22 KO) défendra sa couronne de champion NABO des mi-moyens contre Brad Solomon, ancien espoir américain.

«Il s’agit toujours d’un honneur d’être sur les cartes de Marie-Ève. Je suis un féministe, les femmes ont le droit à la même scène et au même prestige que les garçons. Mais je lui ai dit, j’essaie toujours de voler le show. Je vais essayer de donner une performance digne d’une finale pour tirer la couverte un peu de mon côté», disait-il en souriant.