Les boxeuses Marie-Ève Dicaire et Ogleidis Suarez ont fait le poids vendredi lors de la pesée officielle pour le combat de samedi, alors qu’elles seront les vedettes du gala au Centre Vidéotron.

Marie-Ève Dicaire: «cette ceinture-là va rester au Québec» [VIDÉO]

C’est avec succès que Marie-Ève Dicaire a franchi la dernière étape avant de monter dans le ring afin de défendre son titre de championne du monde face à Ogleidis Suarez. Confiante lorsqu’elle s’est présentée à la pesée vendredi, elle a arrêté la balance à 152,8 livres, ce qui lui a permis de facilement faire le poids.

«Ça faisait déjà 12 semaines que je planifiais cette étape-là avec mon conseiller en nutrition», a expliqué la boxeuse qui détient le titre de championne du monde IBF chez les super-mi-moyennes. «Je me sentais donc super bien ce matin [vendredi]. C’est sûr que si on s’était pris à la dernière minute, ç’a aurait été une étape stressante. Mais de la façon dont avait planifié ça, on savait exactement à quel poids j’allais me lever, qu’est ce que j’allais pouvoir manger et l’énergie que j’allais avoir.»

Légèrement plus lourde que sa rivale québécoise — elle pesait 153,2 livres —, la Vénézuélienne Suarez a aussi respecté la limite de poids de la catégorie. Rien ne peut donc plus empêcher la championne et l’aspirante numéro deux de croiser le fer. La pesée terminée, les deux boxeuses ont pris part à la traditionnelle photo sur laquelle elles devaient se regarder dans le blanc des yeux. Les témoins de la scène ont senti beaucoup de respect dans le regard de chacune des deux athlètes, mais surtout, aucune arrogance.

«Nous sommes deux personnes qui ont fait leur travail, qui se sont entraînées et qui se sont bien préparées. On veut offrir un bon combat aux partisans de boxe.

«C’est sûr que ma ceinture, je vais la défendre du mieux que je peux. Cette ceinture-là va rester au Québec. C’est le message que j’annonçais à la pesée. Et je sais que Suarez va essayer de me la ravir. Elle est venue ici pour ça. Et elle s’est entraînée pour ça. Mais comme je l’ai dit, cette ceinture-là reste au Québec.»

Plan de match spécial

Sans dévoiler en détail la stratégie qu’elle avait préparée pour son combat de championnat face à Suarez, la Québécoise a mentionné qu’elle comptait utiliser un plan de match spécial. Selon ce que son équipe a vu dans les combats passés de son adversaire, la Vénézuélienne est différente des opposantes qu’elle a eues auparavant. 

«C’est une adversaire qui va reculer plus et qui va mettre moins de pression. Ça va me permettre de boxer différemment et probablement qu’elle va être surprise parce qu’elle ne s’attendra pas à ce que je boxe comme ça. Et nous on peaufine ce plan de match là depuis déjà quelques mois.»

Vedette de la soirée de samedi au Centre Vidéotron, son combat étant présenté en grande finale, Marie-Ève a dit n’avoir ressenti aucune pression à l’idée de porter le succès du gala sur ses épaules.

«C’est sûr que d’un côté, ça me met un petit peu de pression parce que je veux être à la hauteur de toutes les attentes et relever le défi. Mais en même temps, je sais que j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir au niveau de ma préparation. J’ai eu une préparation sans faille et difficile et j’ai fait tous les sacrifices. Et qu’il y ait 2000-3000-4000 personnes, je vous garantis toute une carte de boxe et on va avoir du fun.»

NOTES : Au moment d’écrire ces lignes, un peu plus de 1500 billets avaient été vendus pour le gala de boxe de samedi au Centre Vidéotron. Les organisateurs s’attendaient à voir l’assistance grimper d’environ 30 % lors de la vente aux guichets samedi... Adonis Stevenson, qui devait effectuer samedi sa première sortie depuis avoir été blessé sérieusement à la suite d’un K.-O. subi à Québec il y a environ un an, ne viendra finalement pas dans la Vieille Capitale, sa santé encore fragile ne le lui permettant pas... 

+

BOUCHARD «DANS LA MEILLEURE FORME DE SA CARRIÈRE»

Foi de François Duguay, Sébastien Bouchard n’a jamais été aussi prêt pour un combat qu’il le sera samedi soir alors qu’il affrontera Ayaz Hussain.

«Sébastien a eu une bonne préparation, totale», a lancé le coach de Bouchard. C’est sûr qu’il y a eu une réhabilitation, mais en ce qui a trait à la préparation, on parle de 12 semaines. C’est sûr qu’il est prêt. Il est dans la meilleure forme de sa carrière. Le fait d’avoir pris une année sabbatique, que ses commanditaires lui aient permis de vivre une année juste de boxe, ç’a fait une grosse différence. Sébastien, c’était maintenant un gars qui venait s’entraîner très fort, mais qui était reposé. Au lieu de faire 70 heures par semaines à travailler au Port de Québec et à s’entraîner, il faisait juste de la boxe.»

Duguay a indiqué que lui et Bouchard avaient beaucoup étudié Hussain et qu’ils le respectaient. Et comme ils en sont venus à le connaître presque par cœur, ils ont pu développer une stratégie pour le battre. «On sait qu’il est dangereux, qu’il cogne extrêmement dur et qu’il est rapide. On s’est donc préparé en conséquence pour pouvoir lui enlever ses outils.»

Duguay a indiqué que son poulain livrera samedi le combat le plus important de sa carrière. «C’est le combat qui va nous emmener dans le top 15 mondial, c’est le combat qui va nous offrir la possibilité de nous battre en championnat du monde.»

En territoire hostile

Le Montréalais Ayaz Hussain sera bien malgré lui étiqueté comme faisant partie du clan des méchants, samedi au Centre Vidéotron. Tout ça parce qu’il affrontera Sébastien Bouchard, le héros local. Mais qu’à cela ne tienne, Hussain ne sera pas intimidé par la foule hostile à son endroit. «Je suis uniquement concentré sur mon combat et mon adversaire», a avoué le Montréalais, qui dit pouvoir à la fois boxer et se battre. 

«Le reste n’a aucune importance. Pour connaître du succès contre Bouchard, il faudra que je sois sharp et que je me batte comme j’ai l’habitude de le faire. Si je le fais, le résultat sera en ma faveur. Je ne lui ai pas vraiment vu de faiblesses, mais je compte bien l’étudier lors du premier round et c’est certain que je vais trouver.»

Rêvant d’un championnat du monde dans un avenir rapproché, Hussain ne cache pas qu’une victoire samedi pourrait lui servir de tremplin et lui ouvrir des portes. «Gagner la ceinture me permettrait d’être dans le classement menant à un combat de championnat du monde et de me rapprocher de mon rêve.» Jean-François Tardif