Marguerite Sweeney et Eliot Grondin sont promis à un bel avenir en planche à neige.

Marguerite Sweeney et Éliot Grondin élus découvertes de l'année

Cette année, les deux plus belles découvertes sportives dans la région élargie de Québec filaient sur une planche à neige.
Marguerite Sweeney, de Saint-Basile de Portneuf, pratique le style libre, slopestyle et big air. Éliot Grondin, de Sainte-Marie de Beauce, se spécialise plutôt en snowboardcross. Les deux ont 16 ans et étaient très surpris de gagner un prix.
«Je ne m'en attendais vraiment pas. J'étais tellement stressée! Je le suis encore», a lancé la jeune Sweeney aux deux journalistes qui recueillaient ses commentaires, à la sortie de la scène.
Elle en a déjà gagné, des trophées. Comme celui d'athlète freestyle de l'année au sein de l'Association québécoise de snowboard, fin avril. «Mais celui-là, c'est le plus gros!» s'est-elle exclamé, en tenant sa petite sculpture translucide.
«Et cette fois-ci, ce n'était pas juste un sport et les autres nommés n'étaient pas tous mes amis», poursuit celle qui a terminé cinquième en slopestyle aux Championnats du monde juniors, troisième en big air aux Championnats canadiens seniors et première au classement cumulatif de la coupe nord-américaine de slopestyle.
Émule de Maltais
Grondin a pour sa part pris le septième rang à ses Mondiaux juniors. Le planchiste attendait juste d'avoir l'âge minimal de 15 ans, il vient d'avoir 16, pour enfin participer à des courses au-delà des frontières québécoises. Il avoue avoir lui-même été surpris par ses résultats de l'hiver passé, «de bien belles surprises».
C'est son grand-père qui l'a amené voir sa première compétition de snowboardcross, à Stoneham. Il avait huit ans. Sans doute là qu'il a vu Dominique Maltais pour la première fois en action et en a fait une idole. Puis un modèle à suivre, avant de l'avoir comme conseillère.
«Il y a quelques années, je prenais une photo avec Dominique et ça faisait mon année. Alors de maintenant pouvoir rider avec elle et qu'elle me coache parfois, c'est vraiment super», dit-il, à propos de celle qui a été couronnée athlète de l'année à Québec en 2014.
Sur la planète des grands
Après une saison en ascension, nos deux découvertes se préparent à faire leur entrée sur le circuit de la Coupe du monde, l'hiver prochain. Sweeney y a déjà goûté en mars, avec une 17e position.
«J'ai connu une progression très rapide, mais ç'avait commencé à la fin de ma saison précédente, alors j'étais prête», confirme la jeune femme avec aplomb.
Elle envisage de prendre trois ou quatre départs dans la grosse ligue la saison prochaine, à commencer par Laax (Suisse), puis Mammoth (États-Unis), avant d'enfin pouvoir se produire devant les siens, à Stoneham, où elle habite durant la saison hivernale. Restera ensuite peut-être un dernier arrêt en République tchèque, pour boucler son calendrier international.
Grondin vivra quant à lui son premier camp d'entraînement international en Argentine, en août. Puis ce sera l'Autriche, en novembre. Son calendrier s'annonce tellement chargé que déjà, il prévoit faire son cinquième secondaire à l'aide de cours à distance, pour faciliter son développement sportif.