À sa première saison complète dans la LNH, Jonathan Marchessault a causé la surprise avec une fiche de 30 buts et 21 passes en 75 matchs dans l'uniforme des Panthers en 2016-2017.

Marchessault nerveux à l'approche du repêchage de l'expansion

De retour dans la capitale pour l'été, Jonathan Marchessault vient tout juste de faire l'acquisition d'une résidence dans le quartier Le Mesnil. Advenant que les Panthers de la Floride n'inscrivent pas son nom sur la liste de protection qui sera dévoilée samedi, l'attaquant pourrait bien devoir recommencer l'exercice... à Las Vegas.
À quelques heures de connaître le sort que lui réservera le processus d'expansion, l'ailier de 26 ans ne cachait pas être nerveux à l'idée de devoir refaire ses preuves dans une nouvelle organisation, vendredi. Surtout qu'au terme d'une première saison complète dans la LNH, où il a causé la surprise avec 30 buts et 21 passes en 75 matchs, il devra déjà composer avec la pression de répéter ses performances s'il veut décrocher une nouvelle entente à la fin du calendrier 2017-2018.
«C'est une année de contrat pour moi. C'est donc très important. Pour le moment, je vais juste regarder ce qui va se passer avec l'expansion. Beaucoup de choses peuvent se passer. Je ne sais pas si je vais être protégé ou pas, donc tout peut arriver. Dans ce métier-là, il faut que tu sois prêt à tout», a-t-il philosophé.
S'il ne devait pas être protégé par les Panthers et être réclamé par les Golden Knights, Marchessault ne serait toutefois pas déçu pour autant de la tournure des événements, lui qui retrouverait à Las Vegas l'entraîneur-chef Gerard Gallant, qui l'a dirigé une vingtaine de matchs en Floride avant d'être limogé.
«C'est une organisation qui commence et qui a beaucoup d'argent. Ils se sont aussi arrangés pour bien traiter les joueurs et les membres de l'organisation. En plus, je connais bien l'entraîneur-chef. Gerard Gallant, c'est un excellent coach. Je suis content qu'il se soit trouvé un nouvel emploi. Je pense qu'ils sont entourés de bon monde et qu'ils vont faire les choses correctement», a-t-il estimé au sujet des Golden Knights, qui soumettront leurs sélections à la LNH avant 17h mardi et les dévoileront au grand public mercredi.
Causer la surprise, encore
Qu'il évolue en Floride ou dans le Nevada la saison prochaine, le produit du Blizzard et des Remparts continuera tout de même de miser sur ce qui a fait son succès jusqu'à maintenant dans la LNH. «Je pense que j'en ai surpris plus qu'un, cette saison. Ç'a été un petit peu ma marque de commerce depuis le début de ma carrière. Je veux juste continuer à surprendre.»
Avec les Panthers, le défi de Marchessault sera de gagner la confiance d'un nouvel entraîneur, Bob Boughner, qui s'amène en relève à Tom Rowe. «C'est pareil à chaque fois avec un nouveau coach. Tu ne sais pas s'il va t'aimer dès le départ, s'il va t'utiliser comme tu veux. C'est tout le temps des questions qu'on se pose, les joueurs de hockey, chaque fois qu'on a un nouvel entraîneur. C'est pourquoi c'est important d'arriver au camp prêt et de se mettre rapidement dans ses bonnes grâces.»
D'autant plus que l'attaquant croit que c'est le temps de glace qu'il a obtenu de ses précédents entraîneurs qui lui a permis d'émerger, au cours de la dernière année. «Quand Huberdeau a été blessé, ç'a été terrible pour notre équipe, mais pour moi, ça m'a permis de débloquer encore plus offensivement. Je pense que c'est ce qui a fait la différence.»
C'est d'ailleurs pour cette raison que l'été dernier, il avait préféré l'offre des Panthers à celle du Lightning, qui était pourtant semblable sur papier. «Ce n'était pas le contrat qui me dérangeait, c'était l'opportunité que je recherchais. Et les Panthers étaient capables de m'offrir une opportunité où j'allais avoir un plus grand rôle.»