Laurent Dubreuil

Manquait juste un peu de jambes à Dubreuil

Laurent Dubreuil a pris le septième rang du 500 mètres de la Coupe du monde de Heerenveen, vendredi, avec un temps de 34,94, son deuxième plus rapide en six épreuves sur la distance cette saison.
«Vraiment content» de sa course, Dubreuil a terminé à 13 centièmes de la troisième place et d'un podium. Le patineur de Lévis a toutefois concédé 44 centièmes au gagnant, le Russe Ruslan Murashov (34,50).
Il s'agit d'un quatrième top 8 en 2016-2017 pour Dubreuil, vice-champion sur la distance en 2014-2015. Il occupe le 10e rang du classement général. Il avait réussi un 34,84 dimanche, au Kazakhstan.
En début de saison, du côté de l'Asie, ses jambes étaient en forme et sa technique laissait à désirer. Le contraire s'est produit vendredi, a-t-il analysé. Le long voyage commence à peser lourd sur la forme des Canadiens, qui ont voyagé, dans les cinq dernières semaines, du Canada aux Pays-Bas en passant par la Chine, le Japon et le Kazakhstan.
«Je suis prêt à dire que c'était un de mes bons 500 en carrière en terme de technique et d'exécution», a indiqué Dubreuil. «C'est vraiment les jambes qui étaient un peu moins là, mais ce n'est pas inquiétant du tout. Je pense que c'est normal à la fin d'un long voyage. [...] Si j'ai cette technique-là avec des jambes reposées, c'est définitivement de calibre de médaille.»
En remportant l'épreuve néerlandaise avec 29 centièmes d'avance sur son plus proche poursuivant, Musharov confirme être le nouvel homme à battre sur la distance, même si son compatriote Pavel Kulizhnikov domine au classement général. Musharov a remporté les deux dernières courses, mais les soupçons de dopage entourant les athlètes russes planent sur lui.
Un écart monstre
«C'est un écart monstre!» a réagi Dubreuil. «Le seul autre gars qu'on a vu avoir de tels écarts dans les derniers cinq ans, c'est Kulizhnikov, le chum de l'autre. Ils sont vraiment dominants et on n'a pas une grande foi en leur innocence, mettons... sans les accuser.» Vendredi, Kulizhnikov a dû se contenter d'une sixième position, un petit centième devant Dubreuil.
De son côté, le Sherbrookois Alex Boisvert-Lacroix a fini 13e (35,01). Plus tard en journée, le Montréalais Christopher Fiola a terminé septième de sa demi-finale au départ de masse, se qualifiant pour la finale de samedi. Alexandre St-Jean a de son côté fini sixième a u 500 m division B en 35,42. Chez les femmes, aussi en division B, Noémie Fiset a décroché le 13e échelon (39,79).
Dubreuil participera au sprint par équipe samedi avec Fiola et Vincent De Haître. Les Canadiens avaient remporté la première épreuve du genre cette saison, à Nagano. Dimanche, le Lévisien patinera le premier 1000 mètres de sa carrière en division A d'une Coupe du monde.
«Avec les points que j'ai, il est à 99 % sûr que je vais redescendre dans le groupe B. Il n'y a vraiment pas d'enjeu. Pour moi, c'est vraiment de m'amuser et d'en profiter pour apprendre à bien performer sur cette distance», a expliqué Dubreuil, qui dit préférer patiner sur 1000 que sur 500, même si son talent naturel pense le contraire...  Avec Sportcom