Manon Rhéaume a été la première fille à jouer au Tournoi pee-wee de Québec.
Manon Rhéaume a été la première fille à jouer au Tournoi pee-wee de Québec.

Manon Rhéaume: la LNH doit soutenir le hockey féminin

Alors qu’il n’existait aucune ligue féminine de hockey à son époque, l’ex-gardienne de but Manon Rhéaume estime aujourd’hui que la Ligue nationale de hockey (LNH) devrait soutenir le hockey professionnel féminin afin de permettre aux nombreuses joueuses de hockey de continuer à pratiquer leur sport.

«Quand j’ai commencé, il n’y avait même pas d’équipe nationale féminine. Ça a commencé quand je suis arrivée au niveau junior. Et maintenant, l’équipe féminine, ce sont de vraies athlètes, elles s’entraînent toute l’année», commentait Manon Rhéaume en entrevue avec Le Soleil après avoir signé des autographes à l’occasion de la tournée Rogers Hockey d’ici au Tournoi pee-wee de Québec.

«Il faut des débouchés pour les filles quand elles ont terminé leur hockey universitaire et c’est ce que veulent les joueuses qui ont fondé la Professional Women’s Hockey Players Association (PWHPA). Elles souhaitent créer une ligue féminine viable, mais je crois que ça passe par l’appui de la LNH, comme la NBA le fait au basketball en appuyant la WNBA», explique Manon Rhéaume.

Après la dissolution de la Ligue canadienne de hockey féminin, la plupart des joueuses ont participé à la fondation de la PWHPA et boycotté la National Women’s Hockey League pour protester contre les salaires dérisoires qui y sont versés.

«Aujourd’hui, plus de filles ont la possibilité de jouer à un niveau plus élevé qu’à mon époque, où il y avait très peu d’options. Ces filles veulent maintenant pouvoir jouer au hockey professionnel», poursuit Manon Rhéaume.

Inspiration

L’athlète originaire de Lac-Beauport qui réside maintenant à Detroit a par ailleurs avoué être émue de la décision de la Ville de Québec d’installer un bronze à son effigie à la place Jean-Béliveau. «J’aime aussi leur idée d’honorer les bénévoles du Tournoi pee-wee, car c’est un très beau tournoi qui change la vie de ceux et celles qui y participent», raconte celle qui a encore une fois rencontré de nombreuses jeunes filles qui ne l’ont jamais vue jouer, mais connaissent l’histoire de celle qui a été la première fille à jouer au Tournoi pee-wee de Québec avant de devenir la première femme à jouer un match hors-concours de la LNH.

«Quand elles viennent me voir, elles me disent parfois que j’ai changé leur vie. Si je peux les inspirer à continuer à travailler pour aller vers leur rêve, j’aurai fait mon travail», indique-t-elle.

C’est d’ailleurs cette inspiration qu’elle tentera de transmettre à travers le livre jeunesse Breaking the Ice qui racontera son odyssée à travers le hockey, qui n’a pas toujours été sans embûche. 

«Beaucoup de gens m’ont dit non quand j’étais plus jeune. Ça n’a pas toujours été facile», souligne-t-elle. Le livre écrit par Angie Bullaro et illustré par C.F. Payne sera publié le 22 septembre chez Simon & Schuster.