Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Cole Beasley des Bills de Buffalo a passé les trois dernières semaines à jouer avec une jambe cassée.
Cole Beasley des Bills de Buffalo a passé les trois dernières semaines à jouer avec une jambe cassée.

Malgré une très bonne saison, la défaite fait encore mal pour les Bills

John Wawrow
Associated Press
Article réservé aux abonnés
ORCHARD PARK - Cole Beasley était tellement déterminé à prendre part au plus long parcours éliminatoire des Bills de Buffalo en 27 ans que le vétéran receveur a passé les trois dernières semaines à jouer avec une jambe cassée.

Son péroné partiellement cassé finira par guérir sans avoir besoin d'une intervention chirurgicale. La douleur de la défaite de 38-24 contre les Chiefs de Kansas City lors de la finale de l'Association Américaine pourrait faire mal encore plus longtemps.

«Je m'attends à ce que tout le monde ressente ce sentiment pendant la saison morte et fasse ce dont il a besoin pour nous amener là où nous voulons aller, a déclaré Beasley au lendemain de la défaite, lundi. Nous devons comprendre ce que nous devons faire pour nous améliorer, car les Chiefs ne vont nulle part, mais nous non plus. Nous sommes impatients de relever le défi et nous attendons avec impatience une autre occasion.»

Bien que répertoriée dans le rapport des blessures des Bills comme étant une blessure au genou, Beasley a révélé qu'il s'était cassé la jambe au quatrième quart d'une victoire de 38-9 contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, lors de la 16e semaine d'activités. Après avoir raté le dernier match de la saison des Bills, le receveur est revenu au jeu en séries et il a capté sept ballons dans un gain de 27-24 contre les Colts d'Indianapolis.

«Il n'y a aucune excuse pour quoi que ce soit, a affirmé Beasley, qui a conclu les séries avec 14 attrapés pour des gains de 145 verges. C'était douloureux lors du premier match, mais après, tu prends quelques médicaments et tu endures.»

La même chose peut être dite des Bills, qui ont vu leurs espoirs de participer à un premier Super Bowl depuis 1994 être brisés par les champions en titre. Tirant de l'arrière 9-0 au premier quart, les Chiefs ont révélé les lacunes de la troupe de Buffalo en attaque et en défensive.

L'attaque menée par Josh Allen, qui a établi un record des Bills pour le plus de points marqués en une saison (501), a dû se contenter de placements plutôt que de touchés pendant que le pointage devenait hors de portée.

La défensive n'a pas été de taille contre la dynamique attaque des Chiefs pour une deuxième fois cette saison. Les Bills avaient alloué 245 verges au sol aux Chiefs lors de la sixième semaine d'activités et ils ont permis 325 verges aériennes, dimanche.

Le résultat final a rappelé l'écart qui sépare encore les Bills de l'élite de la NFL.

«C'est aussi simple que ça. Pour nous rendre là où nous voulons aller, nous devrons battre les Chiefs, a dit le demi de coin Tre'Davious White. C'est le niveau à atteindre.»

Si c'est le cas, le directeur général des Bills, Brandon Beane, a encore plus de travail à faire.

Lors de la dernière saison morte, à la suite d'une défaite de 22-19 en prolongation contre les Texans de Houston, au premier tour éliminatoire, Beane a comblé un besoin offensif en faisant l'acquisition du receveur des Vikings du Minnesota Stefon Diggs.


« C'est aussi simple que ça. Pour nous rendre là où nous voulons aller, nous devrons battre les Chiefs. C'est le niveau à atteindre »
Le demi de coin des Bills, Tre'Davious White

Cette année, les besoins sont en défensive. Cette dernière a fait un pas de recul en terminant au 14e rang de la NFL au chapitre des verges allouées après avoir terminé dans le top 3 lors des deux saisons précédentes.

Comme en témoignent les deux défaites contre les Chiefs, les Bills ont eu du mal à arrêter le jeu au sol et à appliquer de la pression sur les quarts sans y aller d'un blitz.

Les problèmes découlent en partie d'une saison morte au cours de laquelle l'équipe de Buffalo a perdu les joueurs de ligne défensive Jordan Phillips et Shaq Lawson sur le marché des joueurs autonomes. Le plaqueur défensif Star Lotulelei s'est quant à lui retiré de la saison en raison des inquiétudes liées à la COVID-19.

Le jeu inconstant du secondeur intérieur Tremaine Edmunds, combiné à la blessure du secondeur Matt Milano, n'a pas aidé.

Bien que Lotulelei soit encore sous contrat et qu'il devrait revenir avec les Bills, le statut de Milano, qui est joueur autonome, est incertain.

D'un côté positif, l'attaque a montré de la croissance sous Allen, qui a établi de nombreux records d'équipe en une saison pour un quart. Le joueur de troisième année n'a cependant retiré que peu de satisfaction d'une saison au cours de laquelle les Bills ont remporté le titre de la section Est de l'Américaine et un premier match éliminatoire en 25 ans.

«De s'arrêter à un match de son objectif, ce n'est jamais plaisant», a conclu Allen.