Kirk Cousins affrontera son ancienne équipe, les Redskins de Washington pour la première fois jeudi soir.

Maintenant au Minnesota, Kirk Cousins reconnaissant envers les Redskins

MINNEAPOLIS — Les instructeurs et les joueurs qui ont quitté les Redskins de Washington n'ont pas toujours eu de belles choses à dire de leur passage au sein d'une organisation qui a connu sa large part de moments dysfonctionnels au cours des deux dernières décennies.

Kirk Cousins aurait pu se joindre à ce chœur de négativité, une cacophonie que Kyle Shanahan a élevée d'un cran la semaine dernière.

Après tout, le peu d'intérêt de l'équipe à lui offrir un contrat à long terme, qui aurait cadré avec les normes du marché, ont fait de Cousins l'un des rares quarts à devoir se contenter de contrats d'un an pendant deux saisons consécutives avant de signer une entente avec les Vikings du Minnesota en 2018.

Ce n'est pas son genre, toutefois, ni son histoire.

«Honnêtement, pour moi, lorsque je pense à mon séjour avec les Redskins, le mot gratitude me vient à l'esprit. Je suis tellement reconnaissant qu'ils m'aient choisi», affirme Cousins.

Sélectionné en quatrième ronde en 2012 de l'Université de l'État du Michigan, Cousins est devenu un joueur à temps plein à sa quatrième année, après les insuccès de Robert Griffin III.

«Ils m'ont choisi alors qu'aucune autre équipe ne l'a fait. J'étais assis et j'ai attendu un appel téléphonique pendant deux jours et demi, a déclaré Cousins. On m'a donné une chance d'amorcer des matchs alors qu'il n'y avait pas beaucoup de gens à l'extérieur de cet édifice qui croyaient que j'aurais dû.»

Cousins affrontera son ancienne équipe pour la première fois jeudi soir à Minneapolis alors que les Vikings (5-2), une formation en ascension, livreront bataille à des Redskins (1-6) en chute libre. Et comme par hasard, le joueur que Cousins a remplacé, Case Keenum, occupe maintenant son ancien emploi.

Après une escale d'un an à Denver, Keenum a été échangé aux Redskins. Il visitera le U.S. Bank Stadium pour la première fois depuis le «Miracle de Minneapolis», une passe à Stefon Diggs pour un touché lors du dernier jeu du match éliminatoire contre les Saints de La Nouvelle-Orléans en janvier 2018.

«Il n'y a pas assez de temps pour plonger dans les souvenirs, a déclaré Keenum. C'est une période spéciale, un jeu spécial, un groupe de gars spécial, quelque chose dont je vais me toujours me rappeler, mais pas nécessairement cette semaine.»