L'Anglais Harry Kane, 24 ans, arrive en tête d’un top 5 des meilleurs buteurs des grands championnats européens au casting royal.

L'ouragan Kane détrône Messi

PARIS — Qui peut battre Lionel Messi? C’est Harry Kane! «Hurrykane», jeu de mots qui veut dire «ouragan» en anglais, a inscrit 56 buts lors de l’année civile 2017, en club et sélection (Tottenham et Angleterre), et dépasse donc l’astre argentin de Barcelone, auteur de 54 réalisations.

Le triplé de Kane contre Southampton mardi (5-2) a fait le tour du globe, les médias en ligne brésiliens relatant ainsi immédiatement le «show Kane». «Sacrément remarquable», «Le total de Messi est surpassé», «Bien joué Harry Kane», «Une réussite absolument magnifique» a tweeté en rafales l’ancien attaquant international anglais Gary Lineker, aujourd’hui consultant vedette, maître de cérémonie du tirage au sort du Mondial en Russie le 1er décembre.

Kane, 24 ans, qui avait traîné ses premiers crampons dans les divisions inférieures anglaises à Leyton Orient et Milwall, arrive en tête d’un top 5 des meilleurs buteurs des grands championnats européens au casting royal.

Outre Messi, suit un trio à 53 buts composé de Robert Lewandowski (Bayern Munich et Pologne), Cristiano Ronaldo (Real Madrid et Portugal) et Edinson Cavani (Paris SG et Uruguay).

Le joueur des «Spurs» fait donc mieux que les deux cracks de la planète à cinq Ballons d’Or chacun, «CR7», dernier en date, et «la Puce», qui avance à pas de géant au Barça.

Meilleur ratio

L’Anglais présente en outre le meilleur ratio but/match de 2017: 56 en 52 matches (club et sélection), contre 54 en 64 matches pour «Leo» Messi, 53 en 56 matches pour Lewandowski, 53 en 60 matches pour Ronaldo et 53 en 62 matches pour Cavani.

«Messi et Ronaldo ont dominé le football pendant si longtemps. Le simple fait de leur être comparé, c’est un super sentiment. Cela donne confiance pour la nouvelle année à venir», a réagi le héros du jour au micro de Sky Sports.

«Cette période est très chargée, mais je me sens frais, à mon meilleur. J’espère continuer comme ça, acquérir encore de l’expérience pour devenir un meilleur joueur», a-t-il ajouté, expliquant avoir mis cette saison l’accent sur «la préparation et la récupération».

Kane, 10e au classement du dernier Ballon d’Or, se souviendra longtemps de ce «Boxing Day». En ouvrant le score de la tête, sur un coup franc dans une défense de Southampton apathique, il a marqué son 37e but en Premier League dans l’année civile, rayant des tablettes un vieux record d’Alan Shearer (36 buts en Premier League avec Blackburn) qui datait de 1995. Et il a donc, du pied gauche, porté ensuite ce record anglais à 38 puis 39 réalisations.

«Pas une surprise pour moi»

Shearer, beau joueur, l’a félicité sur Twitter: «Tu as eu une magnifique année 2017, tu mérites ce record. Bien joué et continue à bien travailler comme ça».

«Le fait qu’il est dans un club qui ne gagne pas de trophée rend son record encore plus étonnant», a prolongé Lineker sur Twitter. Pas si surprenant pour certains. «Pendant 9 ou 10 ans, cela a été entre Messi et Ronaldo: maintenant, il y a Harry Kane. Ce n’est pas une surprise pour moi», a salué Mauricio Pochettino, son coach en club, mardi.

Grâce à son «festival de Kane», ou son «Prince Harry» — les jeux de mots sont légion dans la presse — Tottenham est en tout cas dans le top 6 de Premier League, devant Arsenal.

Tirée par une locomotive pareille en sélection, l’Angleterre va-t-elle plonger dans des rêves de grandeur pour le Mondial-2018 (14 juin-15 juillet) en Russie?

Les Trois Lions sont tombés dans un groupe G ouvert, où seule la Belgique d’Eden Hazard fait figure d’adversaire pour la première place, loin devant la Tunisie et le Panama.

Mais la société de statistiques Opta a douché récemment l’optimisme au pays qui a inventé le football, en dévoilant ses prédictions. Pour elle, le Brésil de Neymar arrive en tête des favoris pour la victoire finale en Russie devant l’Allemagne de Toni Kroos, l’Argentine de Messi et la France de Kylian Mbappé.

La dernière équipe de ce classement, c’est le Maroc d’Hervé Renard. Et le Japon entraîné par Vahid Halilhodzic est 10e devant, notamment, l’Angleterre de Kane...