À 35 ans, le Suisse Roger Federer a ajouté un 91e titre à son palmarès en remportant pour la troisième fois de sa carrière le Masters 1000 de Miami.

L'ogre Federer voit triple à Miami

Après l'Open d'Australie en janvier et le Masters 1000 d'Indian Wells en mars, Roger Federer s'est offert dimanche à Miami le troisième rendez-vous important de la saison en battant son grand rival, l'Espagnol Rafael Nadal.
Même Federer n'en revient pas: «Je n'arrive pas à croire que je réussis un tel début de saison», a-t-il admis après sa victoire en deux sets 6-3, 6-4 qui lui offert son troisième titre à Miami après 2005 et 2006.
Après une saison 2016 inquiétante et réduite à six mois en raison de blessures à un genou et au dos, le Suisse vient de réussir à 35 ans un impressionnant sans-faute lors des trois premiers mois de la saison, si l'on exclut sa défaite - la seule de l'année pour l'instant - en 8e de finale du tournoi de Dubaï face au Russe Evgeny Donskoy, alors 116e mondial.
Alors qu'il avait commencé l'année au 16e rang mondial, il va passer lundi de la 6e à la 4e place du classement ATP et ce n'est peut-être pas fini.
«Le rêve se poursuit, ces trois dernières semaines à Indian Wells et Miami ont été fabuleuses», a admis l'ancien no 1 mondial qui compte désormais 91 titres à son palmarès dont 18 en Grand Chelem.
«Le come back le plus impressionnant»
«C'est sans doute le come back le plus impressionnant de l'histoire du tennis», a admiré Nadal qui, après sa cinquième défaite en finale à Miami, court toujours après l'un des rares Masters 1000 qui manque à son palmarès.
L'Espagnol de 30 ans a pourtant tout essayé, mais il a concédé sa troisième défaite de la saison face à Federer, la quatrième de suite - une première dans leur longue rivalité qui remonte à 2004 et qui compte désormais 37 épisodes.
Alors qu'il avait été outrageusement dominé en 8e de finale à Indian Wells (6-2, 6-3) deux semaines plus tôt, le 7e mondial a cette fois vendu chèrement sa peau.
Il s'est offert dès le premier jeu deux balles de bris sur le service de Federer.
Le nonuple vainqueur de Roland Garros a encore disposé aux 5e et 7e jeux d'une balle de bris, mais Federer s'est sorti aisément d'affaires.
Très agressif et efficace en coup droit, il a fait la différence à sa sixième balle de bris pour mener 5-3 et a empoché la première manche après 48 minutes de jeu sur un service gagnant.
Saison sur terre limitée à Roland-Garros
Dans la deuxième manche, les deux joueurs ont facilement remporté leurs jeux de service jusqu'à 3-3 où Federer s'est offert deux balles de bris, mais Nadal a écarté le danger avec deux premières balles et a conservé sa mise en jeu.
À nouveau sous pression sur son service à 4-3, Nadal n'a cette fois pas trouvé la solution, commettant deux fautes directes.
Dans le jeu suivant, Federer, accroché à Miami par le Tchèque Tomas Berdych en quarts de finale et surtout par l'Australien Nick Kyrgios en demi-finales, a concrétisé dès sa première balle de match son impressionnante domination avec un énième service gagnant.
Après son titre, il a prévenu que sa saison sur terre battue se limiterait à Roland-Garros uniquement.
«Je n'ai plus 24 ans, il est probable que je ne joue aucun tournoi sur terre battue, à l'exception de Roland-Garros [22 mai-11 juin, NDLR], j'ai besoin de repos et de bien me préparer», a-t-il expliqué.
Il faudra donc attendre presque deux mois pour revoir Federer sur le circuit et voir s'il peut menacer le no 1 mondial Andy Murray et son dauphin au classement ATP Novak Djokovic, absents à Miami sur blessure et décevants depuis le début de l'année.