Même si plusieurs des 26 lancers qu’il a repoussés n’étaient pas dangereux, Colten Ellis a fermé la porte quand il le fallait pour mériter le jeu blanc.

L’Océanic sans pitié pour les Voltigeurs [VIDÉO]

RIMOUSKI — Les Voltigeurs ont trébuché devant l’attaque de l’Océanic qui a été sans pitié, en l’emportant 7-0, mercredi, au Centre Marcel-Dionne de Drummondville. Pendant que la troupe de Rimouski remportait un deuxième jeu blanc successif, les locaux baissaient pavillon pour la deuxième fois de suite. «On ne pavoisera pas trop, mais c’est un bon match pour nous», se réjouissait Serge Beausoleil.

«Ce sont deux gros points pour nous, a poursuivi l’entraîneur-chef. Ce n’est jamais facile de jouer à Drummondville. C’est une équipe qui joue serré, qui est dure à jouer contre. Je pense qu’il faut continuer à bâtir là-dessus. Les gars commencent à s’apprivoiser les uns les autres. Il reste très peu de matchs avant les séries. Il faut être à point!»

En dépit du fait que les visiteurs n’ont pu compter sur Isaac Belliveau, Walter Flower et Andrew Coxhead en raison d’un virus, ils ont livré une puissante bataille. «C’est le fun de savoir qu’on peut performer même quand des éléments-clés ne sont pas là», a indiqué le pilote des Bleus. Même si plusieurs des 26 lancers qu’il a repoussés n’étaient pas dangereux, Colten Ellis a fermé la porte quand il le fallait. «Colten a mérité son blanchissage, surtout en fin de première et de deuxième, où il a fait des arrêts-clés», estimait Beausoleil.

Doublé de Bolduc

Les deux seuls buts marqués au premier vingt ont été signés par Zachary Bolduc, dont le premier en avantage numérique et le deuxième sur un tir faible des poignets qui a rebondi sur la mitaine d’Anthony Morrone. Motivée à jouer devant parents et amis, la recrue de 16 ans originaire de Bécancour atteignait le cap des 20 points en 37 matchs dans le Circuit.

Il a fallu attendre à la 13e seconde de la troisième période pour voir le tableau indicateur bouger à nouveau sur une frappe de Nathan Ouellet (13e). À 2:15, Nicolas Guay (22e), complètement oublié dans l’enclave, est venu hanter son ancienne formation d’un tir sur réception. À 14:53, le vétéran Olivier Bourret (2e) en a ajouté un autre sur un retour de lancer de Christopher Innis qui, pour son anniversaire, a joué un très fort match. 

À 15:05, Bolduc (22e) a complété son tour du chapeau. «Il mérite ce qui lui arrive, croyait Beausoleil en vantant son lancer du poignet. Il sait traîner dans l’enclave et trouver les espaces libres.» 

Puis à 9 secondes à faire à la rencontre, Maxime Collin (3e) a inscrit le 7e but sans riposte des visiteurs sur une feinte en supériorité numérique.