Même s’il a la chance de miser sur un attaquant de premier plan en Alexis Lafrenière, l’entraîneur-chef de l’Océanic Serge Beausoleil se méfie des Saguenéens, qui ont remporté quatre des six matchs contre Rimouski en saison régulière.

L'Océanic prend les Sags très au sérieux

RIMOUSKI — S’il affirme que ses troupiers sont fin prêts pour les séries éliminatoires qui commencent vendredi, Serge Beausoleil est conscient du défi de taille qui attend l’Océanic en se mesurant aux Saguenéens de Chicoutimi. «C’est une équipe qu’il faut respecter au plus haut point», prévient l’entraîneur-chef de Rimouski.

Prendre l’adversaire très au sérieux, tel est l’essentiel du message qu’il martèle auprès de ses soldats. «Ils nous ont battus quatre fois sur six, cette année, rappelle-t-il. Dans la deuxième moitié de saison, ils ont accumulé deux points de plus que nous autres. C’est une équipe qui n’a pas perdu à ses sept derniers matchs. Ils font flèche de tout bois, en ce moment.»

Le surdoué

Mais tous les espoirs sont permis quand on compte, au sein de la troupe, un surdoué comme Alexis Lafrenière. À 17 ans, la jeune vedette a pris de la maturité depuis les dernières séries. «Les grands joueurs s’illustrent dans les grandes occasions, croit Beausoleil. Alors, c’est sûr qu’on s’attend à ce que notre jeune prospect joue du très bon hockey et il est très motivé par ça. Mais, il aborde ça de la même façon que pour les autres matchs : s’amuser et jouer le meilleur hockey possible.»

L’entraîneur ajoute que son numéro 11 ne sera certes pas le seul à faire la différence, puisqu’il compte sur la contribution de Charle-Édouard D’Astous et de Jimmy Huntington. Serge Beausoleil ne peut cependant oublier la présence d’excellents joueurs au sein de la formation de Yanick Jean, dont Hendrix Lapierre et Théo Rochette, respectivement premier et septième choix au total de l’an passé. Le pilote de Rimouski souligne que la difficulté à affronter les Sags réside principalement dans la qualité et la structure de leur jeu. «Ils ferment bien le jeu, continue-t-il. Il va falloir travailler très fort contre eux!» Devant le filet, Colten Ellis et Alexis Shank disposent de fiche ressemblante. L’une des principales différences se situe dans l’expérience d’Ellis en séries, tandis que Shank en sera à son baptême.

L’Océanic a complété sa saison avec 92 points, soit un de moins que lors de la précédente. Au classement général, Rimouski n’a que 7 points d’écart avec Chicoutimi. Les Bas-Laurentiens se classent au troisième rang, tandis que les Saguenéens occupent la sixième place. L’Océanic et les Saguenéens en seront à leur sixième affrontement de l’histoire en séries et aucun n’aura été facile.

Les deux premiers matchs de cette première ronde de séries entre les deux équipes seront présentés vendredi et samedi au Colisée Financière Sun Life de Rimouski.