Colten Ellis a réalisé 32 arrêts, mercredi.

L'Océanic l'emporte 4-2 sur les Islanders

RIMOUSKI — Après une fin de semaine pénible pour l’Océanic, les 2750 spectateurs s’attendaient à voir leurs protégés offrir un solide retour au jeu. C’est ce que les Bleus leur ont offert en l’emportant 4-2 contre les Islanders de Charlottetown, mercredi.

«Les gars se sont bien entraînés, cette semaine», a souligné l’entraîneur-chef Serge Beausoleil. «Ils ont été très réceptifs. Ils ont travaillé très fort.»

Les partisans ont aussi pu assister à un duel enlevant entre deux des meilleurs gardiens de la Ligue, soit Colten Ellis et Matthew Welsh. D’ailleurs, si ce n’avait été de l’incroyable performance du cerbère de Charlottetown qui, seulement en première période, a été bombardé de 22 lancers contre 5 pour son vis-à-vis, le pointage aurait sûrement été plus élevé du côté des Rimouskois.

«Je suis fier comment les gars ont répondu, surtout en première période», a souligné Beausoleil. «En deuxième, j’ai moins aimé la fin de la période, où on a pris des moins bonnes décisions. On a des défenseurs qui sont allés se compromettre en fond de zone. On est allés brûler de l’énergie où il ne fallait pas!»

Le premier but, un boost

Dès son entrée sur la patinoire, l’Océanic bien fait sentir qu’il avait retrouvé l‘assurance le caractérisait si bien lors de ses deux premiers matchs de la saison. À 17:02, Charle-Édouard D’Astous (3e) a marqué le seul de la première période.

«Même si je n’avais pas scoré, on avait le momentum et on a juste continué à bien jouer. Mais un but, ça donne toujours un boost pour l’équipe!» a analysé le capitaine, qui a également obtenu une mention d’aide sur le but de Dmitry Zavgorodniy (3e), marqué en avantage numérique sur un bon lancer dans la partie supérieure du filet à 4:22 de l’engagement médian.

À 15:03, Brett Budgell a réduit l’écart en supériorité numérique. Mais la réplique rapide d’Olivier Garneau (3e) à 16:45 a redonné l’avance de deux buts aux siens. Avec moins d’une minute à faire, un mauvais retour d’Ellis a permis à Nikita Alexandrov de loger la rondelle dans le fond du filet. À 4:07 du dernier tiers, Carson MacKinnon (1er) a fait dévier la rondelle pour compléter le pointage.