Frédéryck Janvier estime être «100 % en forme et être prêt à affronter les deux grosses équipes».
Frédéryck Janvier estime être «100 % en forme et être prêt à affronter les deux grosses équipes».

L’Océanic heureux d’affronter enfin d’autres adversaires

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
RIMOUSKI – Après avoir croisé le fer contre le Drakkar de Baie-Comeau en cinq rencontres consécutives, l’Océanic recevra les Huskies de Rouyn-Noranda jeudi et vendredi à Rimouski. Il visitera ensuite les Foreurs à Val-d’Or la semaine prochaine. Même si le plus important est de pouvoir jouer, Serge Beausoleil ne peut cacher son enthousiasme à l’idée que ses hommes puissent enfin se frotter à d’autres adversaires.

«Ce sont deux excellentes équipes dans la section ouest, souligne l’entraîneur-chef bas-laurentien. Ça va être des “challenges” importants pour nous.» Si l’enthousiasme d’affronter de nouveaux rivaux crée une bonne ambiance dans le vestiaire du Colisée Financière Sun Life de Rimouski, les joueurs de l’Océanic savent néanmoins que les hommes de Mario Pouliot sont coriaces. «C’est une équipe qui possède probablement le meilleur franc-tireur du circuit, reconnaît Beausoleil. Il a marqué quatre buts à lui tout seul et il a battu Val-d’Or la semaine dernière. [Alex] Beaucage, c’est un gros défi pour notre brigade.»

«En même temps, on joue du hockey très responsable et il faut continuer de s’améliorer, poursuit-il. Ce qu’on dit aux gars, c’est que tant qu’on va donner deux buts par match, on peut aspirer à la victoire et c’est ce qu’on a fait dernièrement. On commence à jouer du meilleur hockey. Les gars en sont conscients et savent ce qu’ils doivent faire pour continuer à progresser. Ça va être le “fun” de voir comment notre équipe va pouvoir réagir dans cette situation-là. On a bien hâte de jouer!»

Trouver des solutions pour jouer

Après une douzaine d’heures de route, la meute de Rouyn-Noranda est arrivée à Rimouski mercredi matin. La semaine prochaine, ce sera au tour de la troupe de l’Océanic de faire la route en sens inverse. «Faire 12 à 13 heures de bus, en ce moment, dans ces conditions-là, ce n’est pas l’idéal, admet le pilote de Rimouski. Mais, on fait tous des efforts importants pour trouver des solutions pour jouer.» 

Serge Beausoleil avait regardé les matchs disputés à Québec la veille, en zone rouge. «On est quand même seulement à 3 heures de là! Mais, on est trop “clean” pour être là. C’est un peu paradoxal, mais je comprends totalement la situation. Il faut espérer que les choses continuent à s’embellir.»

Des absences et des retours

Zachary Bolduc, qui a subi une appendicectomie il y a bientôt un mois, était de retour à l’entraînement mercredi. Cependant, il ne prendra pas part aux deux prochaines parties. «Normalement, il a le feu vert pour lundi, se réjouit son entraîneur. On va voir. Selon le planning, il faut attendre à lundi pour que ça fasse un mois.»

Heureusement, Rimouski pourra compter sur l’attaquant Andrew Coxhead qui possède des statistiques fort éloquentes. «Depuis le début de l’année, il joue en moyenne 22 minutes et demie, fait observer Beausoleil. Pour un défenseur, 25 minutes, ça commence à être du stock. Pour un attaquant, 22 minutes et demie, c’est impensable! Il joue sur l’unité d’avantage numérique et sur le premier trio de désavantage numérique. Il joue du très fort hockey. En fin de match, c’est un gars à avoir sur la patinoire!»

Après une absence de deux semaines pour soigner une blessure, le vétéran Frédéryck Janvier a fait un retour au jeu lors des deux derniers matchs contre le Drakkar à Baie-Comeau en fin de semaine dernière. «Personnellement, ça s’est vraiment bien passé, commente le numéro 88. Je pense que, mentalement, j’étais préparé. Ça avait commencé dans les pratiques; les joueurs étaient derrière moi, les coachs aussi.» L’attaquant estime être «100 % en forme et être prêt à affronter les deux grosses équipes».

Janvier n’appréhende pas outre mesure les deux formations abitibiennes. «Moi, je pense que ce sera des matchs comme ceux qu’on a joués à Baie-Comeau. Il faut juste jouer au hockey et être prêts, être forts dans les coins et leur montrer qu’on n’est pas l’équipe qu’ils pensent. On a trois victoires d’affilée et les choses vont continuer à aller comme ça.»

Un autre vétéran, soit Ludovic Soucy, sera à son tour absent lors des duels contre Rouyn-Noranda. «C’est quelque chose qui est arrivé à Baie-Comeau, raconte Serge Beausoleil. Ce sont toujours des attaquants qui tombent au combat. Puis, on n’en a pas des masses! On en a douze seulement.» L’organisation a donc rappelé Logan Costenaro du junior AAA.

Si plusieurs observateurs avaient émis des doutes par rapport à la solidité des deux cerbères de Rimouski puisque Raphaël Audet n’avait qu’une demi-saison derrière la cravate et que Matthew Dunsmoor est une recrue, leurs performances dissipent graduellement les appréhensions. «Audet a un des meilleurs pourcentages d’efficacité du circuit, soulève l’entraîneur-chef de l’Océanic. Les deux progressent bien. Ils ont une brigade qui travaille fort devant eux. Tout le monde travaille de concert. On va affronter des puissances un peu plus importantes sur le plan offensif et il va falloir continuer nos efforts de ce côté-là.» Audet et Dunsmoor devraient se relayer lors des deux prochains matchs.

Dossier des Européens

Dans le dossier des Européens, le directeur général de l’Océanic a bon espoir que l’impasse puisse bientôt se dénouer, du moins pour le Tchèque Adam Raska. «On devrait avoir de bonnes nouvelles sous peu, se réjouit Serge Beausoleil. Dans le dossier de [Alexander] Lazarev, ça suit son cours. C’est l’agent qui pilote le dossier. Nous, on n’interfère pas. Avec les Russes, c’est compliqué. Quant à Raska, j’ai eu la chance de discuter avec lui hier [mardi]. Les chances sont très bonnes qu’il puisse être avec nous après les championnats du monde. Les nouvelles sont encourageantes, mais il faut encore être patients.»