Le gardien Gianluigi Buffon a versé quelques larmes après le verdict nul de 0-0 entre l’Italie et la Suède, lundi. Les Italiens ne participeront pas au Mondial en 2018 parce qu’ils avaient d’abord encaissé un revers de 1-0, face aux Suédois, vendredi dernier.

L’Italie n’ira pas au Mondial

MILAN — L’Italie, quadruple championne du Mondial, n’y sera pas en Russie l’an prochain, résultat d’un revers de 1-0 face aux Suédois au total des buts, en qualification. Cela a été confirmé par le match nul de 0-0 dans un Stade San Siro assombri, lundi. Vendredi, la Suède avait gagné 1-0 en banlieue de Stockholm.

L’Italie aurait souhaité avoir un penalty quand Ludwig Augsustinsson, venant de l’arrière, a fait trébucher Marco Parolo. L’arbitre Antonio Mateu Lahoz n’a rien signalé. Il reste que l’Azzurri a peiné à créer de vraies chances, ne mettant le gardien Robin Olsen au défi qu’une seule fois, à toutes fins utiles.

Les dernières grandes compétitions à s’être déroulées sans l’Italie ont été les Euros de 1984 et 1992. Le pays a pris part à toutes les Coupes du monde depuis 1958.

Certains seront portés à blâmer l’entraîneur Gian Piero Ventura, mais les problèmes de la brigade sont plus profonds, datant de bien avant son arrivée.

Après le triomphe au Mondial de 2006, l’Italie a été écartée en phase de groupe en 2010 et 2014. À l’Euro, les Italiens ont disputé la finale en 2012, mais ils ont été vaincus en quarts de finale en 2016.

Buffon en sanglots

Cette défaite viendra également empêcher le légendaire gardien Gianluigi Buffon de disputer une sixième Coupe du monde en carrière.

Deux décennies après avoir effectué ses débuts avec l’Italie, sur un terrain enneigé de Moscou lors des qualifications du Mondial, Buffon a raté son occasion de terminer sa carrière internationale en Russie, là où tout a commencé. «C’est frustrant que le résultat de mon dernier match nous a exclus de la Coupe du monde», a-t-il dit, en sanglots.

À sa 175e apparition avec l’Italie, un record, Buffon s’est même aventuré en zone adverse afin d’aider son pays à créer l’égalité en fin de rencontre, lors de deux coups de pied de coin.

«Je suis désolé, désolé, désolé. Pas pour moi, mais pour tout le football, parce que nous avons échoué et même d’un point de vue social ça peut être vraiment important», a dit Buffon, en larmes, à la télévision italienne.

«C’est le seul regret que j’ai. Pas d’arrêter, parce que le temps passe et que c’est normal que ça se passe comme ça. Je regrette juste que mon dernier match en sélection coïncide avec cette élimination», a-t-il ajouté.

Le long voyage de Buffon (39 ans) avec la Nazionale a débuté il y a 20 ans, déjà en barrage de qualification pour le Mondial, et ses équipiers s’appelaient alors Costacurta, Albertini ou Ravanelli.

Sous la neige de Moscou, Gianluca Pagliuca s’était blessé et l’entraîneur Cesare Maldini n’avait pas eu d’autre choix que de se tourner vers le très jeune Buffon : «Tu te sens d’entrer?»

Il est entré, il a été bon, comme presque toujours depuis, et il n’a plus jamais vraiment quitté cette équipe, remplaçant d’abord, puis titulaire et enfin capitaine, remportant avec elle la Coupe du Monde 2006.  Avec AFP