Ignacio Piatti célèbre le premier de ses deux buts avec son coéquiper Saphir Taïder. Grâce à sa victoire de 2-0 contre le Toronto FC, l’Impact peut encore espérer prendre part aux séries.

L’Impact toujours en vie

La saison de l'Impact connaîtra finalement son dénouement lors de la dernière rencontre, alors que la formation montréalaise est demeurée dans la course aux éliminatoires grâce à une victoire de 2-0 contre le Toronto FC, dimanche, et à un coup de main de l'Orlando City SC.

Ignacio Piatti a inscrit ses 15e et 16e buts de la saison à la 74e minute, sur un penalty, et à la 89e minute de jeu pour l'Impact (14-15-4), qui aurait pu subir l'élimination si le D.C. United et le Crew de Columbus avaient aussi gagné leur rencontre. Le D.C. United l'a fait, triomphant du New York City FC par le pointage de 3-1, mais le Crew s'est incliné 2-1 contre l'Orlando City SC.

«Rod [Fanni] m'a chuchoté dans l'oreille pendant la mi-temps pour savoir c'était combien à Washington, mais ce n'était pas le moment de regarder nos téléphones et je ne crois pas que les entraîneurs auraient apprécié, a raconté le milieu de terrain de l'Impact, Samuel Piette, avec un sourire en coin. Il ne fallait pas trop se soucier des autres scores. Nous voulions gagner notre match. Ensuite, nous avons vu que Columbus a perdu à la dernière minute et nous sommes très contents. C'est bien d'avoir encore une lueur d'espoir.»

L'Impact, qui détient 46 points, peut toujours devancer ou rejoindre le Crew (13-11-9), qui possède 48 points. Avec un match à faire, le Bleu-blanc-noir devra vaincre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre la semaine prochaine et espérer un verdict nul ou une défaite du Crew face au Minnesota United. Si jamais les deux équipes terminent la saison avec 49 points, l'Impact aboutirait au sixième et dernier rang donnant accès aux éliminatoires dans l'Association Est puisqu'il détiendrait l'avantage au chapitre des victoires.

Pour rester dans la course, la formation de Rémi Garde devait l'emporter contre le Toronto FC (9-18-6) dimanche et son grand rival ne lui a pas rendu la tâche facile.

Sebastian Giovinco et Lucas Janson ont obtenu plusieurs occasions de marquer et le gardien Evan Bush a dû réaliser quatre arrêts pour inscrire un 10e blanchissage cette saison.

«Ç'a été un après-midi avec pas mal de rebondissements, a reconnu Garde. Ç'a été un match assez ouvert qui a basculé en notre faveur. Nous ne pouvons pas dire que nous l'avons contrôlé du début à la fin, loin de là. J'espérais que nous n'allions pas regretter nos occasions ratées.

Gagner le derby

«J'ai senti mon groupe monter en puissance en deuxième demie. Eux aussi, ils ont eu une ou deux occasions. Il a fallu un très bon Evan pour rester dans le match. Nous affrontions une bonne équipe et personne n'aime perdre un derby, que ce soit ici au Canada, en MLS ou ailleurs dans le monde. Nous savions qu'ils élèveraient leur niveau à certains moments. Ils ont de très bons joueurs et ils n'ont pas marqué. Félicitations à mes joueurs.»

Les 19 684 spectateurs présents pour le dernier match régulier en 2018 au stade Saputo ont dû patienter longtemps avant de voir le vent tourner en faveur de leurs favoris.

L'Impact s'est vu refuser un but en première demie, quand les reprises vidéo ont confirmé que Quincy Amarikwa était en position de hors-jeu tout juste avant que Fanni touche la cible.

Critiques contre l’arbitre

Il a aussi fallu une consultation vidéo pour que l'arbitre accorde le penalty à l'Impact qui a mené au premier but de Piatti. L'entraîneur-chef du Toronto FC, Greg Vanney, n'a pas été impressionné par la décision de l'arbitre Baldomero Toledo.

«Pour moi, c'est de pire en pire, a dit Vanney. Une décision avait été prise, ce qui signifie que la reprise doit démontrer un geste clair et évident, mais il semble que la zone grise est pourtant de plus en plus grande.

«D'un autre côté, nous n'avions qu'à mieux gérer cette situation en dégageant plus rapidement le ballon.»

Par ailleurs, l'arrière latéral de l'Impact Daniel Lovitz n'était pas en uniforme en raison d'une blessure à une cheville subie à l'entraînement. Jukka Raitala le remplaçait sur le flanc gauche, tandis que Rudy Camacho avait retrouvé son poste en défense centrale.