Wayne Rooney, meilleur marqueur de l'histoire du Manchester United, a inscrit son premier but en MLS samedi dernier, contre les Rapids du Colorado.

L'Impact prêt à affronter Wayne Rooney

MONTRÉAL — Samuel Piette a grandi en regardant à la télévision Wayne Rooney marquer des buts avec le Manchester United.

Samedi, le défenseur de l’Impact de Montréal, originaire de Repentigny, fera face à Rooney en personne lorsque le D.C. United sera le club visiteur au Stade Saputo.

Rooney, le meilleur buteur de l’histoire de Man U et de l’équipe nationale anglaise, disputera son cinquième match en MLS après s’être joint au United — qui croupit au dernier rang — après avoir signé un contrat de trois ans et demi en juillet.

Le joueur de 32 ans a obtenu son premier but en MLS lors d’une victoire de 2-1 à domicile contre les Rapids du Colorado la semaine dernière, match au cours duquel il s’est aussi fracturé le nez lors d’un contact en fin de match avec le défenseur Axel Sjoberg. Il a obtenu le feu vert pour jouer après avoir suivi le protocole pour les commotions cérébrales.

«J’avais l’habitude de le regarder le samedi matin en Premier League, a déclaré Piette, âgé de 23 ans, cette semaine. 

«Maintenant, c’est spécial de lui faire face.»

L’arrivée de Rooney coïncide avec une série de bons résultats pour le D.C. (4-9-5). L’équipe a une fiche de 2-2-1 à leurs cinq dernières rencontres. Ils ont également joué seulement 18 matchs, cinq de moins que l’Impact, avec la plupart de leurs matchs encore à jouer à domicile.

L’Impact (9-13-1), installé au cinquième rang, tentera de rebondir après une défaite de 2-1 contre l’Atlanta United, ce qui a mis fin à une série de cinq victoires à domicile.

Marqueur recherché

La présence de Rooney soulignera davantage l’incapacité de l’Impact à attirer l’attaquant de premier plan que l’équipe recherche tant. Le club croyait en être venu à un accord avec l’attaquant français Jimmy Briand. Un différend de dernière minute sur des détails a finalement fait avorter le tout.

À moins de trouver un autre buteur avant la fin de la fenêtre des transferts cet été, jeudi prochain, l’Impact aura du mal à se maintenir dans la course pour une place en éliminatoires (les six premiers) face à leurs rivaux directs : le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, l’Union de Philadelphie et le Fire de Chicago.

L’Impact s’est considérablement amélioré au cours des deux derniers mois après un départ laborieux sous la direction du nouvel entraîneur Rémi Garde. Le club fait mieux en défensive et contrôle mieux le ballon grâce aux milieux de terrain Ignacio Piatti, Alejandro Silva et Saphir Taider, mais l’absence d’un attaquant capable de finir le travail se fait cruellement sentir.

Le D.C. compte maintenant sur Rooney dans cette facette du jeu.

Garde, l’ancien patron lyonnais qui a également passé une demi-saison à Aston Villa, compte parmi les admirateurs du natif de Liverpool.

«Pour moi, c’est un formidable joueur, a déclaré Garde en parlant de Rooney. Il a beaucoup de talent.

«C’est aussi un joueur très généreux, un très bon coéquipier pour les autres. C’est un meneur. Probablement pas un meneur qui parle beaucoup, mais un meneur sur le terrain. Il court toujours, cherchant à équilibrer l’équipe. Il peut faire des plaqués. Il peut aider défensivement, il peut tout faire avec une équipe. J’ai beaucoup de respect pour ça, car je pense que les joueurs généreux de leur personne, quand ils sont si talentueux, sont complets.»

Lorsqu’il a été informé que Piette regardait Rooney à la télévision, Garde a dit en plaisantant que le milieu de terrain défensif avait intérêt à faire plus que le regarder quand ils sont tous les deux sur le terrain.

«Tout à fait, cela pourrait être dangereux, a reconnu Piette. d’accord avec son entraîneur. Si nous nous concentrons trop sur Rooney, cela pourrait laisser plus d’espace pour [Yamil] Asad, [Luciano] Acosta et [Paul] Arriola.

«Offensivement, ils forment un trio très dangereux. Nous avons été très bons défensivement dernièrement, surtout à domicile. Nous devons donc continuer à faire ce que nous avons fait et ne pas trop penser à Wayne Rooney, même si c’est leur meilleur joueur.»