Bojan Krkic, de l’Impact, contrôle le ballon devant Michael Mancienne, du Revolution
Bojan Krkic, de l’Impact, contrôle le ballon devant Michael Mancienne, du Revolution

L’Impact perd son match d’ouverture du tournoi de relance 1-0 face au Revolution

ORLANDO, Fla. — Lors de son point de presse lundi, Thierry Henry avait fait remarquer que ce n’est jamais facile de battre la même équipe deux fois presque consécutives. Il aurait pu ajouter que le tour de force est encore plus difficile à réaliser quand le désir de vaincre est déficient.

Quelque quatre mois après avoir vaincu le Revolution de la Nouvelle-Angleterre lors de l’ouverture locale au Stade olympique, l’Impact de Montréal a subi un revers de 1-0 contre la troupe de Bruce Arena jeudi soir, en lever de rideau des matchs du groupe C du tournoi de relance de la MLS, au complexe ESPN Wide World of Sports à Orlando.

Gustavo Bou, sur une passe de Carles Gil à la 56e minute de jeu, a réussi le seul but aux dépens de Clément Diop, lors d’un match qui s’est amorcé par une température ressentie de 38 degrés Celsius.

Le gardien Matt Turner a protégé la victoire du Revolution avec un spectaculaire arrêt de la main gauche à la suite d’un tir de Ballou Tabla pendant la dernière minute des arrêts de jeu de la deuxième demie.

Le but de Bou était peut-être un juste retour des choses pour le Revolution, qui avait complètement dominé la première demie, comme l’illustrent les 10 tirs tentés vers le filet de Diop, dont plusieurs menaçants, bien que seulement deux ont été cadrés.

Le gardien de l’Impact a été particulièrement brillant sur un tir de Gil, à la 19e minute de jeu, en plongeant à sa gauche pour repousser de sa main gauche un tir vif, bas et partiellement voilé.

De son côté, la troupe de Thierry Henry s’est rarement rendue en profondeur dans le territoire rival et n’a obtenu que trois tirs en direction de Turner et aucun cadré pendant les 45 premières minutes de jeu.

Après le match, Henry a évité de tomber dans les excuses, incluant le fait que le Revolution a pu s’entraîner en groupe environ dix jours avant la formation montréalaise, pour expliquer la performance de ses joueurs.

«Je n’ai pas du tout aimé l’attitude de l’équipe ce soir, on a perdu tous nos duels, ça n’a rien à voir avec dix jours de plus ou de moins. On a perdu des ballons sans pression. Donc, à un moment donné, c’est vraiment difficile de gagner un match. Même pas besoin de parler de la tactique, première mi-temps, deuxième mi-temps. Si tu rentres sur un terrain sans volonté et en faisant autant d’erreurs, c’est difficile de gagner un match.»

Invité à expliquer davantage la prestation de sa troupe, Henry s’est montré un peu plus nuancé.

«Ce n’est pas une question d’attitude, c’est que ce soir on n’avait pas le ‘fighting spirit’ et on a perdu énormément de ballons sans pression. Donc, à un moment donné, ce sont des choses qui arrivent, mais c’est un constat ce soir. Je ne remets pas en cause mes joueurs, mais c’est ce qui s’est passé ce soir.»

L’Impact s’est montré nettement plus incisif en début de deuxième demie, contrôlant le ballon et attaquant la défensive adverse. Ces efforts ont procuré à la formation montréalaise un premier tir cadré, une frappe à bout portant de Maximiliano Urruti à la 50e minute, que Turner a brillamment bloquée du pied droit.

Ces premiers moments inspirants de l’Impact ont été brutalement interrompus quand Bou a battu Diop d’un puissant tir du pied gauche. Le tir, décoché de l’entrée de la surface de réparation, s’est faufilé dans la partie supérieure du filet et n’a donné aucune chance à Diop.

L’Impact a été incapable d’obtenir le but égalisateur malgré six minutes d’arrêts de jeu ajoutés à la fin de la deuxième demie et le brillant tir de Ballou.

Le Revolution a terminé le match avec 19 tirs vers le filet montréalais, dont quatre cadrés. L’Impact a tenté sept tirs et seulement deux ont touché la cible.

Dans un autre ordre d’idées, Henry a gardé un genou au sol pendant huit minutes 46 secondes en début de match, pour rappeler la mort de George Floyd, un homme de race Noire qui a perdu la vie à la suite d’une intervention policière en mai, à Minneapolis.

«Je voulais seulement rendre hommage et afficher mon soutien à la cause», a expliqué Henry.

Le prochain match de l’Impact dans le cadre du tournoi aura lieu le mercredi 15 juillet à 20h, contre le Toronto FC. Un duel contre ses grands rivaux que l’Impact ne pourra pas perdre.

La formation torontoise entamera son tournoi dimanche matin contre D.C. United.

Échos de vestiaire

Saphir Taïder, sur ce qui a rendu la vie difficile à l’Impact.

«Le manque de disponibilité de la part de tout le monde. Se montrer un peu plus, faire les efforts à la reconquête du ballon. (...) La deuxième mi-temps, ç’a été mieux, le premier quart d’heure. On a pris un but sur notre meilleure période du match. Ça nous casse un peu les jambes et après on a essayé de revenir, mais physiquement, ç’a été compliqué.»

Jukka Raitala sur la performance de l’équipe.

«Je suis évidemment très déçu. Nous n’avons pas eu un bon match aujourd’hui. Vous ne pouvez pas vous servir de la température parce que c’était la même chose pour les deux équipes. Ils ont été plus incisifs aujourd’hui. Nous avons pris beaucoup de mauvaises décisions aujourd’hui individuellement et en équipe. Nous pouvons faire mieux.»