Sur une base volontaire, le gardien Clément Diop et ses coéquipiers pourront s’entraîner individuellement dans un environnement sanitaire contrôlé et très sécuritaire
Sur une base volontaire, le gardien Clément Diop et ses coéquipiers pourront s’entraîner individuellement dans un environnement sanitaire contrôlé et très sécuritaire

L’Impact obtient le feu vert pour les entraînements individuels

Michel Lamarche
La Presse Canadienne
MONTRÉAL — Kevin Gilmore cachait mal, mercredi soir, une certaine incompréhension mêlée de frustration face à un statu quo qui durait depuis deux semaines. Samedi après-midi, la voix du président de l’Impact de Montréal était plus enjouée.

L’Impact a annoncé que ses joueurs pourront accéder aux terrains du Centre Nutrilait pour les entraînements individuels de remise en forme à compter de lundi.

Dans un communiqué publié samedi après-midi, la direction de l’équipe a confirmé que la Santé publique provinciale avait accepté que les joueurs reprennent leurs entraînements individuels au Centre Nutrilait, conformément au protocole soumis au gouvernement.

Lors d’une brève entrevue téléphonique avec La Presse canadienne samedi, Gilmore a précisé que la Direction de la santé publique du Québec avait communiqué avec le médecin de l’équipe vendredi pour lui faire part de la décision.

En collaboration avec la MLS, le plan sanitaire du club a été approuvé afin que les joueurs entreprennent cette toute première phase vers un retour au jeu.

L’annonce de cette nouvelle vient mettre fin à un imbroglio qui durait depuis le 7 mai entre l’Impact et les autorités de la santé publique, qui leur refusaient l’accès au Centre Nutrilait en raison de la pandémie de la COVID-19.

Pendant tout ce temps, une vingtaine d’équipes de la MLS, dont le Toronto FC et les Whitecaps de Vancouver, avaient amorcé des séances d’entraînement individuel.

«Je suis content et soulagé qu’on puisse envoyer nos joueurs sur un terrain entretenu, sécuritaire, avec un accent sur leur santé et leur sécurité, a déclaré Gilmore. C’est ça qu’on recherchait et on peut commencer les entraînements individuels.»

Mercredi, Gilmore avait parlé de la possibilité que l’équipe s’entraîne à l’extérieur de la province, dans l’éventualité d’une annonce d’un retour au jeu en MLS, si les joueurs n’avaient toujours pas eu accès au complexe d’entraînement.

Dans les jours précédents, des rumeurs avaient commencé à circuler selon lesquelles la MLS pourrait reprendre sa saison, cet été, en réunissant toutes ses équipes à Orlando, en Floride, lors de matchs joués en l’absence de spectateurs.

Face à une telle hypothèse, Gilmore avait laissé sous-entendre que ses joueurs ne se battraient pas à forces égales contre leurs rivaux s’ils n’avaient pas la chance de s’entraîner au moins sur une base individuelle auparavant.

«S’il y a un retour au jeu et qu’on arrive au site commun et qu’on ne s’est pas encore entraîné individuellement ou même en petits groupes, on est désavantagé», avait déclaré Gilmore en entrevue avec La Presse canadienne.

«Honnêtement, il va falloir qu’on commence à regarder, peut-être, à prendre l’équipe, sortir de la ville et aller s’entraîner ailleurs. Où on peut s’entraîner. On n’aura pas le choix. La priorité, c’est la santé et la sécurité des joueurs et après ça, ça devient une priorité d’être au moins compétitif s’il y a un retour au jeu. Ce n’est pas comme si des athlètes de ce niveau-là peuvent se préparer d’une journée à l’autre à retourner au jeu», avait-il ajouté.

Sur une base volontaire, les joueurs du club pourront s’entraîner individuellement dans un environnement sanitaire contrôlé et très sécuritaire, a précisé l’Impact dans son communiqué.