Maximiliano Urruti (à gauche) est félicité par son coéquipier Ignacio Piatti après avoir trouvé le fond du filet en première demie.

L’Impact finit sa saison en beauté

L’objectif était simple et même modeste: laisser un bon goût à la bouche des partisans qui ont voulu les voir à l’oeuvre pour une dernière fois en 2019, malgré un après-midi frisquet. Les joueurs de l’Impact de Montréal ont rempli cette mission dimanche au stade Saputo.

Face aux Red Bulls de New York, une formation qui avait encore un enjeu au classement final de l’Association Est, l’Impact a livré l’une de ses meilleures prestations des dernières semaines et signé une victoire de 3-0.

En plus de vouloir faire plaisir à des partisans qui n’en ont pas eu pour leur argent en 2019, les joueurs de l’Impact, du moins certains d’entre eux, cherchaient peut-être aussi à laisser une favorable impression à Olivier Renard, le nouveau directeur sportif de l’équipe.

«C’est sûr que ç’a peut-être eu un petit impact sur certains joueurs, a déclaré Samuel Piette. M. Renard est maintenant notre nouveau patron, donc on est un peu en audition. On est en audition chaque jour, mais maintenant, c’est lui qui prend la décision. Au final, on savait qu’on voulait donner une bonne performance, surtout une victoire pour clore cette saison. On sait que ça n’a pas été la saison la plus facile, mais on voulait offrir un petit cadeau à nos fans et je pense qu’on l’a fait à merveille, avec un 3-0 contre une bonne équipe. On s’est présenté, on a joué pendant 90 minutes. Ça fait du bien de terminer sur un score comme ça.»

Bojan (3e) et Maximiliano Urruti (4e) ont d’abord trouvé le fond du filet en première demie. Orji Okwonkwo (8e) les a imités à mi-chemin de la deuxième demie.

Le gardien Clément Diop n’a eu qu’à bloquer un seul ballon pour réaliser son troisième jeu blanc en carrière en MLS et son premier dans l’uniforme montréalais. Par deux fois, il a eu l’aide de sa barre transversale, tôt en première demie et à la 80e minute sur un puissant tir de Michael Murillo.

Il s’agissait d’un huitième blanchissage pour l’Impact en 2019 et de son premier depuis le 27 juillet contre l’Union de Philadelphie.

Pour l’entraîneur-chef Wilmer Cabrera, qui a affiché un dossier de 2-4-1 en MLS à la barre de l’Impact, le match de dimanche n’a été qu’une continuité de ce qu’il a vu lors des cinq dernières parties de sa troupe, à partir du premier duel de la finale du Championnat canadien, le 18 septembre contre le Toronto FC.

«De la façon dont nous avons joué nos derniers matchs, c’est ce que je voulais voir. À la fin, nous grandissions en tant qu’équipe, nous étions plus connectés, nous comprenions ce que nous voulions faire. C’est pour cette raison que pour nous, il était important de continuer même s’il s’agissait du dernier match», a déclaré Cabrera, qui ne veut pas trop se tracasser sur le sort qui l’attend en vue de 2020, car ce n’est pas de son contrôle.

En l’emportant, l’Impact a aussi mis fin à une séquence de cinq matchs sans victoire. Le dernier gain de la formation montréalaise remontait au 28 août, au stade Saputo, contre les Whitecaps de Vancouver. De plus, pour la première fois de son histoire, il a balayé les honneurs de sa série saisonnière face aux Red Bulls.

Pour l’Impact, il s’agit d’une fin positive à une décevante saison qui s’annonçait pourtant prometteuse. La troupe montréalaise termine avec un dossier de 12-17-5 pour un total de 41 points, sa troisième plus faible récolte depuis son entrée en MLS, et quatre points de moins que le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, dernier club qualifié dans l’Est.

L’Impact plus fringant

Malgré l’enjeu pour la formation new-yorkaise, les joueurs de l’Impact ont été les plus incisifs en première demie, contrôlant le ballon dans une proportion de 67 % du temps.

Alimenté par Okwonkwo, qui s’est moqué de deux rivaux grâce à sa grande vitesse, Bojan a ouvert la marque à la 23e minute.

Un quart d’heure plus tard, Urruti a profité d’un peu de confusion dans le camp new-yorkais pour doubler l’avance de l’Impact.

Okwonkwo a complété le travail à la 62e minute.

Une fois le match terminé, les joueurs de l’Impact se sont réunis autour du capitaine Ignacio Piatti, qui a peut-être disputé un dernier match dans l’uniforme Bleu-Blanc-Noir, et lui ont fait la bascule.

Piette et Taïder n’étaient pas en mesure de prédire l’avenir de Piatti avec l’Impact.

«“Nacho” a fait tellement pour ce club-là, si c’était son dernier match ce soir, je pense qu’on l’a bien remercié, a déclaré Piette. Évidemment, je veux revoir “Nacho”. Je pense que tout le monde veut le revoir. Je sais que l’an prochain est une année d’option. On verra ce qui va se passer, mais c’est sûr qu’on n’a pas pris de chance et on s’est tous rassemblé autour de lui au cas où c’était son dernier match.»

Peut-être en saurons-nous déjà un peu plus mardi, lors du post-mortem d’une saison laborieuse.