Le joueur de l'Impact Ignacio Piatti botte le ballon devant Ronald Matarrita du New York City FC durant la première demie.

L'Impact fait match nul 1-1 contre le NYCFC

MONTRÉAL — L’offensive de l’Impact continue de provenir de différentes sources et cela a permis à la formation montréalaise de combler un déficit d’un but dans un deuxième match d’affilée, en route vers un verdict nul de 1-1, samedi, face au New York City FC.

Après un but contre son camp de Rudy Camacho à la 17e minute de jeu, Micheal Azira a nivelé le pointage dix minutes plus tard en marquant un premier but en carrière en MLS à son 97e match régulier. Il avait toutefois marqué en U.S. Open Cup le 28 juin 2017 avec les Rapids du Colorado.

«C’était une belle sensation, a reconnu Azira, acquis des Rapids le 8 août dernier. C’était bien de marquer pour Montréal, pour mes coéquipiers et les partisans.»

Azira a complété un bel échange avec Ignacio Piatti en décochant une frappe à partir du coin de la surface de réparation des visiteurs. Le ballon a dévié sur le défenseur Alexander Callens avant de faire bouger les cordages.

«De la manière que j’ai fait la passe, (Piatti) n’avait pas d’autres choix que de me renvoyer le ballon, a indiqué Azira en expliquant la séquence. L’entraîneur nous encourage à y aller de combinaisons un-deux. Je savais que le ballon allait revenir dans ma direction.»

En plus d’Azira, Quincy Amarikwa, Rod Fanni, Bacary Sagna, Daniel Lovitz et Jukka Raitala ont tous marqué leur premier but de la saison pour l’Impact depuis le début du mois d’août.

Pour sa part, Piatti a égalé un record d’équipe, tous championnats confondus, en étant crédité d’une 13e aide cette saison. Cette marque avait été établie en 1998 par Mauro Biello.

Une semaine après avoir inscrit une première victoire en 2018 après avoir tiré de l’arrière au pointage, battant éventuellement l’Union de Philadelphie 4-1, l’Impact a vu ses efforts arriver à court contre le NYCFC.

«J’ai ressenti une certaine déception dans le vestiaire après le match, a indiqué l’entraîneur-chef de l’Impact, Rémi Garde. Je crois aussi que c’était un résultat juste. Nous avons eu des chances en deuxième demie, mais nous n’avons pas suffisamment bien joué pour dire que nous aurions dû l’emporter.»

La salle comble de 20 801 spectateurs a cru pendant un instant que Matteo Mancosu avait inscrit le but gagnant à la 87e minute. L’attaquant du Bleu-blanc-noir était toutefois en position de hors-jeu sur la séquence.

Le New York City FC avait décoché 58 tirs à ses deux sorties précédentes (0-1-1), mais n’avait marqué qu’un seul but. Cette fois, il a été limité à six frappes vers le filet d’Evan Bush, dont quatre cadrées. Pour sa part, l’Impact a tenté 15 tirs, dont seulement quatre ont été cadrés, malgré un désavantage de 39-61 au niveau du pourcentage de la possession.

«Nous savions qu’ils étaient capables de monopoliser le ballon, d’autant plus que c’était notre stratégie aujourd’hui de leur laisser et de défendre relativement bas, en tout cas au milieu, et d’essayer de contrer, a mentionné Garde. Je crois qu’en deuxième période, ce n’est pas tant notre imprécision à l’attaque, mais plutôt que nous n’avons pas fait les bons choix. Nous avons perdu trop rapidement les ballons récupérés. Nous n’avons pas posé assez de problèmes, nous n’avons pas été assez judicieux dans nos choix dans la moitié de terrain adverse.»

L’Impact (12-14-4) a conservé le sixième et dernier rang donnant accès aux éliminatoires dans l’Association de l’Est. Le Bleu-blanc-noir accuse trois points de retard sur l’Union, qui disputera son match en main dimanche en accueillant le Sporting KC.

À la pourchasse de l’Impact, on retrouve le D.C. United et le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, à cinq points chacun de retard. Le Revolution, qui a fait match nul 2-2 contre le Fire de Chicago, samedi, a un match de plus à disputer que l’Impact d’ici la fin de la campagne et le D.C. United, deux.

De son côté, le New York City FC (14-8-8) est demeuré sans victoire à ses six dernières sorties (0-3-3). Il a inscrit seulement quatre buts au cours de cette séquence.

L’Impact sera de retour en action samedi prochain, quand il rendra visite au D.C. United.