Ignacio Piatti (à droite) a fait bouger les cordages à la 51e minute sur un effort individuel spectaculaire.

L'Impact échappe l'avance et fait match nul

L'Impact s'est fait rappeler une leçon à la dure, samedi, lors de son ouverture locale.
En avance par deux buts avec moins de 10 minutes à faire, la formation montréalaise a encaissé deux buts et elle s'est finalement contentée d'un verdict nul de 2-2 face aux Sounders de Seattle.
Matteo Mancosu a ouvert la marque en première demie sur une mise en scène d'Ignacio Piatti, puis l'Argentin a lui-même creusé l'écart au retour de la pause pour l'Impact (0-1-1).
Tout baignait dans l'huile pour les hommes de Mauro Biello jusqu'à ce que Laurent Ciman commette une faute dans la surface montréalaise à l'endroit d'Oniel Fisher. Nicolas Lodeiro en a profité pour réduire l'écart sur le penalty à la 83e minute.
Les Sounders (0-1-1) ont ensuite jeté une douche d'eau froide sur les 34 373 spectateurs réunis au Stade olympique en créant l'égalité à la toute fin des arrêts de jeu. Cristian Roldan a centré le ballon et Jordan Morris l'a rabattu dans la surface de réparation, semant la confusion dans le camp montréalais. Will Bruin en a profité pour battre le gardien Evan Bush d'un tir à bout portant.
«C'est décevant»
«C'est décevant. Nous avons laissé Seattle revenir dans le match, a déclaré Biello, la mine encore basse. Il faut être capable de gérer un match. À 2-0 avec sept ou huit minutes à faire, ça ne peut pas arriver. Il ne faut pas se dire que le match est fini. Il faut se battre jusqu'à la fin.»
Ciman ne s'est pas caché après la rencontre et a pris la responsabilité pour le résultat, après avoir ouvert la porte en étant victime du jugement de l'arbitre sur le penalty.
«Nous prenons les trois points s'il n'y a pas le penalty, a insisté le défenseur central. Je pense que c'était léger [comme faute], mais c'est mon jugement personnel. Je tiens à m'excuser auprès de mes coéquipiers.
«J'ai failli à ma mission.»
Après la rencontre, on s'expliquait mal ce relâchement dans le camp montréalais, surtout qu'il rappelait celui en finale de l'Est l'automne dernier, quand l'Impact avait laissé le Toronto FC revenir à 3-2 en fin de match.
«Nous voulons entendre les "olés" de la foule, mais ce n'est pas le bon moment, a déclaré Bush, avec les émotions encore à fleur de peau. Nous devons finir le match et prendre les bonnes décisions. Nous devons protéger le blanchissage.
«Il n'y a pas de raison de voir les gars revenir défendre en étant face au filet. Il faut garder le jeu devant soi.»
Ce revirement de situation est venu jeter ombrage à une bien meilleure performance de l'Impact que la semaine précédente, dans une défaite de 1-0 face aux Earthquakes de San Jose. La troupe de Biello avait alors été dominée sur toute la ligne.
Cette fois, l'Impact a bien paru pendant les 80 premières minutes, particulièrement du côté offensif.
Le premier but a été le résultat d'une belle mise en scène de Piatti à la 17e minute. L'Argentin a lancé Mancosu derrière le défenseur Roman Torres et l'attaquant italien a été patient avec le ballon pendant que le gardien se compromettait. Mancosu s'est déplacé vers sa gauche et il a pu tirer dans une cage abandonnée.
Piatti a ensuite fait bouger les cordages à la 51e minute sur un effort individuel spectaculaire. Il a transporté le ballon du centre du terrain jusqu'au haut de la surface des Sounders en deux-contre-deux, avant de battre le gardien Stefan Frei d'un tir bas à la droite du gardien.
L'Impact n'a toutefois pas été en mesure de fermer les livres.
Par ailleurs, le milieu de terrain argentin Adrián Arregui a fait ses débuts dans l'uniforme bleu-blanc-noir en relève à Patrice Bernier pendant la dernière demi-heure de jeu.
L'Impact sera de retour en action samedi prochain, quand il amorcera une séquence de trois matchs à l'étranger en rendant visite au New York City FC.