L'avant d'Atlanta Josef Martinez rate de peu son tir contre le gardien montréalais Evan Bush.

L'Impact dominé par l'Atlanta United

ATLANTA — Assiégé pendant toute la rencontre par l’Atlanta United, l’Impact de Montréal a échappé une avance d’un but en deuxième demie et a finalement encaissé un revers de 4-1, samedi.

Le United a dominé les visiteurs 20-6 au chapitre des tirs, grâce à notamment 28 centres contre cinq pour la formation montréalaise.

L’Impact (2-6-0) n’a pas été en mesure de préserver l’avance offerte par Saphir Taïder en première demie et il a subi une quatrième défaite de suite. Il s’agissait pour Taïder d’un premier but dans l’uniforme bleu-blanc-noir.

«Dans la défaite, il n’y a jamais de plaisir, mais si on doit avoir un plaisir (samedi), c’est celui d’avoir montré que quand on veut défendre tous ensemble, on est difficile à battre, a dit l’entraîneur-chef de l’Impact, Rémi Garde. On a pris quatre buts, mais trois sur des phases arrêtées. Contre une équipe comme ça, qui en met beaucoup contre tout le monde, je pense que la performance défensive était très bonne.»

Une semaine après une performance spectaculaire de 14 arrêts malgré un revers de 5-3 face au Los Angeles FC, le gardien Evan Bush a encore une fois gardé l’Impact dans le match pendant de longues minutes. Miguel Almiron, dont une fois sur penalty, et Kevin Kratz, avec deux coups francs parfaits, ont toutefois réussi des doublés pour le United en deuxième demie.

Ces buts ont permis au United (6-1-1) de demeurer invaincu à ses sept dernières sorties (6-0-1).

«On a eu beaucoup de chien, ce qui nous a manqué au dernier match, a dit le milieu de terrain Samuel Piette, de l’Impact. On a joué contre une très bonne équipe dans un environnement difficile. On s’est bien débrouillés et on a travaillé fort. On n’a pas concédé beaucoup de tirs et de centres, et on était souvent là pour le deuxième ballon et on a été très solidaire.»

C’était la sixième fois en huit rencontres cette saison que l’Impact accordait un penalty à un rival. Bush a résisté deux fois.

L’Impact sera de retour en action samedi prochain, quand il accueillera le Revolution de la Nouvelle-Angleterre au stade Saputo.

Persévérance récompensée

Les locaux ont rapidement présenté leurs intentions alors que Josef Martinez a cogné à la porte deux fois dès la cinquième minute de jeu. Bush a toutefois stoppé la tête initiale du Vénézuélien à la suite d’un centre de Julian Gressel par-dessus le défenseur Rudy Camacho. Bush a aussi frustré Martinez avec une belle parade sur le retour.

Contre toute attente, l’Impact a ouvert la marque à la 13e minute, sur son premier tir. Posté tout près de la ligne de but à la gauche du filet des locaux, Chris Duvall a centré le ballon et a rejoint Taïder, dans l’intervalle entre Leandro Gonzalez Pirez et Gressel. Taïder a dévié le ballon dans l’ouverture avec une tête parfaite.

Le United a eu l’avantage à 77,3 pour cent au niveau de la possession du ballon en première demie et a décoché 11 tirs contre deux pour l’Impact. Camacho et Jukka Raitala ont toutefois fait le nécessaire en contrant plusieurs attaques.

Le ballon a franchi la ligne des buts de l’Impact à la 32e minute, quand Jeff Larentowicz a profité d’un retour après un arrêt spectaculaire de Bush pour marquer. Le but a toutefois été refusé puisque Martinez était en position de hors-jeu lors du coup franc d’Ezequiel Barco.

L’Impact a connu ses meilleurs moments au retour du vestiaire. Jeisson Vargas a envoyé un coup franc tout juste sur le haut du filet à la 50e minute, puis Alejandro Silva a testé le gardien Brad Guzan deux minutes plus tard après une belle séquence amorcée par Vargas et Taïder.

Après de longues et frustrantes minutes, le United a finalement créé l’égalité à la 70e minute. L’arbitre Hilario Grajeda a imposé un penalty quand une tête de Chris McCann a dévié contre la main de Duvall dans la surface de réparation montréalaise. Almiron a tiré vers sa droite et Bush a choisi le bon côté, mais le ballon a glissé sous son corps et jusque dans l’objectif.

Le United a trouvé un second souffle après ce but et Kratz lui a donné les devants à la 78e minute, soit quatre minutes après son entrée sur le terrain. Après un appel pour faute de bras contre Taïder devant la surface montréalaise, Kratz a envoyé son coup franc par-dessus le mur et dans le coin supérieur gauche du filet.

Almiron a porté le coup de grâce à la 84e minute, complétant une montée à l’emporte-pièce avec Martinez. Puis, Kratz est revenu à la charge avec un autre coup franc bien placé pendant le temps ajouté.