Le joueur de centre de l'Impact, Ignacio Piatti, et ses coéquipiers auront un important défi à relever, mardi, à Toronto.

L'Impact conscient des pièges à éviter contre Toronto

L'Impact de Montréal est conscient des pièges à éviter lors du match retour de la finale du Championnat canadien de soccer contre le Toronto FC.
Les hommes de Mauro Biello ne voudront pas nécessairement s'engager dans un festival offensif face à leurs grands rivaux, mardi, au BMO Field. Mais l'histoire permet de croire le contraire.
L'automne dernier, en finale de l'Est en MLS, l'Impact avait saboté une avance de 3-2 en s'inclinant 5-2 en prolongation lors du match retour à Toronto. La formation montréalaise avait aussi encaissé un revers de 4-2 à Toronto lors du match aller de la demi-finale du Championnat canadien. En 2015, l'Impact avait atteint la finale du Championnat canadien malgré un revers de 3-2 à Toronto.
«Offensivement, nous avons créé beaucoup de chances», a rappelé le capitaine Patrice Bernier, lundi, en revenant sur le match nul de 1-1 lors de la première manche, la semaine dernière à Montréal. «Nous allons devoir être plus efficaces. Si nous avions marqué plus de buts, nous serions dans une meilleure position. Quand nous avons attaqué, nous les avons mis sur les talons. Mais il ne faut pas trop s'ouvrir, ce que nous avons peut-être fait en fin de rencontre.
«Il faut marquer, il faut gagner, mais nous devons rester lucides. Je suis confiant que nous allons créer des chances, mais nous devons éviter un va-et-vient. Ils ont aussi des joueurs de bonne qualité qui peuvent faire la différence.»
Les deux équipes se retrouvent dans une séquence où les matchs s'enchaînent rapidement. Le duel de mardi sera le quatrième en 11 jours pour l'Impact et le TFC. L'Impact a encaissé un revers de 4-1 face au Crew, à Columbus, samedi, tandis que le Toronto FC a signé une victoire de 2-0 contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, vendredi.
«Il faut savoir gérer les matchs. Il y a un degré de fatigue, mais c'est surtout au niveau mental, a mentionné Bernier. Il faut être bien préparé mentalement pour s'assurer que ça n'affecte pas notre exécution sur le terrain.»
Un petit creux de vague a coulé l'Impact face au Crew, samedi dernier, alors que l'équipe a concédé deux buts rapides en deuxième demie.
«C'est en faisant du vidéo, en communiquant et en s'assurant que tout le monde est sur la même page», a énuméré Bernier pour expliquer le travail à faire pour éviter les petites erreurs qui nuisent à l'équipe. «Il faut réviser les matchs passés et se préparer pour l'équipe à venir - découvrir les tendances pour anticiper les situations et ne pas être pris à court.»
L'expérience du 3-5-2
Pendant ce temps, l'expérience du 3-5-2 se poursuit chez l'Impact. La formation à trois défenseurs centraux et deux ailiers se retrouvent au coeur des débats chez les partisans du Bleu-blanc-noir et Biello n'est pas prêt à jeter l'éponge malgré le résultat à Columbus.
«Nous sommes allés chercher des points qui vont servir à la fin de la saison, a rappelé Biello en faisant référence aux deux verdicts nuls acquis à Kansas City et Orlando avec ce système. Et l'animation ne chance pas beaucoup. Ça nous offre une flexibilité en fonction du personnel disponible. On verra pour le match contre Toronto.
«Nous avons connu un match difficile contre Columbus, mais ça peut arriver avec n'importe quel système. Nous avons tourné la page et nous devons être prêts pour la finale contre Toronto.»
Biello a indiqué que l'attaquant Anthony Jackson-Hamel demeurait un cas incertain pour le match retour face au TFC en raison d'une blessure à la jambe droite subie contre Columbus, samedi. L'entraîneur montréalais a aussi indiqué qu'il pourrait simplifier le système de jeu puisqu'il devra vraisemblablement utiliser un joueur hors position comme latéral gauche pour pallier les absences d'Ambroise Oyongo (genou), Daniel Lovitz (genou) et Chris Duvall (suspension). Le milieu de terrain Marco Donadel sera aussi suspendu pour la rencontre en raison d'une accumulation de cartons jaunes.