Baltimore, Cincinnati, le Minnesota et les Rays ont connu cette année la plus petite foule de leur histoire.

Ligues majeures de baseball: les assistances à la baisse dans 19 villes

NEW YORK — Mercredi, l’assistance combinée à St. Petersburg et Miami a été de 12 653 personnes.

Baltimore, Cincinnati, le Minnesota et les Rays ont connu cette année la plus petite foule de leur histoire.

À Kansas City, on a eu la plus faible assistance depuis 2011; à Toronto et à San Francisco, on a vu le public le moins nombreux depuis 2010.

En moyenne, il y a moins de partisans au Marlins Park qu’au Las Vegas Ballpark, où joue la filiale AAA des A’s d’Oakland.

L’assistance moyenne dans les grandes ligues en date de mercredi, 26 854, est de 1,4 % inférieure à 27 242, le chiffre au même point en 2018.

Pour la première fois depuis 2003, la taille moyenne du public n’atteint pas 30 000.

Le commissaire Rob Manfred attribue la baisse au fait que moins de billets de saison ont été vendus. Le nombre de billets achetés le jour d’un match est en hausse de 6 %, par contre.

«Vu l’explosion des alternatives de divertissement et la croissance des sites de revente, il n’est pas surprenant que la vente de billets de saison puisse être difficile, a-t-il déclaré. Les clubs répondent à ce défi avec des approches créatives et efficaces.

«Par exemple, les ventes par forfait ont doublé par rapport à ce qu’elles étaient il y a un an. Et les Twins ont récemment organisé une vente éclair de billets à 5 $. Cela a généré des foules de plus de 30 000 personnes lors de trois matchs, incluant leur meilleure foule depuis 2016.»

Pour l’ensemble du baseball majeur, la foule moyenne a culminé à 32 785 en 2007. Cette saison, Miami affiche une assistance moyenne de 9554 contre 9582 à Las Vegas, où un stade de 10 000 places a été inauguré cette année.

Les Marlins derniers

Au chapitre des foules, les Marlins semblent en voie de finir derniers de la Ligue nationale pour la septième année de suite.

Tampa Bay joue dans l’une des installations les plus démodées des majeures. Recevant les Jays mardi, les Rays n’ont attiré que 5786 personnes — un creux historique au Tropicana Field, inauguré en 1998. Dans l’Américaine, l’équipe est au dernier rang de l’assistance depuis 2015.

«Chaque fois que vous voyez moins de gens au stade, vous vous demandez les causes, mais aussi comment vous pourriez changer ça, a dit le vétéran Neil Walker, des Marlins. Je pense que c’est en partie à cause du coût des billets.»

Dix-neuf clubs ont connu une baisse de l’assistance moyenne par rapport à 2018. Les plus touchés : Toronto (- 6963), San Francisco (- 6463), Baltimore (- 3839) et Detroit (- 3686).

On voit toutefois de bonnes hausses à Philadelphie (10 383), Oakland (4027) et San Diego (3465). Les Phillies ont engagé Bryce Harper, les Padres Manny Machado.

«Les fans veulent savoir que leurs équipes font tout leur possible pour aspirer à un championnat chaque année, croit le président de l’Association des joueurs, Tony Clark. Je considère chaque siège vide comme une opportunité manquée. Vivre un match et voir les joueurs en personne crée un lien. Notre industrie doit trouver le moyen de convertir ces sièges vides en partisans à vie.»