En février, Simon Gagné avait annoncé que l’événement qui porte son nom et celui de Patrice Bergeron se tiendrait au Centre Vidéotron, la preuve que l’idée qui a germé dans une ligue garage a pris beaucoup d’ampleur.

L'idée de Simon Gagné a bien grandi

Simon Gagné se rappelle exactement où est né, il y a un peu plus de 10 ans, le Pro-Am Gagné-Bergeron, un événement caritatif réunissant des joueurs de hockey amateurs à des professionnels de la LNH : dans une ligue de garage!

C’est à force de côtoyer des joueurs amateurs entre chaque saison de la LNH que Gagné a élaboré le concept de son pro-am, une formule déjà largement répandue au golf, mais qui demeure unique au hockey.

«Les joueurs avec qui on jouait l’été nous disaient qu’ils seraient prêts à payer des gros sous pour jouer avec des professionnels. Présentement, on n’a pas d’équipe professionnelle de la LNH — on a les Remparts —, mais ce n’est pas pareil. Quand je vais dans des arénas, tout ce que je vois, ce sont des gars de ligues de garage passionnés. Ça joue au hockey cinq ou six fois par jour! Leur donner la chance de vivre un trip pour 3000 $ et de jouer avec des joueurs professionnels, je savais que ça avait un potentiel», a raconté Simon Gagné à la veille du 10e Pro-Am Gagné-Bergeron, mercredi.

Une première édition sur la patinoire du PEPS avait permis d’amasser 40 000 $ destinés à différents organismes œuvrant auprès d’enfants en difficulté, notamment Leucan et le Pignon bleu. Les huit éditions suivantes, qui se sont déroulées au Complexe sportif de L’Ancienne-Lorette (CSAL), ont gonflé la cagnotte à tout près d’un million de dollars. Entre-temps, une autre superstar de la région, Patrice Bergeron, s’est joint à l’aventure.

Pour sa 10e présentation, le comité organisateur, mené par l’ancien des Remparts et des Cataractes Alain Rioux, a décidé de placer la barre encore plus haut. Pour cette présentation anniversaire, le Centre Vidéotron remplacera le CSAL. La traditionnelle séance d’autographes laissera quant à elle sa place à une présentation des joueurs, à la Place Jean-Béliveau, vers 17h30. Quant à l’après-match, lui, il sera assuré par le groupe Simple Plan, qui offrira une prestation de 45 minutes à la fin la rencontre.

«Avec l’aide des Remparts et de la Ville, on a essayé de créer la formule la plus parfaite possible. C’est notre première édition dans un édifice aussi imposant. […] Alain a fait une job extraordinaire avec son comité. Pour le 10e anniversaire, on voulait faire ça gros. […] Et on fait ça en grand avec un show de Simple Plan après le match. Ça ne paraît pas, mais de les faire venir ici et de tout organiser pour que tout soit prêt pour le spectacle immédiatement après le match, ça prend beaucoup de préparation», a noté Gagné.

Plus populaire que jamais

Preuve que la formule semble avoir séduit le public, les noms de 17 joueurs amateurs figurent sur une liste d’attente en cas de blessure. Du jamais vu! Quant aux spectateurs, une dizaine de milliers de billets avaient déjà été distribués mercredi, ce qui assurera une contribution minimale — et record! — de 40 0000 $. Cette dernière sera divisée entre cinq organismes : Leucan, le Pignon bleu et les fondations caritatives chapeautées par Philippe Boucher, Maurice Tanguay et Simple Plan.

«L’énergie du comité organisateur vient de là. Avec le 10e anniversaire, on est capables d’aider beaucoup de monde en allant chercher de 400 000 à 500 000 $. Présentement, il ne manque que 600 billets à vendre pour que tout le bol inférieur du Centre Vidéotron soit plein. C’est ça qui nous donne du gaz», a encore raconté l’ancien des Flyers, du Lightning, des Kings et des Bruins.

L’organisation réfléchissait toujours mercredi à la possibilité d’ouvrir le balcon du Centre Vidéotron, advenant une forte demande pour des billets (Ticketmaster), jeudi.

«Pour l’instant, il n’y a rien qui ferme la porte à un retour au Centre Vidéotron l’année prochaine, mais je sais que l’aréna de L’Ancienne-Lorette nous accueille encore l’année prochaine si on veut y retourner», a fait savoir Gagné, ne cachant pas que la présentation du pro-am au Centre Vidéotron avait placé une pression supplémentaire sur son équipe.

+

SANS CROSBY, SUBBAN ET MACKINNON

Il y a plusieurs mois déjà, l’organisateur du 10e Pro-Am Gagné-Bergeron, Alain Rioux, laissait miroiter la possibilité d’un coup fumant lors la présentation anniversaire de l’événement. Si Sidney Crosby, P.K. Subban et Nathan MacKinnon étaient dans sa lorgnette, aucun d’entre eux ne se sera finalement laissé prendre dans ses filets.

Des discussions avancées, mais rompues à quelques semaines de l’événement dans le cas de Crosby; un conflit d’horaire pour MacKinnon et une absence inexpliquée pour Subban ont eu raison des visées de l’organisation.

Ce n’est pas faute d’avoir essayé d’attirer ces gros poissons à Québec! Un avion aurait pu transporter Crosby et MacKinnon, qui résident tous les deux en banlieue d’Halifax, aller-retour. Quant à la famille Subban, tous ses membres avaient confirmé leur présence, avant le désistement de Jordan, blessé, mercredi. Le paternel Karl dirigera les Bruins, pour lesquels s’alignera fiston Malcolm. Ne manquait plus que le divertissant Pernell Karl… 

Les joueurs amateurs — ils sont au nombre de 20 — ne seront toutefois pas en reste. Ils joueront avec le champion de la Coupe Stanley en titre Alex Chiasson (Washington), tout comme les finalistes Jonathan Marchessault et Marc-André Fleury (Vegas). Mais aussi, des hockeyeurs de la trempe de Jonathan Huberdeau (Floride), Brad Marchand (Boston), Marc-Édouard Vlasic (San Jose), Phillip Danault (Montréal), Xavier Ouellet (Montréal) et le retraité Vincent Lecavalier.

«Je pense que c’est le plus bel alignement depuis le début. Tous les joueurs qui sont là ont un rôle de premier plan dans leurs équipes respectives. C’est du monde qu’on connaît depuis plusieurs années. C’est du monde qui connaît du monde, qui ont appelé du monde. Jonathan Marchessault a appelé Marc-André Fleury. Patrice a appelé Brad Marchand. C’est vraiment le fun de voir que les gars, s’ils sont libres, ils sont là», a estimé Simon Gagné.