Jordan Martel sera l'une des pièces importantes de l'attaque du Drakkar, cette saison.

L'heure n'est plus au développement à Baie-Comeau

BAIE-COMEAU — C’est ce vendredi que s’amorcera officiellement sur la glace le 22e camp d’entraînement du Drakkar de Baie-Comeau. Après deux années de vaches maigres, les partisans de l’équipe ont soif de victoires et l’entraîneur-chef Martin Bernard en est pleinement conscient.

«Quand je suis arrivé ici, le plan était de vivre deux grosses années de développement, importantes à faire, avec les hauts et les bas qui viennent avec et qui font partie de l’apprentissage d’une équipe. Maintenant, cette année, les attentes sont plus élevées et en tant qu’équipe, on veut gagner des matchs de hockey pour se mettre dans une bonne position quand les séries vont commencer.

«Mais tout ça va se faire avec un engagement quotidien de tout le monde dans l’organisation, parce que c’est un long marathon qui débute», tempère Bernard. «Avec les années, j’ai appris qu’il n’y a pas de match facile dans cette ligue et que les équipes qui performent le mieux sont celles qui se présentent à chaque match.»

Sur papier, l’équipage nord-côtier devrait avoir plus de canons cette année, ou du moins ils seront plus puissants, et le nombre de buts marqués devrait être conséquent. Jordan Martel devrait guider cette offensive, appuyé par D’Artagnan Joly, Gabriel Fortier et les deux copains russes que sont Ivan Chekhovich et Yaroslav Alexeyev. Incidemment, ces deux derniers feront leur arrivée à Baie-Comeau le 26.

Roy acquis du Cap-Breton

En défensive, l’équipe a comblé un besoin avec l’acquisition mercredi de Sacha Roy, qui apportera avec ses épaules un élément qui a manqué au Drakkar en 2017-2018. Pour obtenir le défenseur de 19 ans, le dg Steve Ahern a cédé aux Screaming Eagles du Cap-Breton son choix de deuxième ronde en 2020 et le gardien de 18 ans Alex-William Maheux.

«On avait déjà essayé de faire son acquisition aux Fêtes l’an passé», a indiqué le dg Steve Ahern à propos du gaillard de 6’ et de 192 livres. «On avait aussi discuté avec Cap-Breton lors du dernier repêchage, mais on ne s’était pas entendus sur le prix à payer. On voulait un défenseur gaucher qui nous apporte un peu plus de robustesse et c’est ce qu’on a obtenu avec l’acquisition de Sacha.»

«L’an passé, on a perdu énormément de toughness avec la fin de la carrière junior de Samuel Thibault, Mikaël Sabourin qui était à une commotion près de ne plus jouer au hockey et le départ surprise de Matteo Pietroniro. Ce sont trois gars qui nous apportaient de la robustesse qui étaient partis», a expliqué Bernard. «C’est évident qu’on avait un besoin de ce côté. Sacha apportera de la présence physique devant notre filet.»

Avec cette solide formation de jeunes vétérans, couplée à l’arrivée de Roy, Samuel L’Italien et du gardien Kyle Jessiman dans le portrait, les postes disponibles pourraient être rares.

«Il y a moins de postes à combler qu’au cours des dernières saisons, mais il y quand même place pour des joueurs à créer des surprises et nous forcer la main pour percer l’alignement», a lancé Bernard qui, en conséquence, veut se donner le plus de temps possible avant de compléter son alignement final, qui sera formé «des 22 ou 23 joueurs qui vont faire de nous la meilleure équipe possible».

La prochaine saison pourrait également être déterminante pour Bernard, qui écoule la dernière année de son contrat avec le Drakkar. L’entraîneur-chef refuse de se laisser distraire par la situation et rappelle «que tu sois à ta première ou dernière année de contrat, tout le monde veut gagner des matchs».