Maintenant que la saison des Jets de Winnipeg est terminée sur la patinoire, un été chargé en dehors de la patinoire attend le directeur général Kevin Cheveldayoff, qui devra s’entendre avec les nombreux agents libres au sein de sa formation.

L’heure est à la négo chez les Jets

WINNIPEG — Jacob Trouba donne l’impression de vouloir un nouveau pacte à temps pour le début du camp d’entraînement des Jets de Winnipeg, l’automne prochain.

Avant la campagne 2016-2017, le vétéran défenseur a demandé un échange et a volontairement raté le camp et les 15 premiers matchs, avant de signer un contrat de 6 millions $ pour deux ans.

En voie d’accéder à l’autonomie avec compensation, Trouba préfère une entente plus hâtive que tardive. «J’ai déjà vécu ça [une difficile négociation de contrat]. Le plus rapide est le mieux», a dit Trouba.

Celui-ci semble également réceptif à l’idée d’un contrat de longue durée.

«Je suis sûr que d’ici deux semaines je vais rencontrer mon agent», ajoute le défenseur de 24 ans. «Nous verrons à partir de là. Je suis sûr que nous en arriverons à quelque chose.»

L’une des raisons pourquoi Trouba a boudé le camp en 2016, c’est qu’il voulait jouer du côté droit. Son souhait a été exaucé quand Tyler Myers s’est blessé, et il est resté de ce côté depuis. Cette saison, jumelé à Josh Morrissey, il a disputé un peu moins de 22 minutes par match, en moyenne.

En 55 matchs en saison régulière, Trouba a inscrit trois buts et récolté 24 points, en plus de présenter un différentiel de + 9. Il a ajouté deux filets et trois points lors du parcours printanier des Jets, qui a pris fin dimanche de manière décevante, alors que Winnipeg a été éliminé par les Golden Knights de Vegas en cinq rencontres en finale de l’Ouest.

«Ça vous donne un peu la sensation de quelque chose d’inachevé», constate Trouba. Il y a vraiment une belle camaraderie dans cette équipe. C’est un groupe qui se distingue. Vous voulez jouer pour un club qui peut aller très loin, et c’est le cas ici.»

Stastny s’est bien intégré

Les autres joueurs pouvant devenir autonomes avec compensation : Morrissey, le gardien candidat au trophée Vézina Connor Hellebuyck et trois attaquants : Adam Lowry, Joel Armia et Brandon Tanev.

«J’aimerais plus que tout recevoir une offre à long terme, mais le côté affaires du hockey est tellement imprévisible», a déclaré Hellebuyck, qui a compilé un excellent dossier de 44-11-9, une moyenne de 2,36 et un pourcentage d’efficacité de ,924.

De plus, cinq joueurs pourront obtenir le 1er juillet leur autonomie complète : le gardien Michael Hutchinson, le défenseur Toby Enstrom et les attaquants Matt Hendricks, Shawn Matthias et Paul Stastny.

«C’est fascinant comment un joueur peut arriver dans la formation et donner l’impression qu’il y figure depuis toujours», a dit Cheveldayoff au sujet de Stastny, acquis des Blues de St. Louis à la date limite des échanges. «Ce genre de chimie et de symétrie reflète le genre de personne qu’il est, mais aussi à quel point notre groupe était tricoté serré.»

Le capitaine Blake Wheeler, lui, a établi un sommet personnel avec 91 points, ratant un seul match en saison régulière. Il lui reste un an à son contrat, et on lui a demandé son opinion quant à une prolongation de l’entente.

«La question est légitime, mais, en même temps, je n’y ai pas vraiment pensé encore, a dit Wheeler. Vous devenez tellement concentré sur le moment présent et mentalement, vous avez un peu l’impression que vous êtes encore en train de jouer. J’aurai peut-être une meilleure réponse plus tard. Je n’en suis pas encore là dans ma réflexion.»