Le 2 août 2007, Bobby Doerr avait été reçu en grandes pompes par les Red Sox lors d’un match qui les opposait aux Orioles de Baltimore. Trois années plus tôt, il avait été honoré par les Red Sox, qui lui avaient alors offert une bague de la Série mondiale qu’ils venaient finalement de remporter.

L’ex-Red Sox Bobby Doerr s’éteint à 99 ans

GRANTS PASS, Ore. — Bobby Doerr, le joueur de deuxième but membre du Temple de la renommée surnommé le «capitaine silencieux» des Red Sox de Boston par son coéquipier et ami de toujours, Ted Williams, est décédé. Il avait 99 ans.

Doerr est mort lundi, ont révélé les Red Sox dans un communiqué. L’équipe a ajouté que Doerr était le joueur des ligues majeures le plus âgé encore vivant.

«Bobby Doerr faisait partie de l’époque des géants du baseball, a déclaré le propriétaire des Red Sox, John Henry, dans un communiqué. Et malgré ses exploits au deuxième but, c’est son tempérament et sa personnalité qui lui ont permis de se démarquer. Il nous manquera.»

Repéré dans l’ancienne Ligue de la côte du pacifique lors du même voyage de dépistage qui a mené Williams au Fenway Park, Doerr a joué pendant 14 saisons avec les Red Sox et il a rejoint son partenaire de pêche au Temple de la renommée en 1986. Il a compilé une moyenne en carrière de ,288 et il a aidé les Red Sox à se rendre jusqu’à la Série mondiale en 1946.

Sélectionné à neuf reprises pour le Match des étoiles, il a souvent pardonné à son ami ses accès de colère et son impatience. «Ted ne pouvait pas accepter la médiocrité. Et j’étais dans cette catégorie, a déclaré Doerr lors de son 90e anniversaire en 2008, date que le gouverneur de l’Oregon a déclaré la Journée Bobby Doerr.

La modestie de Doerr a été contredite par ses statistiques. Il a complété sa carrière avec 2042 coups sûrs, 223 circuits et 1247 points produits et il a déjà disputé 414 matchs consécutifs sans commettre une erreur — un record à l’époque. Ses six saisons avec au moins 100 points produits n’ont pas été égalées par un autre joueur de deuxième but pendant 25 ans.

Doerr a été admis au Temple de la renommée du baseball en 1986 par le Comité des vétérans et les Red Sox ont retiré son chandail no 1 en 1988. Les Red Sox ont honoré Doerr avec une bague de la Série mondiale en 2004 après avoir mis fin à une disette de 86 ans sans championnat. 

+

UN BÂTON DE GEHRIG AUX ENCHÈRES

Par ailleurs, le bâton qu’a utilisé Lou Gehrig pour ses deux derniers coups de circuit est de nouveau mis à l’encan.

Autrefois propriété de la famille de l’acteur Kurt Russell, le bâton, utilisé dans un match préparatoire de 1939, fait partie de la vente Yankees Legends de la compagnie Heritage Auctions. La collection entière appartient au même propriétaire et est composée majoritairement d’articles en liens avec les Yankees de New York.

Elle comprend notamment un bâton utilisé par Roger Maris en 1961, l’année où il a frappé 61 circuits, alors le record en une saison. Il y a aussi un gant utilisé par Mickey Mantle en 1965, en plus de balles signées par plusieurs éditions championnes des Bombardiers du Bronx.

Parmi les autres articles, qui peuvent être consultés sur le site internet de Heritage, figurent également un bâton utilisé par Babe Ruth à sa première saison dans les majeures, avec les Red Sox de Boston de 1915, un bâton utilisé par Ted Williams lors du Match des étoiles de 1960, un autre utilisé par Jackie Robinson en 1949, année où il a été sacré joueur par excellence de la Nationale, ainsi qu’une balle signée par les frappeurs de ,400 Ty Cobb, Rogers Hornsby, Ted Williams, George Sisler et Bill Terry.

Gehrig s’est retiré après seulement huit rencontres en 1939, alors qu’il souffrait de sclérose latérale amyotrophique — appelée aujourd’hui maladie de Lou-Gehrig. Il n’avait pas frappé de circuit en 28 présences au bâton cette saison-là. Il a donné le bâton utilisé pour ses deux derniers circuits à Bing Russell, le père de Kurt Russell, alors préposé aux bâtons de l’équipe. Il est demeuré dans la famille jusqu’à ce que Jill Franco, la sœur de Kurt Russell et la mère de l’ex-joueur des Majeures, Matt Franco, ne le vende aux enchères en novembre 2011 pour 403 664 $US. 

+

LOVULLO ET MOLITOR, LES GÉRANTS DE L'ANNÉE

NEW YORK — Torey Lovullo, des Diamondbacks de l’Arizona, a été élu le gérant de l’année dans la Ligue nationale, mardi. Dans l’Américaine, le même honneur est allé à Paul Molitor, des Twins du Minnesota.

La saison 2017 était la première campagne complète de Lovullo comme gérant dans les majeures. L’Arizona a conservé une fiche de 93-69, participant aux séries pour la première fois depuis 2011. Le club a progressé beaucoup sous les ordres de Lovullo, car les Diamondbacks avaient dû se contenter de 69 victoires en 2016.

Lovullo, 52 ans, était l’instructeur sur le banc des Red Sox avant de diriger l’équipe pendant 48 matchs à la fin de la saison 2015, alors que John Farrell subissait des traitements contre le cancer.

Les D’Backs ont écarté les Rockies du Colorado en match éliminatoire, avant d’être balayés par les Dodgers de Los Angeles, au premier tour des séries.

Ils étaient menés à l’attaque par Paul Goldschmidt, Jake Lamb et J.D. Martinez, ce dernier acquis en juillet, et au monticule par Zack Greinke, Robbie Ray et Fernando Rodney.

Dave Roberts, des Dodgers, et Bud Black, des Rockies, ont fini deuxièmes et troisièmes au scrutin dans la Nationale.

Molitor et Frank Robinson sont les seuls gérants de l’année qui font aussi partie du Temple de la renommée comme joueurs. Robinson a été le gérant de l’année en 1989 dans l’Américaine, alors qu’il était aux commandes des Orioles de Baltimore.

Après une saison de 59-103 en 2016, les Twins ont gagné 85 matchs cette année, accédant au match éliminatoire de l’Américaine. Leur parcours a pris fin au Yankee Stadium, battu 8-4 par les New-Yorkais.

Le mois dernier, les Twins ont prolongé le contrat de Molitor de trois ans, jusqu’à la fin de 2020. Le natif du Minnesota est âgé de 61 ans. 

+

UN DERNIER HOMMAGE À ROY HALLADAY

La femme de Roy Halladay, Brandy, a pris la parole lors de l'hommage public du lanceur étoile.

CLEARWATER — Le lanceur Roy Halladay, gagnant à deux reprises du trophée Cy Young, a été remémoré en tant qu’excellent époux, père, ami et coéquipier, mardi. Halladay a été un des meilleurs lanceurs de sa génération, mais il était un bien meilleur homme.

Un hommage de 91 minutes «célébrant la vie de Roy Halladay» a attiré plus de 1000 personnes au Spectrum Field, le domicile des Phillies de Philadelphie lors du camp printanier. «L’homme est devenu un joueur de baseball, non le contraire», a indiqué le propriétaire des Phillies, John Middleton, à propos de Halladay.

Halladay est décédé à l’âge de 40 ans le 7 novembre. L’avion privé qu’il pilotait s’est écrasé dans le golfe du Mexique, près des côtes de la Floride.

Nommé huit fois sur l’équipe d’étoiles des majeures, Halladay a disputé 12 saisons avec les Blue Jays de Toronto, de 1998 à 2009, et quatre avec les Phillies, de 2009 à 2013. Il a lancé un match parfait, un match sans point ni coup sûr et il a montré une fiche de 203-105 avec une moyenne de points mérités de 3,38.

Envolée de papillons

Cet hommage public a commencé par une vidéo commémorative et il s’est terminé alors que la femme de Halladay, Brandy, s’est installée sur le monticule avant de libérer des papillons en guise de dernier «adieu». «Tous les yeux sont rivés vers moi», a affirmé la femme du lanceur, la dernière de neuf personnes à avoir pris la parole. 

Elle se trouvait devant des photos de Halladay avec les Phillies et les Blue Jays ainsi qu’un arrangement floral sur lequel on pouvait voir les numéros 34 et 32 qu’il a portés.

«Je suis heureuse d’avoir pu m’habituer à ce sentiment. Pendant 21 ans, j’ai été debout aux côtés d’un homme sur qui les yeux des gens étaient toujours rivés, a-t-elle ajouté. Il est beau à l’intérieur comme à l’extérieur. Sans même dire un mot, c’est comme s’il avait toujours la bonne chose à dire. Lorsqu’il parlait, les gens écoutaient.»

Les autres personnes à prendre la parole incluaient son père, ses anciens coéquipiers Cole Hamels, Chase Utley et Chris Carpenter, l’ancien directeur général des Blue Jays, JP Ricciardi, l’ancien gérant des Phillies, Charlie Manuel, et le soigneur des Blue Jays, George Poulis.

Le membre du Temple de la renommée du Baseball majeur Frank Thomas, l’ancien gérant des Blue Jays Cito Gaston et les anciens coéquipiers de Halladay, Cliff Lee et Jimmy Rollins, faisaient partie des invités spéciaux, qui ont accompagné la famille du lanceur sur le terrain.